12 septembre 2022 . avec un appel à dons pour soutenir l'accueil à Riace

Pour retrouver les envois oxi antérieurs : discuter.rezo.net/c/oxi/42

Pour lire l’intégralité des articles , vous pouvez cliquer sur télécharger/voir plus ou " …"

_____________________________________________________________________________________________________________

Evagoras : Le jeune Chypriote de 16 ans qui a déchiré le drapeau britannique lors du couronnement de la reine Elizabeth et qui a ensuite été exécuté. - Les étudiants et les enseignants grecs protestent contre le déploiement de la " police universitaire ". - Le PM Mitsotakis annonce un paquet de 5,5 milliards d’euros de 21 mesures de soutien lors de la 86ème Foire Internationale de Thessalonique. –

Appel à dons lancé par la fondation A Buon Diritto (Italie) pour soutenir l’accueil inconditionnel à Riace (car l’accueil continue, malgré la procédure judiciaire en cours contre Mimmo Lucano)

L’Amérique a importé plus de 6 milliards de dollars de marchandises en provenance de Russie depuis l’invasion de l’Ukraine

Les membres des familles des victimes du 11 septembre demandent à Biden de restituer les fonds gelés aux Afghans.

Cette plante peut sauver des millions de vies (et l’OMS n’en veut pas)

Les archives personnelles de MUMIA acquises par l’Université de Brown et CONVERGENCE DES LUTTES CONTRE LES VIOLENCES D’ETAT - Entretien avec la Vétérane Panther JULIA WRIGHT

Utilité publique et Opération d’intérêt national pour Cigéo résolument contestées par voie juridique !

Gilets jaunes » : Enquête en cours sur les pratiques de maintien de l’ordre de l’ex-préfet de police Didier Lallement

______________________________________________________________________________________________________

source : greekcitytimes.com/2022/09/09/evagoras-british-flag-queen/

Evagoras : Le jeune Chypriote de 16 ans qui a déchiré le drapeau britannique lors du couronnement de la reine Elizabeth et qui a ensuite été exécuté.

Evagoras Pallikarides (grec : Ευαγόρας Παλληκαρίδης, 26 février 1938 - 14 mars 1957) était un membre de l’EOKA pendant la campagne de 1955-1959 contre la domination britannique à Chypre.

Pallikarides est né à Tsada, dans le district de Paphos, l’un des cinq enfants de Miltiades et Aphrodite Pallikarides.

Il a étudié au lycée grec de Paphos où, à l’âge de 15 ans, il a participé au boycott par son école du couronnement de la reine Elizabeth II en juin 1953.

En raison des célébrations en l’honneur du couronnement de la reine Elizabeth II, les Britanniques ont hissé l’Union Jack dans toutes les écoles de Chypre.

Paphos est la seule ville où les célébrations n’ont pas eu lieu car Pallikarides avait délibérément décroché le drapeau britannique de la propylaea (entrée) du gymnase de Paphos et savait pertinemment quelles seraient les conséquences d’un tel acte.

Il a poursuivi sa résistance avec d’autres élèves de l’école secondaire en tordant de force pendant la nuit tous les poteaux en fer portant le drapeau britannique le long de l’entrée de la rue principale de Paphos, ainsi qu’en organisant des manifestations.

EOKA

Lorsque l’EOKA a commencé à lutter contre le colonialisme britannique en 1955, Pallikarides a pris part à plusieurs manifestations anti-britanniques et a rejoint l’EOKA alors qu’il n’avait que 17 ans.

En novembre 1955, alors qu’il se rendait à l’école, il a vu deux soldats britanniques battre sans pitié un ami qui avait été arrêté et attaché à un poteau électrique parce qu’il refusait de dire qui avait abaissé le drapeau britannique la nuit précédente dans l’enceinte de l’hôpital de Paphos.

Pallikarides a agressé, frappé les deux soldats britanniques et libéré son ami en s’enfuyant de la scène. Il a été arrêté lui-même plus tard le même jour et renvoyé devant le tribunal de district de Paphos pour être jugé pour émeutes.

Pallikarides nie les accusations et doit comparaître à nouveau pour être jugé le 6 décembre 1956. Anticipant un emprisonnement dans les camps de concentration spéciaux mis en place par les Britanniques pour les simples suspects, il décide de partir dans les montagnes où il rejoint l’un des nombreux groupes de guérilla de l’EOKA qui opèrent à Chypre.

Au cours de l’année suivante, Pallikarides participe à plusieurs opérations de guérilla. Entre-temps, une récompense de 5 000 livres a été mise sur sa tête par l’armée britannique.

Pallikarides est arrêté le 18 décembre 1956 parce qu’il a été pris en flagrant délit avec ses armes chargées sur un âne. La police avait rapporté en privé qu’il avait assassiné un homme, considéré comme un collaborateur britannique par l’EOKA, bien qu’il n’y ait aucune preuve de cette affirmation de meurtre.

Le procès et la pendaison

Lors de son procès, Pallikarides n’a pas nié être en possession de l’arme.

« Je sais que vous allez me condamner à mort, mais ce que j’ai fait, je l’ai fait en tant que Chypriote qui veut sa liberté ».

Il a été condamné à mort par pendaison pour possession d’armes à feu le 27 février 1957. Pallikarides a été pendu le 14 mars 1957, à l’âge de 19 ans.

Un tract de propagande a été publié après la pendaison, décrivant de manière inventée comment il avait assassiné un traître. La légalité de son exécution a été remise en question par la suite, car l’arme détenue par Pallikarides à l’époque n’était pas fonctionnelle.

A. W. B. Simpson, dans son livre Human Rights and the End of Empire, affirme que la véritable raison de son exécution était que les autorités croyaient, sans pouvoir le prouver, qu’il avait auparavant assassiné une personne âgée soupçonnée de collaboration avec les autorités britanniques.

Il a été enterré dans les tombes des prisonniers de la prison centrale de Nicosie.

Dans sa dernière lettre, Evagoras a écrit :

« Je suivrai hardiment mon destin. Ce sera peut-être ma dernière lettre. Mais cela n’a pas d’importance. Je ne regrette rien. Laisse-moi tout perdre. On ne meurt qu’une fois. Je marcherai joyeusement vers ma dernière demeure. Et si c’est aujourd’hui ou demain ? Tout le monde meurt un jour. C’est une bonne chose de mourir pour la Grèce. Il est 7 h 30. Le plus beau jour de ma vie. Le plus beau moment. »

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

_______________________________________________________________________________________________________________

source : peoplesdispatch.org/2022/09/11/greek-students-and-teachers-protest-deployment-of-university-police-on-campuses/

Les étudiants et les enseignants grecs protestent contre le déploiement de la " police universitaire ".
Par People’s Dispatch.

11 septembre 2022

Grèce - Le jeudi 8 septembre, des étudiants, des enseignants et d’autres travailleurs universitaires ont participé à un rassemblement massif sur la place de la Constitution à Athènes pour protester contre le déploiement de la police sur les campus. Des militants du Front de lutte des étudiants (MAS) et de la Jeunesse communiste de Grèce (KNE) étaient parmi ceux qui ont participé à la mobilisation.

Ils ont condamné la tentative du gouvernement conservateur dirigé par la Nouvelle démocratie (ND) de placer les campus universitaires sous surveillance policière. Les manifestants d’Athènes ont dénoncé le déploiement de la « police universitaire » à l’Université technique nationale d’Athènes (NTUA), à l’Université d’économie et de gestion d’Athènes et à l’Université nationale et Kapodistrienne d’Athènes. Des protestations et des marches ont également eu lieu à Thessalonique contre la présence de la police anti-émeute à l’Université Aristote de Thessalonique. Le Parti communiste grec (KKE) a exprimé sa solidarité avec les étudiants et a condamné le déploiement de la police dans les universités.

Selon les rapports, les équipes de protection des institutions universitaires (OPPI) ont été déployées dans les quatre principales universités d’Athènes et de Thessalonique à titre expérimental. Cette mesure s’inscrit dans le cadre du plan gouvernemental visant à protéger les campus de l’anarchie et du vandalisme. Afin de résister aux protestations des étudiants contre l’OPPI - qui a été qualifié de « police universitaire » - la police anti-émeute a également été déployée sur certains campus. Les progressistes en Grèce ont déjà critiqué le déploiement de la police universitaire comme un stratagème de la droite pour subjuguer la liberté d’expression, la dissidence et la politique étudiante radicale sur les campus. Plus tôt en 2019, le gouvernement ND a révoqué l’interdiction faite à la police d’entrer dans les espaces universitaires.

La Grèce a une histoire de mouvements étudiants radicaux et de soulèvements sur les campus, le soulèvement de l’École polytechnique d’Athènes de novembre 1973 étant l’exemple le plus célèbre. Le déploiement de la police universitaire et la surveillance accrue des espaces universitaires ont été largement perçus comme une tentative de contrecarrer les mobilisations radicales sur les campus contre les politiques anti-peuple du gouvernement.

Dans une déclaration publiée le 6 septembre, le MAS a demandé à la police universitaire de quitter les campus. Il a déclaré qu’à un moment où des milliers d’étudiants ne savent pas s’ils pourront poursuivre leurs études et malgré le manque de résidences universitaires, la flambée des loyers et le faible financement des universités, le gouvernement a alloué 50 millions d’euros pour la police universitaire et pour des caméras et des tourniquets à l’intérieur des campus.

« Nous appelons tous les étudiants du pays à renforcer la lutte pour l’éducation dont ils ont besoin contre les plans visant à intensifier la répression ! Nos écoles et universités n’ont pas besoin de la police, nous avons besoin de plus d’infrastructures, d’enseignants, de logements, de salles de classe et de livres ! » a ajouté l’organisation étudiante.

La Jeunesse communiste de Grèce (KNE) a appelé le gouvernement à réorienter l’argent pour couvrir les besoins réels des étudiants tels que le recrutement massif de professeurs, les résidences universitaires et les infrastructures modernes.

___________________________________________________________________________________________________________________

source : www.ekathimerini.com/news/1193078/pm-mitsotakis-announces-a-5-5-bln-euros-package-of-21-support-measures-at-86th-tif/

Le PM Mitsotakis annonce un paquet de 5,5 milliards d’euros de 21 mesures de soutien lors de la 86ème Foire Internationale de Thessalonique.

Salle de presse
11.09.2022 - 11:03

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a donné le coup d’envoi de la 86e Foire internationale de Thessalonique (10-18 septembre) en prononçant un discours au Centre des congrès Ioannis Vellidis samedi soir. Il a annoncé un ensemble de 21 mesures extraordinaires et permanentes d’un montant de 5,5 milliards d’euros, qui « n’affectent pas l’équilibre budgétaire » et qui seront mises en œuvre à trois moments précis.

« Huit mesures de soutien pour une mise en œuvre immédiate d’ici la fin de 2022 ; 12 autres changements majeurs et permanents, à activer au début de 2023, et à intégrer dans le budget de l’État que nous voterons à la fin de l’année ; et un plan en six points qui répond à un grand problème - celui du logement - en particulier pour les jeunes, à mettre en œuvre immédiatement », a déclaré Mitsotakis.

Des mesures qui entrent en vigueur immédiatement

  • Une aide en espèces de 250 euros sera versée en décembre à quelque 2,3 millions de citoyens vulnérables : retraités à faibles revenus, personnes âgées non assurées, personnes handicapées et chômeurs de longue durée. Les bénéficiaires du revenu minimum garanti percevront une mensualité supplémentaire, tandis que les bénéficiaires des allocations familiales percevront une mensualité et demie.

  • L’allocation de logement pour étudiants est immédiatement portée de 1 000 à 1 500 euros. En outre, l’allocation passe à 2 000 euros par personne pour les étudiants éligibles qui décident de vivre ensemble dans la même résidence louée.

  • L’allocation de chauffage est passée de 84 millions d’euros l’année dernière à 174 millions d’euros et devrait atteindre 300 millions d’euros, les critères étant élargis pour soulager environ 1,3 million de ménages. En outre, l’allocation sera doublée pour la première fois cette année pour les bénéficiaires qui utilisent du pétrole ou d’autres formes de carburant à l’exception du gaz naturel. Il a qualifié cette mesure particulière « d’incitation forte à remplacer l’électricité ou le gaz naturel par d’autres formes de chauffage, lorsque cela est possible. » Une autre intervention supplémentaire, a-t-il dit, qui réduira le coût du mazout pour tous, sera annoncée prochainement.

  • Une subvention de 60 millions d’euros sera versée aux agriculteurs pour compenser le coût des engrais, tandis que 50 000 éleveurs recevront 89 millions d’euros pour faire face à la hausse des prix des aliments pour animaux.

  • Les bénéficiaires du programme « Recyclez et changez les appareils électriques » augmentent maintenant de 200 000, avec l’allocation de 140 millions d’euros du programme d’investissement public.

  • Assurer l’espace nécessaire dans le réseau électrique pour qu’il ne puisse plus accepter l’électricité destinée à la consommation des producteurs individuels, en finançant 250 000 petits panneaux solaires sur les toits des résidences, dans les entreprises, dans les fermes, qui consommeront leur propre énergie - gratuitement. Ce programme sera bientôt annoncé par les ministères de l’énergie et du développement.

  • Fournir des incitations supplémentaires pour prolonger la saison touristique en étendant le programme « Tourisme pour tous » à 200 000 nouveaux bénéficiaires ; prolonger la saison touristique en hiver en approuvant des fonds supplémentaires, alloués pour que la Grèce puisse faire l’objet d’une publicité synchronisée avec l’Organisation nationale grecque du tourisme (GNTO), les compagnies aériennes et les tour-opérateurs, jusqu’en mars 2023.

  • Satisfaire les demandes du personnel des forces armées, à régler immédiatement, notamment en augmentant les salaires des volontaires à long terme et des soldats réaffectés à court terme, en prolongeant les contrats de 5 ans et les compensations pour les nuitées, et en instituant une rémunération supplémentaire pour les équipages des navires de guerre en service.

  • Avec effet immédiat et jusqu’à la fin de l’année 2023, toutes les entreprises qui convertissent les contrats des employés à temps partiel en contrats permanents seront exonérées de 40 % des cotisations d’assurance de ces employés.

  • Les start-ups et les petites entreprises qui prévoient de nouvelles embauches ne paieront pas de frais de démarrage pour cette année, accordés uniquement à condition qu’elles augmentent leur nombre annuel moyen d’employés à temps plein.

Mesures en vigueur d’ici la fin de l’année

  • La réduction temporaire des cotisations d’assurance sociale de 3 points de pourcentage devient permanente, ce qui augmente le revenu disponible de quelque 2,2 millions de travailleurs, tout en réduisant la charge salariale des entreprises.

  • La contribution spéciale de solidarité est supprimée pour toujours et pour tous, y compris les salariés du public et du privé et les retraités, soulageant ainsi quelque 3 millions de contribuables.

  • Dans le secteur public, la taxe de contribution non rémunératoire en faveur de la « caisse de prévoyance des anciens fonctionnaires » est également supprimée définitivement. Cela se traduit par une augmentation de salaire de 364 euros pour un chef de service de l’État, de 109 euros pour un employé de rang inférieur nouvellement embauché, de 591 euros pour un cadre et de 1 125 euros pour un directeur général.

  • Il est prévu d’augmenter les pensions de quelque 1 500 000 retraités, ce montant supplémentaire devant provenir en moyenne d’une augmentation de 50 % du PIB et de 50 % de la variation de l’indice des prix à la consommation ; celle-ci est estimée à un peu plus de 6 % pour l’année en cours.

  • La rémunération spéciale des 20 000 médecins du service national de santé grec (NHS) est réformée à compter du 1er janvier 2023, avec une augmentation du salaire de base et des indemnités spéciales de responsabilité. Cette augmentation représentera en moyenne environ 10 % de leur salaire total.

  • La réforme de la masse salariale de près de 600 000 fonctionnaires commence également, en mettant l’accent sur les bas salaires et aussi sur ceux qui occupent des postes plus élevés. Cette réforme entrera très probablement en vigueur à partir du 1er janvier 2024, a-t-on précisé.

  • L’allocation de maternité dans le secteur privé est immédiatement portée de 6 à 9 mois.

  • La TVA réduite sur les transports, le café et les boissons non alcoolisées est prolongée jusqu’en juin 2023, la même politique devant s’appliquer aux droits d’entrée des sites culturels et touristiques, aux gymnases et aux écoles de danse.

  • La TVA de 24 % sur les nouveaux bâtiments reste suspendue jusqu’à la fin de 2024 pour soutenir le secteur de la construction.

  • Le cadre de fonctionnement du marché grec des capitaux va être réformé, avec d’importantes incitations fiscales et d’investissement.

  • Les ressources financières des collectivités locales financées par l’État seront renforcées de 120 millions d’euros par an à compter du 1er janvier 2023.

  • Le salaire minimum devrait augmenter le 1er mai 2023, sous réserve de l’achèvement du processus de modification en temps voulu. Deux augmentations moindres du salaire minimum ont déjà été légiférées depuis 2019.

Sur le logement

Mitsotakis a ensuite annoncé plusieurs mesures de soutien au logement des jeunes et des étudiants universitaires, « lançant un programme de 1,8 milliard d’euros qui ciblera plus de 100 000 bénéficiaires avec une série d’initiatives pour les aider à acheter ou à louer un logement moins cher », qui entrera progressivement en vigueur à partir d’octobre.

Les plus importantes de ces mesures sont les suivantes

  • L’augmentation de l’allocation de logement pour étudiants de 1 000 à 1 500 euros - et, sous condition, jusqu’à 2 000 euros pour 50 000 jeunes ; cela comprend la construction de 8 150 places dans cinq résidences universitaires modernes dans les universités de Crète, de Thessalie, de Macédoine occidentale, de Thrace et d’Attique occidentale, qui doit commencer immédiatement ; les sites ont déjà été déterminés et la construction sera réalisée grâce à la collaboration des secteurs public et privé (PPP).

  • Lancement d’un programme spécial de prêts d’un montant initial de 500 millions d’euros, cofinancé à hauteur de 375 millions par l’État et de 125 millions par les banques, en vue de garantir un taux d’intérêt très bas, proche de zéro, pour l’achat d’un premier logement par des citoyens âgés de 39 ans au maximum. En pratique, a-t-on noté, un jeune couple peut acheter une maison d’une valeur de 100 000 euros avec des mensualités de 275 euros, un montant inférieur à la plupart des loyers mensuels actuels.

Sur l’énergie

Mitsotakis a ensuite déclaré que « Moscou veut transformer l’insécurité énergétique en instabilité politique. » En octobre, a-t-il mentionné, des incitations et contre-incitations seront annoncées pour les économies d’énergie et des dispositions spéciales pour les ménages utilisant le gaz naturel.

Le Premier ministre a toutefois noté que toutes les mesures qu’il a annoncées lors du TIF 2022 ne comprennent pas la subvention mensuelle des coûts d’électricité pour tous les citoyens et s’ajoutent aux près de 50 milliards d’euros que son gouvernement a déjà débloqués lors des crises successives récentes. « Un filet de sécurité pour la société, dont les bases sont posées pour un avenir meilleur, avec trois objectifs en tête : soulager les citoyens - soutenir l’emploi - stimuler les entreprises. »

Sur les écoutes téléphoniques

Concernant l’affaire de la mise sur écoute du téléphone portable du leader du PASOK-KINAL, Nikos Androulakis, Mitsotakis a souligné qu’« il s’agissait d’une erreur opérationnelle, dont le gouvernement a immédiatement assumé la responsabilité politique objective. » De plus, il a ajouté qu’à la suite de cet incident, le gouvernement a légiféré sur des garanties judiciaires supplémentaires dans le cadre de la surveillance du Service national de renseignement du pays (EYP), tout en soumettant également des propositions spécifiques de changements dans son fonctionnement.

Mais il a également souligné que le fonctionnement du PEJ « a toujours été, est et sera encore plus précieux à l’avenir. Son fonctionnement doit être amélioré, et non alourdi, et il doit être corrigé, et non annulé. J’ai le devoir national de ne pas permettre cela. Tout comme nous ne devons pas permettre que les questions d’actualité soient enfermées dans le repli sur soi, les rumeurs et les « scénarios » de conspiration. Surtout lorsque quelque chose comme cela serait en fait souhaité par de nombreuses forces en dehors de la Grèce », a-t-il souligné.

NON à Erdogan

En ce qui concerne les relations entre la Grèce et la Turquie, le premier ministre a fait référence au président turc Recep Tayyip Erdogan, pour lequel il a déclaré que « les menaces qui viennent de l’autre côté de la mer Égée peuvent être répondues par un seul mot, un mot qui résume toute la force de notre nation : Non, M. Erdogan, plus d’escroquerie contre la Grèce. »

À ce moment-là, les participants se sont levés et ont fait une ovation.

En ce qui concerne les partenaires et les alliances de la Grèce, M. Mitsotakis a déclaré qu’« elle a maintenant plusieurs alliés supplémentaires, car elle a signé de nombreux accords de collaboration avec des pays du monde occidental, de l’Afrique, du monde arabe et aussi de l’Asie. » Parmi ceux-ci, a-t-il précisé, « figurent des accords stratégiques et de défense, dont les plus importants sont conclus avec les États-Unis et la France. »

Élections

En ce qui concerne les élections nationales, qui doivent avoir lieu à la fin du mandat de quatre ans de son gouvernement en 2023, Mitsotakis a semblé catégorique sur le fait qu’elles auront lieu à temps, malgré la pression de l’opposition pour qu’elles aient lieu plus tôt.

Thessalonique

En ce qui concerne la ville hôte du TIF, Thessalonique, le premier ministre a déclaré que son gouvernement avait ouvert la voie à plusieurs travaux d’infrastructure publique qui, comme il l’a dit, « ont déjà changé et changeront l’image et la fonction de Thessalonique, faisant d’elle un protagoniste : son aéroport est prêt, son nouveau réseau de métro sera ouvert au public à la fin de 2023, sa zone côtière est en cours de réaménagement (…), tandis que sa nouvelle autoroute orbitale « fly-over » est également un autre projet clé ».

La ville va également s’étendre vers l’ouest, a-t-il noté ; un nouvel hôpital pour enfants et un nouvel hôpital oncologique ont également été finalisés, tout comme le réaménagement des camps militaires de Melas et de Gonos, ce dernier étant destiné à devenir un centre logistique. Mitsotakis a également mentionné les nouveaux stades des équipes sportives PAOK et ARIS de la ville, ainsi que le nouveau musée de l’Holocauste.

Le premier ministre a souligné que « l’enjeu national, qui continue à traverser le temps, reste le même : qu’à travers des conditions toujours changeantes, la patrie reste libre, souveraine et indépendante, et que ses citoyens prospèrent, respirant l’air d’une démocratie qui les protège et leur offre des possibilités de créer davantage pour eux-mêmes et pour leurs familles. »

« La division et la démagogie n’engendrent que la défaite, tandis que l’unité et la vérité ne mènent qu’aux victoires », a-t-il souligné, et il a noté qu’après 12 ans de mémorandums, la Grèce a maintenant retrouvé son autonomie économique vis-à-vis de la supervision financière européenne, tout en jouant un rôle de premier plan dans « le développement et les exportations. » [AMNA]

___________________________________________________________________________________________________________________

Appel à dons lancé par la fondation A Buon Diritto (Italie) pour soutenir l’accueil inconditionnel à Riace (car l’accueil continue, malgré la procédure judiciaire en cours contre Mimmo Lucano)

"Le 6 juillet 2022, lors de l’ouverture du Procès d’Appel contre Mimmo Lucano, la Cour de Reggio Calabria a disposé l’acquisition des documents présentés par la Défense, et la date du procès a été reporté au 26 octobre prochain. L’importance de ces nouvelles preuves documentaires nous rendent encore plus convaincus de la bonne foi de l’ancien maire de Riace et des autres 17 personnes accusées, à qui nous renouvelons notre solidarité.

Entre temps, Lucano a repris l’activité d’accueil des personnes étrangères, qui, en réalité, n’a jamais cessé et qui continue d’être la seule finalité de ce qui a été qualifié de «modèle Riace». À l’heure actuelle, plus de quarante personnes en difficulté séjournent déjà et depuis des années pour certaines d’entre elles, dans le Villaggio Globale de Riace. Trois familles afghanes viennent d’arriver, et d’autres personnes sont attendues: des réfugiés nigérian·es, érythréen·nes et autres, des êtres humains qui ont besoin de soutien. Cela nécessite la disponibilité de ressources, y compris financières.

La précédente collecte de fonds, par le biais d’une souscription nationale, a donné d’excellents résultats, mais cet argent a été destiné, en premier lieu, au paiement de l’amende imposée aux imputés (celle-ci est perçue par ces dernières, à juste titre, comme une injustice supplémentaire). Par conséquent, nous sommes convaincu·es qu’il est nécessaire de soutenir l’expérience du modèle Riace en promouvant une nouvelle collecte de fonds destinée à payer les dépenses que les importantes activités d’accueil et d’intégration en cours exigent, maintenant et immédiatement. Des fonds sont nécessaires pour le logement, la nourriture et les activités d’intégration socio-culturelle qui ont été brutalement interrompues par les procédures judiciaires.

Nous considérons qu’il est important pour nous tous et toutes que les activités d’accueil inconditionnel entreprises par Mimmo Lucano, qui ne veut pas céder à l’adversité, puissent se poursuivre. C’est un exemple de solidarité concrète qui mérite un large soutien. Nous lançons donc une souscription qui se terminera le 31 octobre et dont l’objectif est de réunir 100’000 euros. La totalité de la somme sera reversée à l’activité d’accueil comme indiqué par son promoteur, Mimmo Lucano.

Nous vous demandons d’envoyer votre contribution, quelle que soit son montant, en envoyant un virement bancaire à:

A Buon Diritto Onlus

Banco di Sardegna

IBAN IT73H0101503200000070779827

BIC BPMOIT22 XXX

Objet: Pour Mimmo

À noter: A Buon Diritto soutient et accompagne l’initiative en mettant à disposition un compte bancaire entièrement dédié à la collecte de fonds. Les souscriptions correspondantes ne sont donc pas effectuées en faveur de A Buon Diritto et ne bénéficient donc pas de la déductibilité fiscale.

Promoteurs: Père Alex Zanotelli, Luigi Manconi, Gad Lerner, Alessandro Bergonzoni, Valentina Calderone, Eugenio Mazzarella, Elena Stancanelli, Vittoria Fiorelli, Luisa Morgantini, Giuliano Giubilei, Angela Azzaro, Sandro Veronesi, Marino Sinibaldi, Tommaso Di Francesco, Marica Fantauzzi, Mauro Magatti, Chiara Tamburello, Silvio Di Francia, Paolo Corsini, Maurizio de Giovanni, Giann

i Cuperlo, Susanna Schimperna."

source : www.abuondiritto.it/notizie/2022/notizia/soutenons-le-modele-riace

_________________________________________________________________________________________________________

source : libertarianinstitute.org/news/america-imported-over-6-billion-in-goods-from-russia-since-ukraine-invasion/

L’Amérique a importé plus de 6 milliards de dollars de marchandises en provenance de Russie depuis l’invasion de l’Ukraine

Par Kyle Anzalone et Will Porter

26 août 2022

En réponse à l’attaque de la Russie contre l’Ukraine, le président américain Joe Biden a juré d’isoler et de « paralyser » l’économie russe. Cependant, Moscou a pu maintenir sa puissance économique, en partie en exportant plus d’un milliard de dollars par mois en bois, métaux, nourriture et autres biens vers les États-Unis.

Plus de 3 600 navires en provenance de Russie sont arrivés dans les ports américains depuis le 24 février, selon des statistiques citées par l’Associated Press. Bien que cela représente près de la moitié des expéditions au cours de la même période par rapport à l’année dernière, cela représente tout de même plus de 6 milliards de dollars d’importations.

Le nombre de produits russes entrant dans les ports américains suggère que Biden ne respecte pas sa promesse d’isoler l’économie de Moscou. En raison de périodes dites de « liquidation » qui permettent aux entreprises de conclure des accords antérieurs, certaines des marchandises continuent d’entrer dans le pays longtemps après que la Maison Blanche a annoncé des sanctions sur ces produits, y compris le pétrole et le gaz. Paradoxalement, d’autres importations russes, comme les engrais, sont intervenues à la demande de l’administration Biden, qui a exhorté les entreprises américaines à combler les pénuries.

Et tandis que la Maison Blanche a saisi plusieurs yachts de luxe appartenant à de riches Russes ayant des liens lâches avec le président russe Vladimir Poutine, l’AP a découvert que des entreprises américaines et européennes importaient des millions de dollars de métal d’une société russe qui fabrique des pièces pour les avions de chasse de Moscou, mettant en évidence une autre divergence étrange dans la campagne de sanctions de Biden.

Malgré la pression diplomatique de Washington, d’autres alliés américains renforcent leurs liens économiques avec la Russie. La Turquie, membre de l’OTAN, a doublé ses importations de pétrole russe cette année.

Pendant la présidence de Biden, il a pris plusieurs mesures pour renforcer les liens avec New Delhi, avec les troupes américaines actuellement engagées dans des jeux de guerre avec l’Inde à la frontière chinoise. Mais comme Ankara, le pays a également augmenté de manière significative ses importations d’énergie en provenance de Moscou. La roupie indienne est également devenue une monnaie majeure pour le commerce des diamants, permettant aux acheteurs de contourner les sanctions américaines.

Bien que la guerre économique occidentale visait à nier la puissance militaire de Moscou et à l’amener à la table des négociations, elle n’a jusqu’à présent rencontré que peu de succès. Avec les exportations énergétiques russes dépassant les niveaux d’avant-guerre ces derniers mois et le rouble se ralliant au dollar, l’économie russe semble s’être bien mieux comportée qu’une grande partie de l’Europe depuis que les combats ont éclaté l’hiver dernier.

__________________________________________________________________________________________________

source : news.antiwar.com/2022/08/17/family-members-of-9-11-victims-tell-biden-to-return-frozen-funds-to-afghans/

Les membres des familles des victimes du 11 septembre demandent à Biden de restituer les fonds gelés aux Afghans.

Biden a signé un décret visant à mettre 3,5 milliards de dollars à la disposition des familles des victimes du 11 septembre et refuse de restituer les fonds à l’Afghanistan.

by Dave DeCamp
Publié le 17 août 2022

Un groupe de membres des familles des victimes du 11 septembre a envoyé une lettre au président Biden pour lui demander de restituer au peuple afghan les 7 milliards de dollars de réserves afghanes gelées détenues par la Réserve fédérale américaine.

Au début de l’année, le président Biden a signé un décret qui mettait 3,5 milliards de dollars des fonds afghans à la disposition des familles des victimes du 11 septembre. Mais dans la lettre qui a été envoyée mardi, 77 membres de familles de victimes du 11 septembre ont déclaré que recevoir cet argent serait « moralement incorrect ».

La lettre se lit comme suit : « Toute utilisation des 7 milliards de dollars pour payer les jugements des membres des familles du 11 septembre est juridiquement suspecte et moralement incorrecte. Nous vous demandons de modifier votre décret et d’affirmer que les fonds de la banque centrale d’Afghanistan appartiennent au peuple afghan et à lui seul. »

Des responsables américains ont déclaré cette semaine que l’administration Biden avait décidé de ne rien restituer des sept milliards de dollars à l’Afghanistan et avait suspendu les pourparlers avec les talibans sur cette question. Un an après la prise de contrôle du pays par les talibans, l’Afghanistan est confronté à une grave crise humanitaire, des millions d’Afghans risquant de mourir de faim.

La lettre indique qu’un petit nombre de familles du 11 septembre ont cherché à obtenir les fonds afghans pour rembourser une dette découlant d’un jugement par défaut qu’elles ont obtenu contre les talibans il y a plusieurs années. Mais les familles du 11 septembre qui ont signé la lettre affirment que l’argent n’appartient pas aux Talibans. « Cet argent provient de la banque centrale d’Afghanistan et, en tant que tel, il appartient au peuple afghan », ont-elles déclaré.

Les signataires de la lettre ont déclaré qu’ils s’étaient joints à d’autres actions en justice et qu’ils recherchaient une « certaine justice ». Mais ils ajoutent qu’« aucun membre de la famille du 11 septembre ne s’est joint à ces poursuites pour retirer de l’argent aux Afghans affamés ».

« Nous vous demandons d’utiliser votre pouvoir exécutif pour modifier votre récent ordre et vous engager à adopter la seule approche juridiquement et moralement correcte, à savoir affirmer que les 7 milliards de dollars de fonds de la banque centrale afghane conservés à New York appartiennent au peuple afghan », conclut la lettre.

Nous rappelons à nos lecteurs que la publication d’articles sur notre site ne signifie pas que nous sommes d’accord avec ce qui est écrit. Notre politique est de publier tout ce qui nous semble intéressant, afin d’aider nos lecteurs à se forger une opinion. Il nous arrive même de publier des articles avec lesquels nous sommes en total désaccord, car nous pensons qu’il est important pour nos lecteurs d’être informés sur un spectre d’opinions aussi large que possible.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

_______________________________________________________________________________________________________________

envoyé par Albertine

source : www.youtube.com/watch?v=8vx5CagbY7M

[Artemisia : www.youtube.com/hashtag/artemisia) #Paludisme #OMS

Cette plante peut sauver des millions de vies (et l’OMS n’en veut pas)

Le Media

Auteure du livre « Artemisia : une plante pour éradiquer le paludisme », Lucile Cornet-Vernet raconte les combats de scientifiques et de citoyens venus des quatre coins du monde, pour faire admettre à l’OMS et à l’industrie pharmaceutique les vertus de l’artemisia annua, une plante qui peut terrasser la malaria. Au passage, elle évoque les impasses et les manquements d’une recherche scientifique soumise aux intérêts du monde de l’argent, et bien peu sensible à l’opensource et au « non-profit ».

vidéo : youtu.be/8vx5CagbY7M

____________________________________________________________________________________________________

MUMIA ABU-JAMAL rend publiques ses archives personnelles
Les archives personnelles de MUMIA acquises par l’Université de Brown

Cliquez sur ce lien : bit.ly/3DadMKP pour prendre connaissance de l’article du NEW YORK TIMES révélant l’acquisition par l’Université de BROWN des archives personnelles de MUMIA. Ces archives - contenant plus de 60 boîtes de lettres, manuscrits, brochures, livres et autres documents - conservées dans sa cellule jusqu’à sa sortie du couloir de la mort en 2011 - avaient été confiées à sa porte-parole Johanna FERNANDEZ, historienne au Baruch College de New York. Sachez que parmi ces documents, on trouve des milliers de cartes postales en provenance de France envoyées chaque année pour son anniversaire.

“ Lorsque l’Université Brown, où je fus étudiante, m’a demandé si j’accepterais de déposer dans leur bibliothèque “ les papiers de Mumia ”, j’ai hésité mais finalement accepté sachant l’importance et la valeur de ces biens pour la recherche et l’écriture de l’histoire. D’autant que Brown est l’une des universités les plus prestigieuses du pays ” a déclaré Johanna FERNANDEZ le jour de la publication de l’article.

Pour sa part, Maître Judith RITTER (avocate de Mumia) a écrit au rédacteur en chef du NEW YORK TIMES " pour le remercier d’avoir couvert cette affaire que la presse nationale a ignorée et que maintenant le public va enfin pouvoir réellement en apprendre davantage sur Mumia ".

Le Collectif français Libérons Mumia a également fait parvenir un message au New York Times pour cette contribution utile à la manifestation de la vérité à quelques semaines de l’audience d’appel (19 octobre) dont l’enjeu est de donner ou non à Mumia le droit à un nouveau procès pour défendre son innocence et être libéré après 40 années d’incarcération pour un crime qu’il n’a pas commis.

Cliquez sur ce lien : bit.ly/3qluYFp pour accéder au communiqué publié par l’Université BROWN lors de l’acquisition des archives de Mumia et de celles de sa porte-parole (Johanna Fernandez). Ce communiqué souligne particulièrement l’évènement que constitue cette mise à disposition des chercheurs et du grand public de ces archives exceptionnelles pour mieux éclairer et comprendre l’histoire des Etats-Unis, d’hier à aujourd’hui.

COLLECTIF FRANÇAIS « LIBÉRONS MUMIA ! »
rassemblant une centaine d’organisations et de collectivités publiques
MEMBRE DE LA COALITION MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT
Retrouvez l’intégralité de ces informations sur le site
www.mumiabujamal.com

et

31 AOÛT 2022: Première célébration à Nantes de la Journée internationale des personnes d’ascendance africaine

CONVERGENCES CONTRE LES VIOLENCES D’ÉTAT : Depuis l’année 2021, le dernier jour du mois d’août est devenu une date internationale dédiée aux personnes d’ascendance africaine. Pour le Mouvement international pour les Réparations et d’autres organisations partenaires du programme « Bwa Kayiman 2022 au prisme de L’ÉCOLOGIE DE L’HUMANITÉ » (22,23 et 31 août à Nantes)**, le 31 AOÛT est un pur produit de la Conférence internationale tenue du 2 au 9 septembre 2001 en Afrique du Sud, à Durban. Le Cercle du marronnage

Entretien avec la Vétérane Panther Julia Wright - COSIMAPP

Julia Wright est écrivaine et fille de Richard Wright (1908-1960), auteur entre autres de « Black Boy »

Julia raconte Emmett Till, Martin Luther King et Mumia Abu-Jamal et ouvre plusieurs réflexions sur l’actualité

"Mumia Abu-Jamal a l’âge de Emmett Till quand Martin Luther King est assassiné…"

LIEN VIDEO : www.youtube.com/watch?v=0A7Bhq0wCn8 - 40mn à écouter vraiment

________________________________________________________________________________________________

Coordination Cigeo/Bure Stop

COMMUNIQUE jeudi 7 septembre 2022
Coordination Stop Cigéo : Bure Stop 55, Cedra 52, Eodra, Cacendr, Bure Zone Libre, Meuse Nature Environnement, Habitants vigilants de Gondrecourt-le-Château, Les Semeuses

Utilité publique et Opération d’intérêt national pour Cigéo résolument contestées par voie juridique !

C’est un nouveau bras de fer juridique qui commence avec le dépôt du recours que 32 organisations dont les associations de la Coordination Stop Cigéo et 30 habitant-es viennent de déposer auprès du Conseil d’État. Sont attaqués les décrets publiés le 7 juillet déclarant Cigéo d’Utilité Publique et Opération d’Intérêt National.

L’intérêt général du Projet Cigéo menace gravement les intérêts des habitant⋅es et leur quotidien

Ces décrets ont pour objectif commun la précipitation de l’ancrage physique du projet Cigéo avant même son autorisation. Depuis le 7 juillet, parce que le projet Cigéo est décrété d’utilité publique, l’Andra peut obtenir la maîtrise foncière qui lui manque en recourant à des expropriations et préparer le territoire en modifiant les documents d’urbanisme locaux afin de les rendre conciliables avec le projet.
L’Opération d’Intérêt National achève ce dessein en opérant un changement de souveraineté en matière d’urbanisme. Les compétences des élus locaux sont désormais entre les mains de l’État sur une zone de 3641 hectares correspondant à 12 villages autour de Bure : pour demander un permis de construire ou développer une activité, il faudra demander directement à l’Etat qui, à n’en pas douter, cherche à créer un territoire entièrement dédié à Cigéo et refusera toute sollicitation qui n’ira pas dans ce sens.
Derrière la DUP et l’OIN, se profile une avalanche d’arrêtés et demandes administratives visant à commencer les travaux dits préparatoires à Cigéo, soit tous les raccordements (en eau, en électricité, en voies ferroviaires et routières…) qui lui seraient indispensables et qui seraient engagés avant même que le stockage géologique des déchets n’obtienne le feu vert.
Cette intolérable politique du fait accompli est donc fermement contestée par recours juridique.

Un recours pour défendre un territoire menacé de désertification à court terme

Associations et habitant.es se sont associés pour s’opposer à l’Etat et à l’Andra via la voie juridique. Une démarche particulièrement délicate, -et même courageuse- pour la population locale, au regard du climat de harcèlement foncier instauré par l’Andra depuis plusieurs années, des pressions multiples exercées et d’une présence policière omniprésente sur le territoire.
La crainte est unanime. La menace de l’expropriation plane et on perçoit d’ores et déjà les velléités de l’Andra : vider le territoire de ses habitant-es. Dans des villages autour de Bure, des maisons rachetées par l’Andra ont déjà été rasées au prétexte qu’elles étaient trop vétustes alors qu’il s’agissait surtout d’éviter l’installation de nouveaux habitant-es… et opposant-es. De nombreux services qui fixent la population sont progressivement abandonnés (collège, activités diverses). L’argent déversé sur le territoire -pour acheter le consentement des populations- est illusoire. Une part toujours plus importante est consacrée aux projets de BTP en lien avec Cigéo et à une politique de nucléarisation du territoire non décidée avec la population.

Un recours préparé de longue date à partir d’un dossier particulièrement incomplet

Comment un projet comportant autant de risques insolubles et dont l’étude d’impact environnementale est scandaleusement insuffisante pourrait-il être déclaré d’utilité publique ?
Comment un projet dont le coût est non seulement sous-estimé mais absolument inchiffrable (parce que l’inventaire et le volume des déchets, préalables indispensables pour l’évaluer, ne sont pas définis) pourrait-il être considéré d’intérêt général ?
Le travail juridique entrepris par des opposant.es à Cigéo est en cours de longue date. Les arguments développés dans ce recours porté par 5 avocat-es ont été élaborés avec rigueur et avec le concours de personnes expertes. A savoir que le fond argumentaire de l’opposition à Cigéo n’a jamais été démenti.
Une utilité publique de circonstance, pour accompagner la relance du nucléaire
L’utilité publique du projet CIgeo a été déclarée le lendemain de l’annonce de construction de nouveaux réacteurs par la présidence française, dans un contexte européen qui place, de façon hautement contestable, le nucléaire comme énergie de transition. Pour l’Etat et une filière industrielle aux abois, Cigéo est juste un coûteux et dangereux mirage. Il s’agit de faire croire -et non d’arriver à prouver- à une solution pour les déchets radioactifs et d’imposer à un territoire qui a pourtant bien d’autres atouts, cette poubelle nucléaire à tout prix. Un destin que nombre d’habitant.es et d’associations ne cessent de dénoncer et continuent de refuser catégoriquement.
Le projet Cigéo rencontre beaucoup trop d’obstacles sur le plan technologique et financier pour franchir l’étape de l’utilité publique

RECOURS DUP en 3 parties - Part 1 - Part 2 - Part 3

RECOURS OIN
Plus d’infos dans le communiqué des requérant-es, du Front associatif et syndical.

________________________________________________________________________________________________

envoyé par R. C. et J.

Gilets jaunes » : Enquête en cours sur les pratiques de maintien de l’ordre de l’ex-préfet de police Didier Lallement

ENQUETE Un magistrat va se pencher sur la légalité au regard du droit pénal de la gestion globale d’une manifestation des « gilets jaunes » fin 2019

20 Minutes avec AFP

Publié le 08/09/22 à 11h36 — Mis à jour le 08/09/22 à 11h59

Un juge d’instruction va enquêter sur les pratiques de maintien de l’ordre de l’ex-préfet de police Didier Lallement, accusé par deux figures des « gilets jaunes » de les avoir mis en danger en les « nassant » et de les avoir empêché de manifester à Paris fin 2019.

Fait rarissime, ce magistrat va se pencher sur la légalité au regard du droit pénal de la gestion globale de la manifestation, alors que la justice ne s’intéresse habituellement qu’à des pratiques individuelles comme des tirs litigieux de lanceurs de balles de défense (LBD).

Une « technique » controversée

Dénoncée dans cette plainte : la «nasse», qui consiste à encercler les manifestants et les retenir dans un périmètre donné. Cette technique a été remise par plusieurs autorités françaises. Le Défenseur des droits a ainsi recommandé mi-2020 de mettre fin à cet « encagement » qui conduit « à priver de liberté des personnes sans cadre juridique ».

Et en juin 2021, le Conseil d’Etat a annulé plusieurs dispositions du schéma national de maintien de l’ordre (SNMO), dont celles concernant « la nasse », contraignant en décembre le ministère de l’Intérieur à encadrer et limiter le recours à cette technique.

Une plainte déposée en 2020

A l’origine de cette plainte, initialement déposée en juin 2020 contre Didier Lallement et contre X pour « atteinte arbitraire à la liberté individuelle », « entrave à la liberté de manifestation » ou « mise en danger d’autrui », deux coorganisateurs de la manifestation du 16 novembre 2019, Priscillia Ludosky, 36 ans, et Faouzi Lellouche, 56 ans.

Ce jour-là, plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies à la mi-journée place d’Italie à Paris pour fêter le premier anniversaire de la mobilisation des « gilets jaunes ». Le cortège devait partir à 14h00 mais à 14h19, la préfecture de police demande « l’annulation » de la manifestation pour cause d’ « exactions ». Vingt-deux minutes plus tard, le « gilet jaune » Manuel Coisne perd un oeil suite à un tir policier de grenade lacrymogène. La stèle du maréchal Juin, au centre de la place, est dégradée.

Une « grave atteinte à la liberté »

Présent sur les lieux, le préfet de police s’illustre par un échange devenu célèbre. A une « gilet jaune » qui l’interpelle, Didier Lallement​ répond : « Nous ne sommes pas dans le même camp, madame ! »

Soutenus notamment par la Ligue des droits de l’Homme (LDH), qui avait observé de « graves atteintes aux libertés » ce jour-là, Ludosky et Lellouche accusent le préfet et son institution d’avoir nourri la confusion et la colère en annonçant l’annulation de la manifestation après son début, puis en ordonnant aux forces de l’ordre d’encercler la place et de réprimer le rassemblement, l’empêchant d’arriver à son terme, faisant de nombreux blessés.

complément d’information

Mi-décembre 2020, selon des éléments dont l’AFP a eu connaissance, Rémy Heitz, alors procureur de Paris, répond aux plaignants.

Il classe sans suite leur plainte « au regard des éléments (…) sollicités » auprès de la préfecture de police qui montraient, selon lui, les « choix opérationnels limités dont la police disposait (…) et du contexte particulier dans lequel les forces de l’ordre intervenaient ».

Avant même la réponse de M. Heitz, les deux manifestants ont demandé par une nouvelle plainte la désignation d’un juge d’instruction.

Sollicité cette fois pour avis, le parquet de Paris maintient son opposition à une enquête, prenant en octobre 2021 de rares réquisitions aux fins de non informer.

Reprenant in extenso l’argumentation de Rémy Heitz fondée pour l’essentiel sur les éléments fournis par la préfecture de police, une procureure a justifié « qu’aucune qualification pénale ne pouvait être retenue » .

Mais dans une ordonnance consultée par l’AFP, un juge d’instruction parisien est passé outre ces réquisitions le 31 août et a décidé de lancer des investigations sur ces faits qui « peuvent légalement admettre une qualification pénale » .

Me Guillaume Martine, avocat des deux plaignants, a salué « une excellente nouvelle ».

"Mes clients se félicitent qu’une information judiciaire soit effectivement ouverte et puisse faire la lumière sur ces pratiques, notamment celle de la nasse", a-t-il dit.

Sollicitée, la préfecture de police n’avait pas réagi dans l’immédiat.

_________________________________________________________________________________________________