10 juin 2022 - des annonces d'actualité

reprise du procès en appel de l’organisation criminelle Aube Dorée.

Bonjour les amis/es

Nous sommes l’équipe qui est venue projeter par chez vous notre film Aube Dorée l’affaire de tous, quelle résistance?

Nous vous avions promis de vous tenir informés/es de la reprise du procès en appel de l’organisation criminelle Aube Dorée.

Chose promise, chose due : Le procès en appel démarre le 15 juin à la Cour d’Appel d’Athènes à neuf heures. Le matin à 8 h une manifestation de soutien antifasciste est organisée devant le tribunal. Les syndicats ont annoncé une journée de grève ou des arrêts de travail de trois heures.

La première lutte menée et gagnée par la partie civile a été que le procès se tienne uniquement à la Cour d’Appel en plein centre d’Athènes proche d’une station métro et non pas dans la salle spécialement aménagée mais totalement inadaptée de la prison de femmes de Korydallos en dehors d’Athènes.

Maintenant nous attendons de savoir si les photographes seront autorisés à travailler dans la salle. Nous ne le saurons que le jour même, le 15.

Des quatre cas qui ont formé le chef d’accusation en première instance, l’assassinat de Pavlos Fyssas, l’attaque contre les syndicalistes de Pame, celle des ouvriers pêcheurs égyptiens et la qualification d’organisation criminelle qui a chapeauté le tout, il faut savoir que celle contre les syndicalistes du PAME est désormais prescrite. Elle ne sera donc pas traitée en appel.

Dans ce procès il va être beaucoup plus question des victimes que des accusés comme ça a été le cas dans le procès en première instance. Il sera aussi question de la reconnaissance de leurs dommages, douleur et handicaps causés par les agressions et de celle de leurs familles en vue d’une indemnisation.

L’une des raisons de l’appel à manifester est que les victimes, leurs familles, les 150 témoins à charge ne doivent pas être seuls au tribunal. Ils et elles doivent pouvoir compter sur le soutien de nous tous et toutes.

Des 69 accusés jugés en première instance, 50 se retrouvent en appel.

7 de ces 50 ont été condamnés pour direction d’une organisation criminelle.

21 des 50 ont en plus le chef d’accusation supplémentaire : complicité d’assassinat ou de tentative d’assassinat.

Les peines prononcées ont été légères :

13 ans et quelques mois pour ceux condamnés pour la direction d’une organisation criminelle.

Quelques autres ont encore eu des peines de plus de dix ans mais, la plupart ont écopé de 2 à 9 ans fermes.

Ce qui veut dire qu’au terme du droit grec tous ceux qui ont écopé de faibles peines, c’est à dire de moins de 5 ans, seront libérés, probablement durant la procédure d’appel car ils auront purgé les deux tiers de leur peine.

L’assassin de Pavlos Fyssas a eu la perpétuité.

Les avocats de la partie civile ont fait appel auprès du procureur pour les peines les plus faibles des accusés. Si leur appel est reçu, certaines des peines pourraient être augmentées comme notamment celles des condamnés pour direction d’organisation criminelle qui pourraient passer de 13 à 15 ans. Rien n’est sûr mais c’est possible.

Lors du premier procès nous avons assisté à la fin de l’impunité d’Aube Dorée. L’appel doit confirmer ce tournant historique de la Grèce.

Les 7 avocats de la partie civile vont faire face pour les 3-4 années à venir aux 40 avocats de la défense d’Aube Dorée. Chacun des 50 condamnés a le droit de désigner en plus jusqu’à 3 avocats.

Jusqu’à présent aucune des victimes n’a été dédommagée et aucun des frais de justice engagé pour le procès en première instance n’a été pris en charge par l’état comme cela aurait du être le cas malgré les 8 millions d’euros des subventions parlementaires d’Aube Dorée gelés par le Parlement dès l’ouverture de la procédure judiciaire.

Que tous ceux ou celles qui seront à Athènes le 15 juin aillent, au tribunal.

Il est important que la partie civile se sente portée par la rue.

Nous reviendrons vers vous avec une nouvelle lettre d’information probablement après un mois d’audience ou nous aurons eu le temps de prendre la température de la situation. Comme pour le procès en première instance nous allons suivre, caméra au poing, ce procès en appel.

Faites circuler cette lettre d’information le plus possible. Il est important d’informer le monde de ce procès capital contre les partis nazis et fascistes qui ne cessent de gagner du terrain.

C’est le moment de montrer de quoi nous sommes capables.

Angélique Kourounis Maxime Bitter Thomas Iacobi

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

the press project

vendredi 10 juin 2022 Publié : 16:08:0

Concert antifasciste à Héraklion, Attique - "Il n’y a pas de place pour la complaisance - les gangs néo-nazis tentent de réapparaître"

Le vendredi 10 juin, à 19h00 sur la place ISAP d’Héraklion, il y aura un concert avec les groupes : The Workers Duddetes, Satyrs, Bambule.

Selon les organisateurs : "Le 15 juin, le procès en appel d’Aube dorée s’ouvre . C’est une bataille qui concerne le monde entier qui s’est soulevée pour condamner Aube dorée comme organisation criminelle et a inondé l’avenue Alexandras devant la Cour d’appel en octobre 2020.

Il n’y a pas de place pour la complaisance ! Des gangs néo-nazis tentent de resurgir avec des bataillons de raids, comme le montrent les récentes attaques fascistes contre des immigrés à Patissia, Petralona, ​​le Moulin Rouge.

Nous ne permettrons pas que le succès historique du verdict de première instance pour condamner et emprisonner les néonazis purs et durs soit sapé. Au contraire, nous exigeons une aggravation des peines pour ceux qui ont fait l’objet d’un appel par le Procureur.

Le 15 juin, nous participons et soutenons la mobilisation à la cour d’appel, avec un pré-rassemblement à 8h du matin au métro Ampelokipi. Plus jamais de fascisme !".

Il est à noter qu’afin de faciliter la participation des salariés le 15 juin, le Pôle Travail d’Athènes appelle à un arrêt de travail de 3 heures de 8h à 11h et l’ADEDY de 7h à 11h.

Salutations : Georgia Kriebardi - Journaliste de PressProject, Panagiotis Koutsos Conseillère de N. Ionia, Aphrodite Frangou - démot. Conseiller Maroussi / « Zackie Oh meurtriers en prison » /, Emy Tziva - Dimot. conseiller de N. Heraklion, Nektarios Haidar - KEERFA

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

The press project lundi 6 juin 2022

Attaques massives contre des immigrés peu avant le procès en appel d’Aube dorée - "Ils sont revenus pour dire au monde qu’ils sont ici et ne sont pas partis"

Aube dorée et les idées fascistes qui l’ont nourrie ne sont pas mortes le 7 octobre 2020, lorsqu’il a été officiellement annoncé par le tribunal que l’ATHEX. est une organisation criminelle. Ses dirigeants et partisans continuent d’agir, même en tant que partisans d’autres parties liées. Peu de temps avant le procès en appel d’Aube dorée, en mai, il y a eu des attaques massives contre des immigrés. En une semaine, du 2 mai au dimanche 8 mai, nous avons eu trois attaques meurtrières contre des travailleurs migrants musulmans du Pakistan. La façon dont ils ont été fabriqués rappelle les jours sombres de l’action ouverte des bataillons d’assaut Golden Dawn. L’avocat qui a repris ces affaires, Dimitris Zotos, commente sur TRP : « Un dénominateur commun dans les attentats est le mobile raciste et la même façon d’agir… c’est-à-dire qu’il s’agit de jeunes hommes, plus nombreux que les victimes, certainement armés de battes et de couteaux et faisant des attaques surprises qui durent un certain temps. Ils suivent le savoir-faire d’Aube Dorée ». M. Zotos reconnaît même la mise en place d’une politique raciste par le gouvernement.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : tpt4.org/2022/06/08/grece-soutien-aux-mobilisations-etudiantes/

Grèce: soutien aux mobilisations étudiantes!

8 juin

par A. Sartzekis

[Αναδημοσίευση από το γαλλικό Hebdo L’Anticapitaliste – 619 (09/06/2022) ]

Le 26 mai, un étudiant de Salonique, Yannis Doussakis, a failli être tué par une grenade tirée par un des nombreux CRS grecs, les MAT, ayant envahi la fac. Depuis cette date, un mot d’ordre des nombreuses manifs de protestation est très clair : « Elle n’est pas tombée par hasard, la grenade ».

En créant une police universitaire (OPPI) qui va entrer en fonctions, Mitsotakis et son gouvernement de droite extrême veulent terroriser la jeunesse universitaire. Ces derniers jours, de très nombreux étudiantEs ont été blessés ou arrêtés lors de fortes mobilisations.

Que les MAT matent la jeunesse rebelle !

En fait, depuis l’été 2019 où Mitsotakis junior, ex-étudiant d’une fac privée étatsunienne, est devenu Premier ministre, avec nomination au ministère de l’Éducation et des Cultes d’une ultra-libérale bigote, Niki Kerameos, les étudiantEs sont mobilisés, alors contre la suppression de l’asile universitaire. Mais bien avant cette date, la droite, avec l’aide de ses médias aux ordres, crachait sur l’université publique, antre selon ses propagandistes de la gauche et de la drogue (manquent le wokisme et l’islamogauchisme !). Les étudiantEs se préparaient à une résistance active contre une répression multiforme, avec carrément maintenant des flics filmant ou filant les étudiantEs, et des provocateurs rappelant des heures bien sombres…

La fac Aristote de Salonique est en pointe des mobilisations mais aussi des provocations : les flics n’ont pas hésité à faire entrer un véhicule canon à eau pour mieux réprimer… ce qui a permis aux étudiantEs d’organiser une belle conférence de presse devant l’engin ! Face à cette politique anti-jeunes au nom de la ligne « Loi et ordre », les protestations et manifs sont permanentes : manif de 5 000 étudiantEs et secteurs du mouvement ouvrier à Salonique le 27 mai ; dans plusieurs villes universitaires notamment le 2 juin, enseignantEs excédés criant aux MAT de disparaître pour pouvoir enseigner ; condamnation d’Amnesty International ; texte étudiant avec des centaines de signatures dénonçant la tentative de transformer l’université en « lieu socialement stérile livré aux prétoriens et aux intérêts des entreprises privées »

Et ce qui a giflé le gouvernement, c’est le résultat des élections universitaires, chaque département organisant des élections par listes de tendances, en fait fractions politiques, en l’absence d’un syndicalisme étudiant (ré)unifié : alors que depuis environ 40 ans, c’est la tendance de droite qui l’emportait, elle s’effondre à environ 27 %, la tendance PC (KKE) est en tête avec environ 34 %, la tendance gauche radicale atteignant pas loin de 20 %, et celle de Syriza obtenant 2,5 %…

Un projet d’université ultra-libéral

Bien sûr, la répression constante a pour but d’imposer un projet que Kerameos vient de déposer : réduire drastiquement le nombre d’étudiantEs dans le public (20 000 empêchés d’accès en 2021, donc poussés pour certainEs vers des petites boîtes d’études privées…), faire conclure des accords pour des diplômes répondant aux stricts besoins des entreprises, avec sélection sociale accrue (passage à des bourses sur critères non plus sociaux mais « au mérite ») et menaces sur l’existence de petites facs dans les villes moyennes. Le second axe : modifier l’administration, en supprimant le fonctionnement collectif (le président d’université, au lieu d’être élu par des centaines de collègues, serait élu par un « conseil » de 11 membres, dont cinq extérieurs à la fac) et en cassant la vie démocratique étudiante, visant à éliminer les actuels regroupements politico-syndicaux… La fac du clientélisme, telle est la vision de la droite et de la ministre désormais appelée simplement « des Cultes » !

Dans cette situation, le mouvement va sûrement s’étendre, si le fonctionnement en AG arrive à se développer. Ce qui est clair : il aura besoin de toute la solidarité internationale !

A. Sartzekis

[Αναδημοσίευση από το γαλλικό Hebdo L’Anticapitaliste – 619 (09/06/2022)

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

the press project vendredi 10 juin

Des centaines d’étudiants bloquent les universités pour empêcher la police universitaire d’entrer

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le projet presse

vendredi 10 juin 2022 Publié : 11:44:03

Non à la police universitaire… - Non au « silence par l’autoritarisme d’État »

Le but de la police universitaire n’est pas de faire face à une soi-disant ‹ anarchie › et à tout autre prétexte invoqué par le gouvernement, mais de réprimer le mouvement étudiant, les revendications, les luttes étudiantes. « C’est ainsi que le gouvernement et ses alliés à l’intérieur et à l’extérieur des écoles imaginent ‹ l’université européenne moderne ›, ouverte à la répression et à la dégradation, fermée à l’éducation, aux soins aux étudiants, aux besoins des étudiants »

L’ordre des avocats condamne sans équivoque les intentions du gouvernement de procéder à la mise en place d’une police universitaire (OPPI) dans les établissements universitaires centraux à partir du 10/06. Le rôle dangereux et réactionnaire d’un tel organe a été révélé par la répression brutale et violente de la police contre les étudiants de l’Université Aristote de Thessalonique, qui a entraîné de très graves blessures chez les étudiants. Sous la responsabilité de l’État et du gouvernement, un climat de tension s’est formé et s’alimente à l’Université Aristote de Thessalonique avec un grand nombre de forces de police (MAT et Sûreté) inondant ses locaux. « C’est une image qui a été exploitée à plusieurs reprises par les recteurs, le gouvernement et d’autres sympathisants pour justifier la perpétuation et la légitimité de la répression - et avec l’arrivée attendue de la police universitaire. »

Comme le souligne l’annonce pertinente, « plus la politique anti-scolaire s’intensifie, avec le sous-financement des études, le fonctionnement marchand des universités, la dévalorisation des diplômes, plus l’autoritarisme de l’État s’aiguisera pour faire taire toute voix de résistance. Le mouvement ouvrier et populaire se tient aux côtés de la jeunesse, la lutte des enseignants et des travailleurs universitaires pour défendre les libertés et les droits populaires sur les campus. « Les universités doivent être des lieux d’idées, de progrès et de revendications. »

L’Ordre des avocats soutient « la lutte contre la répression, pour une université vouée au service des besoins des étudiants et des travailleurs, des besoins populaires élargis. « Contre l’opération d’approfondissement avec des critères privés - économiques qui veulent des employés bon marché et » flexibles « , des étudiants à moitié formés qui mettront la main de plus en plus profondément dans leurs poches pour étudier ».

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

_