16 octobre 2022. Les titres des articles sont en tête de l'envoi

Pour retrouver les envois oxi antérieurs : discuter.rezo.net/c/oxi/42

Pour lire l’intégralité des articles , vous pouvez cliquer sur télécharger/voir plus ou " …"

____________________________________________________________________________________________________________________

Un mort et deux disparus après les pluies torrentielles qui ont inondé la Crète (vidéos, photos) - Grèce : une première victoire de la mobilisation étudiante - 8 ans de lutte! : Communiqué pour l’anniversaire de l’Alarm Phone

Erdogan : « Nous avons donné les instructions pour la création d’un centre de distribution du gaz vers l’Europe »

Les peuples du monde rejettent l’intervention étrangère en Haïti

L’activiste suisso-camerounaise Nathalie Yamb interdite d’entrée et de séjour sur le territoire français et une de ses prestations . Afrique: sortir des enclos

Ruée minière au XXIè siècle : jusqu’où les limites seront-elles repoussées ? - Aurore Stephant à USI

LES SERVICES ANTI-TERRORISTES MOBILISÉS POUR MATER LES GRÉVISTES

Contre l’extradition de Vincenzo Vecchi vers l’Italie. Communiqué de presse mardi 11 octobre 2022

Le 18 octobre : tous dans la rue !

_____________________________________________________________________________________________________________________

source : One dead, two missing as torrential rains hit and flood Crete (videos, picts)

Un mort et deux disparus après les pluies torrentielles qui ont inondé la Crète (vidéos, photos)

15 octobre 2022

Une personne est morte et au moins deux autres sont portées disparues après les pluies torrentielles qui ont frappé l’île de Crète samedi matin. Des maisons et des commerces ont été inondés, des rues se sont transformées en rivières de boue, des véhicules ont été emportés, des bars, des restaurants et des supermarchés ont atterri dans la mer, lorsque le ciel s’est ouvert à Héraklion, Agia Pelagia et dans les environs peu après 11 heures du matin.

vidéo : youtu.be/HrRcKxGudoY

…-

Les fortes pluies ont provoqué d’importantes inondations en quelques minutes et les habitants, en particulier ceux d’Agia Pelagia qui ont été le plus touchés, sont en colère, affirmant que les « récentes mesures anti-inondations n’ont rien apporté. »

Les routes de la région se sont transformées en rivières sauvages et les eaux impétueuses entraînent sur leur passage tout ce qui est possible, du bois aux pierres en passant par les voitures et tout ce qui se trouvait à proximité.

Vidéo : Agia Pelagia : youtu.be/u_4Ozfda7Dw

Selon les médias locaux de Crète, des maisons et des magasins ont été inondés dans la région, les habitants et les commerçants ne sachant pas quoi faire.

La situation est grave également dans les zones de Lygaria, Paleokastro et Ammoudara de la municipalité de Malevizi.

Les habitants indignés appellent à l’aide, de nombreux sous-sols étant inondés.

Dans le même temps, plusieurs zones ont été privées d’électricité, comme la zone d’Agios Ioannis à Knossos où, dès les premières minutes de pluie, l’électricité était coupée depuis 10h20.

Le front du mauvais temps se déplaçant vers l’est de la Crète, les autorités ont averti les habitants de Lasithi par un sms via la ligne d’urgence 112.

Sitia inondée

Les autorités ont demandé aux habitants des zones touchées d’éviter tout déplacement inutile.

L’alerte météorologique du Service météorologique national est valable jusqu’à dimanche midi sur KTG.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

_____________________________________________________________________________________________________________________

source : tpt4.org/2022/10/13/grece-une-premiere-victoire-de-la-mobilisation-etudiante/

Grèce : une première victoire de la mobilisation étudiante

altinogστο13 Οκτωβρίου, 2022/0 comments

par A. Sartzekis

[Αναδημοσίευση από το γαλλικό Hebdo L’Anticapitaliste – 632 (13/10/2022) ]

Alors que la rentrée universitaire a lieu en ce moment, une impressionnante mobilisation étudiante s’est déroulée en septembre, avant tout à Athènes et Salonique, mais avec un écho national favorisant la suite du mouvement.

Les raisons de la mobilisation : la mise en route d’un projet reflétant le caractère policier du gouvernement ultra-­libéral de Mitsotakis, à savoir la création d’un corps de police affecté aux facs, avec tourniquets aux entrées et caméras de surveillance. Tout cela agrémenté de réformes des instances administratives, avec renforcement du pouvoir des chefs. Et comme raison de fond, dans un pays où les luttes ont permis de garder à l’université un caractère relativement démocratique, le projet d’adapter la fac aux stricts besoins des entreprises et de permettre le développement des facs privées, jusque-là interdites par la Constitution, tout en réduisant autoritairement le nombre d’étudiantEs dans le public, ce qui a commencé depuis un an. N’ayant jamais étudié dans une fac grecque mais connaissant la résistance populaire aux plans de casse, Mitsotakis et sa fine équipe (une ministre de l’Éducation nationale réac ultra-orthodoxe, un ministre du Supérieur qui nie la révolte anti-fasciste des étudiants de Polytechnique en 1973, un ministre de la Police voulant faire oublier qu’il a milité au KKE, le PC grec, etc.) ont donc décidé de commencer par la répression, les premiers groupes de la nouvelle police se présentant (de nuit) dans les facs début septembre.

Une répression sauvage

Mais ces nouveaux venus n’étaient pas seuls : d’un côté, ils étaient accompagnés par les MAT (CRS grecs). Et surtout, de l’autre, les étudiantEs se sont immédiatement mobilisés : plusieurs centaines en pleine nuit à Salonique, et plus encore en plein jour, bloquant les entrées des facs de Salonique et Athènes, et relayant dans les rues leur refus d’une université de la terreur, avec d’impressionnantes manifs dans les deux villes, notamment à Salonique où la complicité du doyen avec les forces de ­répression a conduit à exiger sa démission.

Furieux, le pouvoir a déchaîné sa police contre la jeunesse étudiante : le 16 septembre, elle chargeait un concert de solidarité à la fac de Salonique (une « action de résistance à l’occupation du territoire », selon un étudiant organisateur), auquel participaient 5 000 personnes, dont des enfants, et il s’en est fallu de peu qu’on ait des morts devant une telle sauvagerie. Même scénario contre une grosse manif à Athènes. Résultats : le lendemain, les manifs étaient encore plus grosses, et des sondages montraient le soutien massif de la jeunesse à ces mobilisations.

Alors, après plusieurs autres charges et provocations et le risque évident d’une mobilisation encore plus forte, le pouvoir a mis la pédale douce ces deux dernières semaines, sa police « universitaire » se faisant quasiment invisible. Victoire donc pour le mouvement étudiant et son organisation en AG, mais victoire que, comme le disent beaucoup à gauche, on sait provisoire : d’une part le gouvernement explique ce « répit » par le manque d’équipements (caméras, tourniquets) indispensable à ses facs prisons ; d’autre part, comme ce gouvernement n’a pas d’autre cap que les privatisations, les cadeaux aux copains (comme on l’a vu avec l’enseignement à distance), il est évident qu’il va repartir à l’agression contre l’université publique et ses usagerEs.

Face à cette perspective, le mouvement devra veiller à s’auto-­organiser pour obtenir la victoire : le retrait de la loi universitaire, avec sa dimension policière unique en Europe. Dimension s’expliquant par un autre élément : en juin 2023 au plus tard auront lieu les élections et la seule ligne politique actuellement possible pour Mitsotakis est de s’aligner davantage encore sur l’extrême droite, avec clins d’œil aux électeurs du groupe nazi interdit Chryssi Avgi. Une raison de plus pour soutenir le mouvement étudiant en cours !

A. Sartzekis

Athènes, le 9 octobre 2022

___________________________________________________________________________________________________

source : alarmphone.org/en/2022/10/11/8-years-of-struggle/

8 ans de lutte!

October 11, 2022

Communiqué pour l’anniversaire de l’Alarm Phone .Il se trouve sur notre site web dans les langues suivantes : anglais, français, arabe, espagnol, italien et allemand.

Il y a huit ans, le 11 octobre 2014, nous inaugurions le lancement de l’Alarm Phone, une ligne d’assistance pour les personnes se trouvant en détresse en mer. Nous avons choisi cette date car elle marquait l’anniversaire d’une catastrophe qui s’était produite le 11 octobre 2013, lorsque les autorités italiennes et maltaises avaient retardé le sauvetage d’un bateau en train de couler. Plus de 200 personnes sont mortes dans le naufrage. Au cours des huit dernières années, nos équipes ont été disponibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et ont aidé plus de 5 000 bateaux en détresse le long des différentes routes maritimes vers l’Europe – la mer Méditerranée, l’Atlantique jusqu’aux îles Canaries et, depuis 2022, également la Manche, de la France au Royaume-Uni. Ces 5 000 bateaux ne transportaient parfois que cinq ou dix personnes, pour la plupart entre 30 et 80 individus, mais aussi fréquemment plus de 100 personnes, parfois même plus de 500 personnes.

Par téléphone, nous avons été témoins de la disparition ou de la noyade de milliers de personnes au cours des huit dernières années. Nous avons écouté leurs parents et amis désespérés, à la recherche de leurs proches ou en quête de réponses. Nous avons également été témoins de refoulements violents, de la manière dont des personnes sont abandonnées à leur sort en pleine mer, ou bien capturées et renvoyées de force vers le pays qu’elles avaient cherché à fuir.

Dans le même temps, nous avons vécu d’innombrables moments de joie, de résistance et de solidarité, avec des personnes ayant pu atteindre l’Europe, ou ayant été secourues à temps. Nous avons été témoins de la façon dont les personnes qui font la traversée se sont organisées de manière collective pour contourner les frontières de l’UE, et comment celles-ci ont construit des structures de soutien tout au long de leur voyage. Et nous avons fait partie de réseaux de solidarité de plus en plus grands, avec une flotte et des avions civils qui sillonnent la mer et le ciel, des équipages de navires marchands, ainsi que des mouvements militants qui se sont rassemblés pour lutter contre la violence des frontières.

En Méditerranée occidentale, entre le Maroc et l’Espagne, nous pouvons encore observer des opérations de sauvetage menées par le Salvamento Maritimo espagnol, souvent le long de la route vers les Canaries. Malgré tout, l’Espagne, et l’UE dans son ensemble, continuent de financer le Maroc pour qu’il joue son rôle de gardien des frontières européennes et nous avons assisté à de terribles brutalités dans cette région, notamment près de Melilla. Le 24 juin 2022, au moins 40 personnes ont été tuées lors d’un massacre à caractère raciste au niveau de la clôture de l’enclave espagnole – une scène insoutenable de violence néocoloniale, menée par les forces marocaines, mais soutenue par les politiques migratoires et frontalières de l’UE. Ces victimes font partie des milliers de personnes qui meurent aux frontières espagnoles chaque année, notamment le long de la route de l’Atlantique.

La guerre contre les personnes qui se déplacent est également une réalité quotidienne en mer Égée, ainsi qu’à la frontière terrestre entre la Turquie et la Grèce. Les gouvernements grec et turc utilisent les personnes qui voyagent comme des pions dans leurs jeux de pouvoir militaristes et nationalistes. Si les refoulements grecs existent depuis longtemps, ils sont devenus systématiques à partir de mars 2020. Même les personnes ayant déjà mis le pied sur les îles grecques sont forcées de monter sur de petits radeaux de sauvetage et abandonnées dans les eaux turques. Ce sont clairement des cas de tentatives de meurtre. Ces crimes qui se déroulent aux frontières sont devenus monnaie courante en mer Égée et dans la région de l’Évros. En mars dernier, la petite Maria, âgée de 5 ans, faisait partie des personnes qui ont perdu la vie à cause de ce régime de refoulement.

En Méditerranée centrale, un régime de refoulement inversé a été mis en place, notamment grâce à une collaboration entre les drones de Frontex, les avions de l’UE, et les soi-disant « garde-côtes libyens ». La flotte civile étant souvent présente dans cette zone frontalière, de nombreux cas de non-assistance et d’interception ont pu être contrés, des personnes secourues, et les crimes frontaliers documentés et dénoncés publiquement. Néanmoins, la route de la Méditerranée centrale reste l’une des plus meurtrières au monde, notamment parce que les États membres de l’UE ne viennent pas secourir les bateaux en détresse dans les zones les plus dangereuses au large des côtes libyennes et tunisiennes.

De plus en plus de personnes ayant survécu à la traversée de l’UE doivent à nouveau utiliser des embarcations précaires pour tenter de rejoindre le Royaume-Uni. Les arrivées par la Manche ont considérablement augmenté ces dernières années. En constatant ce phénomène, nous avons décidé, en 2022, d’intégrer la route de la Manche dans le travail de l’Alarm Phone. Notre équipe WatchTheChannel a effectué des recherches et préparé un manuel de détresse en collaboration avec d’autres réseaux locaux en France et au Royaume-Uni.

Toutes les voies maritimes sont, et restent, des espaces contestés sur le plan politique. Les personnes qui se lancent dans la traversée exercent leur liberté de circulation, tandis que nous, en tant que réseau Alarm Phone, essayons d’instaurer de la solidarité le long des différentes routes. La circulation et la ténacité des personnes migrantes restent les forces motrices de la lutte contre les régimes d’apartheid européens et mondiaux. Des milliers d’arrivées continuent de défier l’étanchéité et l’externalisation des frontières de l’UE. Dans le même temps, les luttes auto-organisées pour le droit de rester et contre l’exploitation raciste à l’intérieur de l’UE se poursuivent. Les parents et les amis des personnes disparues ou mortes continuent d’organiser des actions de commémoration pour se souvenir et rechercher leurs proches, tout en protestant contre la violence aux frontières qui sont la cause de la disparition ou de la mort de ces derniers.

Nous nous sommes battus pendant huit ans.

Nous continuerons.
Nous n’abandonnerons jamais.

Alarm Phone
Octobre 2022

_____________________________________________________________________________________________________

source : www.aa.com.tr/fr/politique/erdogan-nous-avons-donn%C3%A9-les-instructions-pour-la-cr%C3%A9ation-dun-centre-de-distribution-du-gaz-vers-leurope-/2711605

Erdogan : « Nous avons donné les instructions pour la création d’un centre de distribution du gaz vers l’Europe »

par Barış Gündoğan. 14 octobre 2022

Le président turc a assuré que les choses avanceront vite sur ce projet proposé par son homologue russe Vladimir Poutine.

Le président de la République de Türkiye, Recep Tayyip Erdogan, a déclaré que les préparatifs pour la création, avec la Russie, d’un grand centre de distribution du gaz naturel en Türkiye vont se faire sans perdre de temps.

Le Chef de l’État turc a fait des déclarations aux journalistes, jeudi soir, lors du vol retour en provenance d’Astana où il a participé au sommet de la Conférence pour l’interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA).

Erdogan est longuement revenu sur la proposition de son homologue russe, Vladimir Poutine, de créer en Türkiye, « pays le plus sûr pour cela », d’un grand centre de distribution du gaz naturel vers l’Europe.

Il a expliqué qu’après leur rencontre à Astana, Poutine et lui-même ont donné les instructions nécessaires aux organismes et institutions concernées pour travailler sur ce projet.

« Notre ministère de l’Énergie et la partie russe vont proposer un plan de travail. Une fois adopté, nous avancerons sans perdre de temps », a-t-il affirmé.

Le président turc a expliqué que l’emplacement qui sera sélectionné devra être stratégique et faciliter l’acheminement du gaz naturel vers l’Europe.

« La Thrace est la région la plus propice pour accueillir un centre de distribution du gaz. Nous avons donné, avec M. Poutine, les instructions à nos institutions », a-t-il estimé.

Au sujet de la guerre Russie-Ukraine, Erdogan a assuré que la Türkiye, en position centrale pour discuter avec les deux pays, poursuivre ses efforts diplomatiques pour une paix dans les plus brefs délais.

Concernant le projet turc d’acquérir des avions de chasse F-16, le dirigeant turc s’est félicité de la position récente du Sénat américain, qui a supprimé des amendements qui conditionnaient et rendaient difficile la réalisation d’une telle transaction.

« Les derniers développements [budget adopté au Sénat américain] montrent que certaines choses ont changé », s’est-il réjouit.

En ce qui concerne la politique grecque d’armer les îles de la mer Égée, malgré leur statut démilitarisé et les accords internationaux, Erdogan a affirmé que son pays est prêt et prend toutes les mesures nécessaires.

« Une fois que nous aurons enfilé notre armure, rien de tout cela ne nous effraiera », a-t-il lancé.

Pour conclure, le président turc s’est félicité de l’atmosphère dans laquelle se sont déroulées les rencontres avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan à Prague la semaine passée.

source : Agence Anadolu

_______________________________________________________________________________________****

source : peoplesdispatch.org/2022/10/13/the-people-of-the-world-reject-foreign-intervention-in-haiti/

Les peuples du monde rejettent l’intervention étrangère en Haïti

Par People’s Dispatch.

13 octobre 2022
.
Suite à l’appel du dirigeant de facto Ariel Henry à une aide militaire internationale pour résoudre la crise de la violence des gangs en Haïti, les mouvements du monde entier se sont rassemblés pour défendre le droit du peuple haïtien à la souveraineté.

Le peuple haïtien est dans la rue depuis des semaines pour protester contre l’inflation galopante, la dévaluation de la monnaie et la crise politico-institutionnelle que traverse le pays. Ces protestations se sont intensifiées cette semaine à la suite de la déclaration du président de facto et premier ministre Ariel Henry, qui a officiellement demandé un soutien militaire étranger pour endiguer la violence des gangs.

Les mouvements haïtiens affirment que cette démarche renforce la criminalisation déjà alarmante des mouvements sociaux qui réclament des changements dans le pays, et ouvre la voie à une nouvelle occupation militaire étrangère du pays. Leurs protestations contre l’appel à l’intervention militaire ont été accueillies par une violence et une répression brutales.

En réponse à la demande d’intervention étrangère de Henry et aux protestations déterminées du peuple haïtien, les mouvements et organisations populaires du monde entier ont exprimé leur solidarité avec le peuple haïtien et rejeté toute violation de sa souveraineté territoriale et politique.

Le Parti pour le socialisme et la libération des États-Unis a publié une déclaration intitulée « Pas d’invasion américaine d’Haïti », dans laquelle il souligne que « l’intervention militaire de la soi-disant « communauté internationale » n’a toujours apporté à Haïti que des souffrances et des difficultés accrues ».

Ils ont ajouté que la demande de Henry est elle-même illégitime, soulignant que « l’ensemble du gouvernement de Henry n’existe que parce qu’il a été soutenu par un groupe de puissances occidentales dirigé par les États-Unis à la suite de l’assassinat de l’ancien président Jovenel Moïse en 2021. La Cour suprême et le corps législatif du pays étant frappés de paralysie, le chaos institutionnel régnait et les revendications de l’autorité exécutive étaient concurrentes. Henry a finalement été choisi par l’administration Biden et a reçu une reconnaissance internationale, mais il n’a aucun mandat de gouverner de la part du peuple haïtien. »

À New York, un groupe de militants de différents pays d’Amérique latine a protesté devant le consulat haïtien et a présenté une lettre signée. La lettre se lit comme suit : « Nous exprimons catégoriquement notre indignation face à l’agenda de terreur imposé par les élites haïtiennes et les groupes oligarchiques qui ont promu et/ou se sont mis d’accord avec les gangs et parrainés par le gouvernement des États-Unis. » Il ajoute que ce même gouvernement américain a bloqué « toute solution qui respecte la volonté du peuple et de ses organisations de base qui sont descendues dans la rue pour exiger une solution réelle, qui place le peuple et les travailleurs haïtiens au centre de leur programme ».

Au cours de l’action, Jessie Legros, un migrant haïtien à New York et membre du Groupe de soutien haïtien, a déclaré à Peoples Dispatch : " Les États-Unis s’ingèrent dans les affaires d’Haïti depuis des années maintenant… il est important que le monde sache ce qui se passe en Haïti. Haïti est souvent dépeint comme un pays pauvre, incapable de s’organiser, mais nous savons que ce n’est pas vrai."

L’activiste communautaire a souligné que si les États-Unis soutiennent Henry, ils n’ont pas écouté les aspirations et les propositions du peuple haïtien, comme ce qui est décrit dans les Accords de Montana. « Les États-Unis refusent de reconnaître [l’Accord de Montana] et ont choisi de soutenir le Premier ministre de facto Ariel Henry, qui, selon tous les rapports, a été impliqué dans l’assassinat de Jovenel Moise. Aujourd’hui, je suis donc ici pour dire NON à l’intervention américaine, car chaque intervention entraîne plus de douleur et plus de souffrance. Le monde doit savoir que ce qui se passe actuellement en Haïti n’est pas acceptable ».

Plus de 60 organisations de tous les États-Unis ont publié une déclaration après l’annonce de Henry vendredi et ont organisé un rassemblement le mardi 11 octobre à Miami, en Floride. Ils ont écrit : « Les États-Unis doivent cesser de soutenir le régime répressif d’Haïti et laisser émerger une véritable solution haïtienne à la crise. »

______________________________________________________________________________________________________________

envoyé par B.S. et P.B.

L’activiste suisso-camerounaise Nathalie Yamb interdite d’entrée et de séjour sur le territoire français

source : www.france24.com/fr/afrique/20221015-l-activiste-nathalie-yamb-interdite-d-entr%C3%A9e-et-de-s%C3%A9jour-sur-le-territoire-fran%C3%A7ais

Une de ses prestations :

Afrique: sortir des enclos

source : www.youtube.com/watch?v=-Ui9G3cGpm8&t=57s

_____________________________________________________________________________________________________________________

Ruée minière au XXIè siècle : jusqu’où les limites seront-elles repoussées ? - Aurore Stephant à USI

vidéo : youtu.be/i8RMX8ODWQs

USI Events

Le monde fait face à une demande croissante en ressources minérales dans tous les secteurs, en particulier ceux de la construction, du transport, de la défense, de l’approvisionnement en énergie ou encore des technologies de l’information et de la communication. Si la mine a servi toutes les révolutions industrielles, il est désormais attendu qu’elle soit plus que jamais sollicitée pour l’avènement de la Révolution 4.0, celle de la « dématérialisation », des énergies « propres » et des technologies « vertes ». Jusqu’où toutes ces limites seront-elles repoussées pour répondre à une consommation de métaux démesurée ? La conférence USI découvre et rend accessible les spécialistes de renommée internationale en sciences, en technologie, et en philosophie pour contribuer au progrès des organisations. USI accompagne les entreprises du CAC 40 et SBF 120 à faire face aux enjeux de transformation stratégiques, technologiques et de management dans un monde en constante évolution. C’est également un espace d’inspiration, de rencontres et d’échanges avec un line-up inédit en Europe. Abonnez-vous à notre chaîne et suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/USIEvents LinkedIn : https://www.linkedin.com/showcase/usi…

___________________________________________________________________________________________
source : forum.blast-info.fr/t/les-services-anti-terroristes-mobilises-pour-mater-les-grevistes/5218

Blast. LES SERVICES ANTI-TERRORISTES MOBILISÉS POUR MATER LES GRÉVISTES

4 octobre 2022

L’an dernier, pendant plus de 4 mois, des salariés de l’entreprise publique Réseau Transport Électricité ont fait une grève pour obtenir une petite augmentation salariale. Après avoir laissé le conflit s’enliser, puis refusé cette augmentation, elle a procédé à des mises à pied, jusque là, un cas tristement banal.

Mais c’est la suite des événements qui est choquante et presque inédite : Suite à cette grève, la direction décide de porter plainte contre X, et le 4 octobre 2022, 4 salariés sont arrêtés à leur domicile, menottés, perquisitionnés, accusés devant leur famille de « cyber terrorisme en bande organisée » et emmenés à la Direction Générale de la Sécurité Intérieure, pour une garde à vue de 96 heure. La CGT dénonce « un traitement réservé aux terroristes présumés ».

Que s’est il vraiment passé ? Pourquoi la DGSI se retrouve mêlée à un mouvement de grève au sein d’une entreprise publique ?

Explications de Francis Casanova, délégué syndical central CGT RTE.

vidéo ; youtu.be/MW0gI0IAywE – 14 mn

________________________________________________________________________________________________________

Comité de soutien à Vincenzo Vecchi

Contre l’extradition de Vincenzo Vecchi vers l’Italie

Communiqué de presse mardi 11 octobre 2022 – 13h

Aujourd’hui 11 octobre, à 10h, s’est tenue l’audience de la Cour de cassation de Paris qui doit décider du sort de Vincenzo Vecchi.

Près de deux cents personnes venues de Rochefort-en-Terre et d’ailleurs s’étaient rassemblées devant le palais de justice pour affirmer leur soutien sans faille à leur ami et une délégation de plus de 20 personnes du Comité assistait à l’audience.

L’enjeu de cette audience est capital :

La Cour va-t-elle…

  • respecter les principes fondamentaux du droit du citoyen en déclarant non-applicable le Mandat d’Arrêt Européen à l’encontre de Vincenzo Vecchi ?
  • ou bien va-t-elle entériner l’avis de la Cour de Justice de l’Union Européenne qui en juillet a préconisé sa remise à l’Italie où il est menacé de 12 ans d’emprisonnement sur la base d’une loi fasciste pour un délit créé de toutes pièces ?

La défense, à travers notamment une superbe plaidoirie de Paul Mathonnet, a posé une QPC (Question prioritaire de Constitutionnalité) rappelant que « le pays qui exécuterait le MAE cautionnerait une loi mussolinienne » et, qui plus est, dans le contexte politique italien actuel plus qu’inquiétant.

Quoi qu’il en soit, les parties sont d’accord pour renvoyer l’affaire devant une autre cour d’appel.

Le jugement, mis en délibéré, sera rendu le mardi 29 novembre.

En attendant, nous restons tous mobilisés et continuons à recueillir de multiples témoignages de solidarité issus de tous horizons (à lire sur notre site)…

Comité de Soutien à Vincenzo – www.comite-soutien-vincenzo.org

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

Le 18 octobre : tous dans la rue !

_______________________________________________________________________________________________________________________