19 juin 2022. Les titres des articles sont en tête de l'envoi

Pour retrouver les envois oxi antérieurs : discuter.rezo.net/c/oxi/42

Pour lire l’intégralité des articles , vous pouvez cliquer sur télécharger/voir plus ou "

____________________________________________________________________________________

29ème Festival Anti-Nazi sur l’île de Céphalonie du vendredi 29 juillet au dimanche 7 août. - La Commission européenne et l’Eurogroupe mettent fin à la surveillance renforcée de la Grèce - Marbres du Parthénon : Grecs et Britanniques protestent à l’intérieur du British Museum - Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, est accusé d’être « l’ambassadeur d’Erdogan ». - La Turquie s’en prend à l’Allemagne pour ses commentaires critiquant la politique d’Ankara à l’égard de la Grèce. - « L’intégration des immigrants légaux » fait partie de la solution du problème démographique de la Grèce, dit le PM. - Le vendredi 10 juin les kurdes ont manifesté à Athènes.

Royaume-Uni : le vol censé expulser des migrants vers le Rwanda annulé à la dernière minute.

Le silence assourdissant du ministre des Affaires étrangères envers la communauté grecque en Ukraine.

La ministre de l’Intérieur signe l’ordre d’extradition d’Assange

Déclaration finale du Sommet des Travailleurs des Amériques

réfugiés italiens menacés d’extradition : dernière audience avant les délibérés

Appel - Pas une bassine de plus ! En cas de démarrage d’un nouveau chantier de mégabassine, on l’arrête en masse le 3e week-end d’après

_________________________________________________________________________________

The press project

vendredi 10 juin 2022 Publié : 12:51:01

29ème Festival Anti-Nazi - Lutte commune pour un monde sans fascisme (Jeunesse contre le Racisme en Europe)

L’événement de cette année aura lieu sur l’île de Céphalonie et plus précisément au « Camping Argostoli », du vendredi 29 juillet au dimanche 7 août.

discussions

concerts
autogéré bar et cuisine
vue
fête
ateliers sorties pour
les enfants
excursions

Plus de détails sur tout ce qui précède seront publiés dans les semaines et les mois à venir au fur et à mesure que le calendrier complet sera mis en place.

Le coût de la participation avec transport organisé depuis Athènes, Thessalonique et Volos est de 135 euros et comprend :

9 nuits d’hébergement avec votre propre tente
bus et ferry avec retour (Athènes - Kyllini - Poros Céphalonie - camping Argostoli ou Thessalonique - Vasiliki Leucade - Fiskardo Céphalonie - camping Argostoli, respectivement)
participation gratuite à tous les événements

Pour ceux qui voyagent seuls, le coût est de 9 euros par nuit.

Il y aura des prix spéciaux pour les enfants jusqu’à 12 ans

Il y a des maisons en bois disponibles - des caravanes - des tentes installées pour 2 ou 3 personnes, mais elles doivent être réservées à l’avance.

Pour réservations et informations, contactez : www.campingyre.gr et www.antinazizone.gr et sur facebook Camping YRE et Antinazi Zone

Téléphones de contact :

Athènes 6976436302
Thessalonique 6977646995
Volos 6973322182
Mytilène 6986940109

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.keeptalkinggreece.com/2022/06/16/commission-eurogroup-end-enhanced-surveillance-for-greece/

La Commission européenne et l’Eurogroupe mettent fin à la surveillance renforcée de la Grèce

16 juin 2022

La Commission européenne a proposé lors de la réunion de l’Eurogroupe jeudi de mettre fin à la surveillance renforcée de la Grèce le 20 août 2022, date de fin de ce programme, et de ne pas la prolonger. Cette décision a été prise « compte tenu de la réalisation réussie de l’essentiel des engagements politiques de la Grèce. »

Une ère de 12 ans se termine le 20 août.

« Ceci, combiné à l’abolition plus tôt des contrôles de capitaux et au remboursement intégral des prêts du FMI, rétablirait des conditions normales en Grèce pour la première fois depuis 2010 », a déclaré une déclaration de l’Eurogroupe après avoir discuté des progrès de la Grèce dans la mise en œuvre des réformes et de ses perspectives macroéconomiques, sur la base du 14e rapport de surveillance renforcée de la Commission européenne.

" Cela signifie que le suivi de la situation économique, budgétaire et financière de la Grèce se poursuivra à la fois dans le cadre de la surveillance post-programme établie et dans le cadre du semestre européen. Le Mécanisme européen de stabilité (MES) continuera à surveiller la capacité de remboursement de la Grèce dans le cadre du système d’alerte précoce, conformément aux règlements en vigueur. En outre, les réformes et les investissements importants continueront également à être surveillés dans le cadre de la mise en œuvre du plan de redressement et de résilience de la Grèce", ajoute la déclaration de l’Eurogroupe.

Depuis la sortie des plans de sauvetage en 2010-2018, l’économie et la politique grecques ont été suivies dans le cadre de la surveillance renforcée de la zone euro, tandis qu’Athènes s’est appuyée uniquement sur les marchés pour ses besoins de financement.

L’Eurogroupe a également débloqué la septième tranche de mesures de dette conditionnées par les politiques, d’un montant de 748 millions d’euros.

« L’Eurogroupe a salué l’évaluation par les institutions européennes que les conditions nécessaires sont en place » pour confirmer le déblocage de la tranche, ajoute le communiqué.

« La Grèce revient à la normalité européenne et elle n’est plus une exception dans la zone euro », a déclaré jeudi le ministre des Finances Christos Staikouras, commentant la décision de l’Eurogroupe de mettre fin au statut de surveillance renforcée de la Grèce.

« Aujourd’hui est un jour historique pour la Grèce. Un grand objectif national est atteint et le pays sortira du statut de surveillance renforcée cet été, mettant fin - en même temps que le remboursement anticipé des prêts du FMI et la levée des limitations de capital - à un chapitre difficile pour la Grèce, un chapitre ouvert en 2010. La Grèce revient à la normale et n’est plus une exception dans la zone euro. Les décisions prises aujourd’hui par l’Eurogroupe reconnaissent les grands sacrifices de la société grecque et le programme de réforme du gouvernement actuel dans le domaine économique », a ajouté le FinMin.

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.keeptalkinggreece.com/2022/06/19/parthenon-marbles-protest-british-museum/

Marbres du Parthénon : Grecs et Britanniques protestent à l’intérieur du British Museum

Le 19 juin 2022

Des Grecs et des Britanniques ont manifesté dans la salle du British Museum où sont exposés les marbres du Parthénon pour demander leur restitution à la Grèce.

Les manifestants ont déployé des banderoles et des drapeaux grecs.

L’auteur anglaise et citoyenne grecque honoraire Victoria Hislop a présenté un gâteau avec des bougies représentant les 13 ans de l’inauguration du Musée de l’Acropole à Athènes et les a soufflées, a rapporté la télévision Skai.

Εκδήλωση στο Βρετανικό Μουσείο

Six députés britanniques ont appelé au retour des marbres en Grèce, a rapporté le journal Ta Nea.

L’un d’eux, le député travailliste Shami Chakrabarti, a déclaré à Ta Nea qu’il ne pouvait y avoir de meilleur moment pour la réunification des marbres du Parthénon. Un autre, le député SNP Dave Doogan a déclaré que le British Museum devrait faire ce qu’il faut et les rendre à leur place légitime et que ne pas les rendre est une insulte à la Grèce. « Nous devons expliquer que le retour des marbres est exceptionnel et ne constituerait pas un précédent pour […] le retour d’autres œuvres d’art », a-t-il déclaré.

L’un des arguments britanniques de longue date pour ne pas rendre les marbres, enlevés par Thomas Bruce, 7e comte d’Elgin, et ses agents sur une période de plusieurs années (1801-12) à Athènes, qui faisait alors partie de l’Empire ottoman, était qu’il n’y avait pas d’endroit approprié en Grèce pour les exposer. Mais même après l’inauguration du musée de l’Acropole, en 2009, le gouvernement britannique et les administrateurs du British Museum se sont opposés à la restitution des marbres.

Il y a quelques jours, le conservateur du British Museum, George Osborne, a proposé le partage temporaire des marbres avec la Grèce, ce qui n’a pas été accueilli avec enthousiasme à Athènes.

____________________________________________________________________________________________________________________________________

source : greekreporter.com/2022/06/14/nato-chief-stoltenberg-accused-erdogan-ambassador/

Le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, est accusé d’être « l’ambassadeur d’Erdogan ».
Par
Tasos Kokkinidis
14 juin 2022

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a été accusé mardi par l’opposition grecque d’agir comme « l’ambassadeur d’Erdogan » auprès de l’Alliance.

Le leader du PASOK-Mouvement pour le changement, Nikos Androulakis, a critiqué M. Stoltenberg pour ses déclarations sur les provocations de la Turquie contre la Grèce et les objections qu’il exprime concernant l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’Alliance.

« Malheureusement, ce n’est pas la première fois que M. Stoltenberg choisit de justifier le régime autoritaire d’Erdogan, voire l’attitude extorquée de la Turquie à l’égard de la Suède et de la Finlande », a déclaré M. Androulakis, ajoutant : « Tout le monde doit absolument comprendre que ce sera la dernière. Il ne peut pas être à la fois l’ambassadeur d’Erdogan et le secrétaire général de l’OTAN. »

Stoltenberg adopte les réserves de la Turquie sur l’élargissement nordique de l’OTAN

Dimanche, M. Stoltenberg a déclaré que les préoccupations exprimées par la Turquie au sujet de l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’alliance étaient légitimes.

S’exprimant aux côtés du président finlandais Niinistö, le secrétaire général a déclaré qu’Ankara avait « des préoccupations légitimes. Il s’agit de terrorisme, d’exportations d’armes ».

« Nous devons nous rappeler et comprendre qu’aucun allié de l’OTAN n’a subi plus d’attaques terroristes que la Turquie », a déclaré Stoltenberg.

Le chef de l’OTAN a répété le même argument lors d’une interview avec l’Agence de presse Athènes-Macédoine (AMNA) au cours de laquelle il a ajouté :

« Nous devons répondre aux préoccupations de sécurité de tous les Alliés, y compris aux graves inquiétudes de la Turquie concernant le groupe terroriste PKK, et trouver une voie unie pour avancer. La Turquie a beaucoup souffert aux mains du PKK, et a plus souffert du terrorisme que n’importe quel autre Allié. La Turquie a donc des préoccupations légitimes, que tous les Alliés devraient prendre au sérieux ».

Le chef de l’OTAN parle de « désaccords » entre la Grèce et la Turquie

Dans la même interview accordée à l’AMNA, Stoltenberg a refusé de condamner la Turquie pour ses provocations contre la Grèce.

Ankara fait monter la tension dans la région par des déclarations menaçantes répétées contre la souveraineté grecque sur les îles grecques de la mer Égée, par de nombreux survols provocateurs d’avions armés non seulement profondément dans l’espace aérien national grec mais littéralement au-dessus d’îles grecques habitées, et par un flux accru de mouvements de migrants illégaux vers les frontières de la Grèce une fois de plus.

« Nous ne devrions pas être surpris qu’il y ait parfois de forts désaccords entre nos pays », a déclaré Stoltenberg. « Mais la diversité des opinions et des débats est un élément essentiel de nos démocraties. »

« Nous exhortons la Grèce et la Turquie à résoudre leurs différends en mer Égée dans un esprit de confiance et de solidarité alliée », a-t-il ajouté, ce qui signifie qu’il faut « faire preuve de retenue et de modération (…) et s’abstenir de toute action ou rhétorique susceptible d’envenimer la situation. »

Les déclarations de Stoltenberg sur la Grèce et la Turquie ont été condamnées par le chef du parti PASOK.

« Les provocations en mer Égée et en Méditerranée orientale, la menace de guerre contre la Grèce, la remise en cause de notre souveraineté nationale dans les îles de la mer Égée orientale et la doctrine révisionniste des dirigeants turcs ne sont pas de simples désaccords ou des ‹ accidents › », comme il l’a déclaré dans l’interview.

Le leader du PASOK a souligné que le secrétaire général de l’OTAN a, en fait, qualifié d’« allié engagé » la Turquie, un pays qui viole les droits de l’homme et l’État de droit et fonctionne comme un facteur de déstabilisation du Caucase à la Méditerranée orientale et à la mer Égée."

« [La Turquie] est le seul État membre de l’OTAN qui n’a imposé aucune sanction à la Russie depuis le début de la guerre », a-t-il souligné.

___________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.keeptalkinggreece.com/2022/06/16/turkey-germany-greece-criticism/

La Turquie s’en prend à l’Allemagne pour ses commentaires critiquant la politique d’Ankara à l’égard de la Grèce.

Le 16 juin 2022

La Turquie s’est emportée contre l’Allemagne suite aux commentaires de son ministre des Affaires étrangères qui s’est dit préoccupé par la récente escalade de la rhétorique agressive contre la Grèce et les violations de l’espace aérien du pays.
Les déclarations du gouvernement turc « ne favorisent pas le dialogue constructif et la stabilité dans la région », tandis que « la rhétorique agressive en particulier, ainsi que les violations turques de l’espace aérien grec, suscitent l’inquiétude », a déclaré mercredi le porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères, Christian Wagner.

Dans une déclaration publiée jeudi, le porte-parole du ministère turc des affaires étrangères, Tanju Bilgic, a qualifié les commentaires de M. Wagner d’« inacceptables » et l’a accusé de « partialité ».

"Il est inacceptable que le porte-parole allemand fasse des allégations infondées contre notre pays, alors que la Grèce est la partie qui viole l’espace aérien de notre pays, effectue des vols au-dessus de notre continent et harcèle nos avions. Nous tenons à vous rappeler que la Turquie n’est pas la partie qui a annoncé qu’elle avait gelé les réunions [entre les deux parties], en utilisant les dernières tensions comme excuse. Nous vous invitons une fois de plus à ne pas faire de commentaires biaisés", a déclaré M. Bilgic.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.keeptalkinggreece.com/2022/06/08/greece-demographic-problem-migrants-young-greeks/

"L’intégration des immigrants légaux" fait partie de la solution du problème démographique de la Grèce, dit le PM.

8 juin 2022

Le vieillissement rapide de la population grecque et la baisse du taux de natalité constituent des menaces importantes pour la capacité du pays à se développer, a averti mercredi le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis, qui a annoncé la création d’un conseil national chargé d’inverser les tendances démographiques négatives.

« Nous n’avons pas affaire à une menace pour notre identité nationale, mais à un défi direct pour la capacité du pays à produire des richesses au niveau individuel et collectif, soutenant ainsi le tissu social qui unit les gens », a déclaré Mitsotakis lors d’une conférence à Athènes.

Le danger est immédiat et important", a-t-il déclaré, ajoutant que « ce n’est que si nous examinons de près la menace que nous pourrons y faire face ».

Il a souligné que le gouvernement propose une approche multiforme de la question, allant des incitations financières et fiscales pour inverser la tendance à la fuite des cerveaux aux nouvelles positives concernant les nouveaux investissements, en passant par les incitations à la politique de logement bon marché, par le biais d’un programme global.

Le PM a fait référence à la question de l’intégration des immigrants légaux dans la société grecque en réponse au problème de la pénurie de main-d’œuvre dans des secteurs tels que le secteur primaire et la construction.

A noter que l’intégration des immigrants légaux a été proposée en 2019 par le PM de l’époque, Alexis Tsipras, lors de la session plénière du Parlement, rappellent les médias. « La droite de Nouvelle Démocratie avait vivement réagi à cette proposition en l’accusant d’altération de la population. »

« Mais attention, la nouvelle politique ne se fera pas de manière à laisser quelqu’un de côté, c’est-à-dire que les jeunes Grecs ne pourront pas trouver un emploi, ou qu’il y ait des conditions de travail d’âge moyen pour les travailleurs étrangers. Un pays dont la population est d’âge moyen peut être renouvelé par des personnes qui adhèrent à ses valeurs et peuvent fonder une famille ici et la maintenir », a-t-il souligné.

« Je ne parle pas d’une question facile, mais nous devons l’aborder avec responsabilité, sérieux et courage, mais aussi avec une confiance en soi nationale et une confiance dans une culture qui a traversé les siècles », a souligné le Premier ministre.

La population de la Grèce devrait diminuer au cours des 20 prochaines années, tandis que la crise économique qui dure depuis dix ans a accentué le problème, principalement en raison de l’émigration de 450 000 personnes en âge de travailler.

Il semble que l’une des principales causes du problème démographique soit la fermeture précoce des écoles maternelles et primaires. C’est pourquoi le Premier ministre a également annoncé que les heures d’ouverture seraient prolongées jusqu’à 18 heures.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.facebook.com/profile.php?id=100013344939803

GRECE: camps de réfugiés kurdes de Lavrio

Le vendredi 10 juin les kurdes ont manifesté à Athènes. L’objectif de la manifestation était de déposer un dossier à l’antenne grecque de la commission européenne puis de se rendre devant l’ambassade des USA.

Ce dossier répertorie l’ensemble des crimes de la Turquie de l’islamiste Erdogan; crimes de sang mais également crime écologique en Syrie (destruction systématique des plantations et forets kurdes).

Les portes de la commission européenne sont restées closes malgré la présence de la police qui apportait la garantie qu’aucun incident ne serait à déplorer (la commissaire de police intervient pour demander l’ouverture des portes). Le représentant de la commission demande que le dossier soit glisser sous la porte. Les représentants kurdes refusent estimant cette demande indigne.

Devant le refus de la commission Européenne de recevoir la délégation le cortège s’est rendu devant l’ambassade des USA. Une minute de silence a été respectée pour honorer les martyrs. Plusieurs délégations ont pris la parole.

La solidarité est l’arme des peuples.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.infomigrants.net/fr/post/41201/royaumeuni–le-vol-cense-expulser-des-migrants-vers-le-rwanda-annule-a-la-derniere-minute

Royaume-Uni : le vol censé expulser des migrants vers le Rwanda annulé à la dernière minute

Par La rédaction Publié le : 15/06/2022

Prévu mardi soir, le premier vol censé expulser des migrants du Royaume-Uni vers le Rwanda est resté au sol, suite à des recours en justice et, surtout, à une décision de dernière minute de la Cour européenne des droits de l’Homme. Le gouvernement britannique a assuré être déterminé à mener à bien cette politique décriée.

In extremis. Le premier vol censé décoller du Royaume-Uni pour envoyer des migrants vers le Rwanda a été annulé mardi 14 juin dans la soirée. Après des recours en justice et une décision en urgence de la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH), l’avion spécialement affrété pour des centaines de milliers d’euros est resté au sol.

« Dernier billet annulé. PERSONNE NE PART AU RWANDA », a tweeté avec enthousiasme l’association d’aide de soutien aux réfugiés Care4Calais qui avait annoncé de précédentes annulations d’expulsions.

Le nombre de personnes concernées par cette expulsion - la première du genre - s’était réduit comme peau de chagrin au cours des derniers jours. À l’origine, les autorités comptaient expulser jusqu’à 130 migrants (Iraniens, Irakiens, Albanais ou Syriens) dans ce premier vol. Mais à la suite de divers recours individuels, seules sept personnes étaient toujours visées par cette procédure mardi. Leur cas ont un à un fait l’objet de recours durant les heures précédant le décollage jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une personne à bord, un demandeur d’asile irakien.

Dans un rebondissement de dernière minute, la CEDH a stoppé l’expulsion de ce dernier, en prenant une mesure d’urgence provisoire, annulant de fait le vol.

« Immense soulagement »

La Cour, basée à Strasbourg, a estimé que l’expulsion de l’Irakien devait être repoussée jusqu’à ce que la justice britannique ait examiné la légalité du projet de loi, ce qui est prévu en juillet. Il s’agit en particulier de s’assurer que les migrants puissent avoir accès à des procédures équitables à Kigali et que le Rwanda soit considéré comme un pays sûr.

Avec son projet d’envoyer des demandeurs d’asile arrivés clandestinement au Royaume-Uni dans ce pays d’Afrique de l’Est, à plus de 6 000 kilomètres de Londres, le gouvernement prétend freiner les traversées illégales de la Manche, qui ne cessent d’augmenter malgré ses promesses répétées de contrôler l’immigration depuis le Brexit.

Cette politique a été qualifiée d’« immorale » par les responsables d’églises en Angleterre et fortement critiquée par l’agence des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et les groupes de défense des droits.

Aussi, ce retournement de situation a été accueilli avec « un immense soulagement » par les associations.

« Aucun réfugié ne sera expulsé vers le Rwanda ce soir. Voilà à quoi ressemble le pouvoir du peuple. Vous êtes tous incroyables ! Ensemble nous pouvons combattre les lois anti-réfugiés et nous le ferons », a tweeté l’ONG Refugee Action.

"La préparation du prochain vol commence maintenant"

Du côté du gouvernement britannique, dont l’ambition est de dissuader les arrivées illégales au Royaume-Uni, cette situation s’apparente à un revers de taille. Tout en disant s’attendre à des recours, le gouvernement avait martelé ces derniers jours sa détermination à procéder aux expulsions vers le Rwanda. « Il y aura des personnes sur ces vols et si elles ne sont pas sur ce vol, elles seront sur le suivant », avait affirmé plus tôt dans la journée la cheffe de la diplomatie Liz Truss sur Sky News.

>> À (re)lire : Royaume-Uni : des tentatives de suicide chez des migrants menacés d’expulsion vers le Rwanda

« Nous n’allons d’aucune façon être dissuadés ou gênés par certaines critiques », avait abondé le Premier ministre Boris Johnson. « On ne nous découragera pas de faire ce qu’il faut et de mettre en œuvre nos plans pour contrôler les frontières de notre pays », a déclaré la ministre de l’Intérieur Priti Patel, mardi soir, ajoutant que l’équipe juridique du gouvernement « examine chaque décision prise sur ce vol et la préparation du prochain vol commence maintenant ».

Le gouvernement rwandais a de son côté affirmé mercredi qu’il n’était « pas découragé » par l’annulation d’un vol censé expulser des migrants du Royaume-Uni vers le Rwanda la veille en raison de recours judiciaires, et qu’il restait « engagé » dans ce partenariat.

>> À (re)lire : « Si on va au Rwanda, on va y rester pour toujours ? » : à Calais, les migrants en plein doute après l’accord entre Londres et Kigali

« Le Rwanda reste pleinement engagé à œuvrer pour que ce partenariat fonctionne », a déclaré à l’AFP la porte-parole du gouvernement, Yolande Makolo. « La situation actuelle, dans laquelle des personnes effectuent des voyages dangereux, ne peut plus durer car elle cause des souffrances indicibles à tant de personnes », a-t-elle ajouté. « Le Rwanda se tient prêt à accueillir les migrants lorsqu’ils arriveront et à leur offrir sécurité et opportunités dans notre pays. »

Le gouvernement de Paul Kagame est régulièrement accusé par des ONG de réprimer la liberté d’expression, les critiques et l’opposition politique.

Les traversées illégales de la Manche sont la cible du gouvernement conservateur britannique et provoquent régulièrement des tensions avec la France. Depuis le début de l’année, plus de 10 000 migrants ont traversé illégalement pour atteindre les côtes britanniques sur de petites embarcations, une hausse par rapport aux années précédentes.

_________________________________________________________________________________________________________________________________________

The press project

Brillant Thomas

samedi 18 juin 2022 Publié : 11:13:44

Le silence assourdissant du ministre des Affaires étrangères envers la communauté grecque en Ukraine

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le gouvernement grec a largement ignoré les besoins réels de la communauté grecque touchée, a laissé le sort de la majorité entre les mains des néo-nazis, présente quelques-uns (et parfois des néo-nazis) en tant que représentants de l’hellénisme et des mensonges sur le récit pro-ukrainien qui s’effondre dans le souffle du premier air de vérité.

Dimanche dernier, dans un reportage choc , le journal ESTIA a mis en lumière les crimes commis par les néo-nazis Azov contre la communauté grecque du village de Sartana. Les plaintes sont effrayantes. Mme Natalia Papakitsa, Présidente de l’Association Sartanas - Grecs d’Azov, raconte son expérience personnelle des trente-trois (33) jours passés par 38 expatriés, plongés dans une « peur absolue, désespérée » dans un "sous-sol sombre sans eau, sans d’oxygène, « sans lumière » et « avec la fumée brûlant leur vie » et ajoute que « cette misère » a été vécue par « des milliers d’autres expatriés grecs et résidents de Marioupol ».

Ils étaient les otages des Azov. "Les bataillons d’Azov avaient placé quatre pièces d’artillerie dans l’enceinte du complexe d’immeubles. Depuis la veille, j’avais vu des hommes et des femmes sans insigne, portant des vêtements noirs - probablement pas des Ukrainiens, je ne sais pas, des Anglais, des Polonais, - avec des dessins à la main, conseillant au bataillon d’Azov de mettre les fusils. … Lorsque nous sortions rapidement pour nos besoins physiques ou pour mettre de la neige dans notre boîte de conserve pour la faire bouillir ou pour boire de l’eau, ils nous surveillaient, ne nous laissaient pas partir, nous menaçaient et nous renvoyaient au sous-sol χρησιμο Ils nous utilisaient comme otages, ils nous ont fait chanter. Alors que nous avions faim, ils ont défoncé les portes des appartements du haut et les ont pillé de la nourriture aux vêtements ‒ce qui avait de la valeur dans nos appartements‒, l’ont pillé et l’ont pillé… Parce que nous parlions russe et qu’ils étaient de l’ouest de l’Ukraine, des Carpates , ils nous ont donné des coups de pied, nous ont insultés vulgairement (nous les femmes et les enfants) et nous ont dit « vous n’êtes pas à nous, vous ne parlez pas notre langue ». Dans d’autres cas, j’ai vu des Grecs et d’autres hommes de Marioupol être faits prisonniers et contraints de se battre. »

Le « Messolonghi » que le Premier ministre grec a eu l’audace d’évoquer aux USA, a été vécu à sa manière par les expatriés. Les détails de la sortie de ces personnes de leur prison, aux mille dangers, sont choquants. Ils disent qu’ils étaient « au milieu d’une guerre entre les Russes et le bataillon,Azov ». Pas les Russes et les Ukrainiens - et la différence est significative. Et la raison pour laquelle elle a parlé - dans le seul journal qu’il voulait animer ? - c’est parce que : « Nous voulons que les gens sachent la vérité », dit de manière pertinente Mme Papakitsa, évoquant le rôle du bataillon Azov, les accords qui n’ont jamais été tenus, le fameux carrefour de Marioupol, qui n’avait finalement pas de place pour tous, et l’avenir de la ville qui souffre depuis longtemps, avec l’élément grec autrefois si vivant ".

L’article, malgré le nom des plaignants, et la bravoure des plaignants, n’a pas intéressé le ministère des Affaires étrangères. Nous avons contacté le directeur du journal, qui nous a confirmé la fin du silence grave du ministère le plus silencieux du gouvernement. Le même silence qui accompagnait les allégations du ministère russe de la Défense sur le « génocide » des expatriés grecs en cours, que nous avons récemment publié sur le TRP.

La plainte est contenue dans l’ annonce du 27 mai du Quartier général conjoint pour la coordination de la réponse humanitaire de la Fédération de Russie . Il a clairement écrit que "les combattants de l’organisation nationaliste radicale du secteur droit dans le district de Velikonoselkovskyi de la République populaire de Donetsk appellent ouvertement au génocide contre la population russophone et la diaspora grecque . Sous couvert de loyauté envers la Russie, des civils sont maltraités physique, de l’argent, des objets de valeur et des véhicules personnels ont apparemment été confisqués pour les besoins de la défense territoriale, et le produit de la vente de ces propriétés est approprié par les commandants d’unité… De telles actions des néo-nazis ukrainiens sont des actes de terrorisme contre leur propre population et la population « sans prescription, tant les responsables du régime de Kiev que les auteurs directs sont des criminels de guerre et des terroristes ». Contre la population elle-même, car nous parlons de citoyens ukrainiens, comme Mme Papakitsa, puisque le ministère russe de la Défense, lorsqu’il parle de Donetsk, entend la région, et avec les territoires ukrainiens, c’est-à-dire ses frontières constitutionnelles. République populaire autoproclamée de Donetsk. Pour les malfaiteurs, disons ici que le ministère russe n’avait aucune raison évidente de rendre compte à nos expatriés autre qu’un compte rendu de la situation, ni, bien sûr, qu’il ne s’attendait à ce que la Grèce change d’attitude.

Mais même s’il y a eu tromperie, ce n’est certainement pas la seule plainte correspondante. Qui ne se souvient de l’expatriée qui évoquait la terreur vécue par les Grecs de Marioupol en direct sur le bulletin de Sky, pour recueillir l’indifférence des présentateurs ? Ou les réactions provoquées par la présence du néo-nazi, persécuteur des expatriés grecs, « Michael », au parlement grec ? « Michael » que l’ambassadeur d’Ukraine nous a informés qu’il était « tombé au combat » , mais sans nous renseigner sur son nom de famille, son âge et le village de son origine, si bien que toute nouvelle - et grécité commode ou inconfortable - est traversée.

Et, bien sûr, la déclaration de Mme Papakitsa - qui n’est malheureusement pas analysée plus en détail dans l’article - sur « le fameux convoi de Marioupol, qui n’avait finalement pas de place pour tout le monde » - un autre coup dur pour le ministère des Affaires étrangères silencieux, bien sûr, est particulièrement intéressante. bien sûr. Et faites-lui savoir pendant des années quelles persécutions des milliers d’expatriés grecs y ont subies, comment ils ont payé les sanctions contre la Russie sans même que la Grèce ne demande leur exemption, comment ils ont été privés de la possibilité de venir en Grèce à cause de l’UE , et ont laissé il a sa propre image du fardeau de l’hellénisme là-bas crimes.

En conclusion, depuis le début de la guerre en Ukraine, le gouvernement grec a largement ignoré les besoins réels de la communauté grecque touchée composée de dizaines de milliers de personnes, a laissé le sort de la majorité entre les mains des néonazis, présente certaines des ses quelques (et parfois des néo-nazis grecs), mentent affirmant qu’ils ne sont pas en danger , pour construire un récit pro-ukrainien, en utilisant les expatriés, un récit qui s’effondre dans le souffle du premier air de vérité. Indépendamment de tout crime de guerre de quelque camp que ce soit, la protection des expatriés, russophones ou non, « pro-russes » ou non, aurait dû être une priorité et un point de référence dans la politique de l’État grec. Si c’était un État et non un protectorat.

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : consortiumnews.com/2022/06/17/home-secretary-signs-assange-extradition-order/

La ministre de l’Intérieur signe l’ordre d’extradition d’Assange

Par Joe Lauria, Consortium News.

17 juin 2022

L’éditeur de WikiLeaks emprisonné peut maintenant faire appel de cette décision devant la Haute Cour.

Ainsi que des points de droit qu’il a perdus lorsque le tribunal correctionnel a initialement bloqué l’extradition.

La ministre britannique de l’Intérieur Priti Patel a signé vendredi un ordre d’extradition pour envoyer Julian Assange être jugé en Amérique.

WikiLeaks a qualifié cette décision de « jour sombre pour la liberté de la presse » et a déclaré que « la décision sera portée en appel ».

La voie juridique à suivre

L’ordre d’extradition a atterri sur le bureau de M. Patel après que la Cour suprême du Royaume-Uni a refusé d’entendre l’appel d’Assange contre une victoire de la Haute Cour en faveur des États-Unis.

En janvier de l’année dernière, les États-Unis avaient fait appel de la décision d’un tribunal de première instance de ne pas extrader Assange parce qu’il serait oppressant de le faire en raison de son état de santé et des conditions désastreuses de son isolement aux États-Unis. La Haute Cour a tranché en faveur des États-Unis en se fondant uniquement sur les « assurances » diplomatiques conditionnelles de Washington selon lesquelles elle traiterait Assange de manière humaine.

Assange a encore des options juridiques. Il peut faire appel de la décision de Patel devant la Haute Cour. Il peut également lancer un appel « croisé » devant la Haute Cour. La cour pourrait rejeter les deux demandes d’appel. Bien qu’il ait obtenu gain de cause devant le tribunal de première instance pour des raisons de santé et en raison de l’état des prisons américaines, la juge de ce tribunal a statué sur tous les autres points de droit en faveur de Washington.

La juge Vanessa Baraitser a nié que l’affaire constituait un délit politique en violation du traité d’extradition entre les États-Unis et le Royaume-Uni ; qu’elle violait le premier amendement américain et menaçait la liberté de la presse ; et que les droits d’Assange à une procédure régulière avaient été violés lorsqu’il a été révélé que la CIA avait espionné des conversations privilégiées avec ses avocats et qu’elle a ignoré le témoignage selon lequel la CIA avait discuté de l’enlèvement ou de l’empoisonnement d’Assange.

« Les juges disposeront de tous les autres éléments, les éléments importants, qui ont été discutés par la magistrate’s court mais ignorés par la High Court [en octobre] parce que ce n’était pas le point d’appel », a déclaré Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de WikiLeaks, à Consortium News le mois dernier. L’appel des États-Unis ne concernait que la santé d’Assange et les conditions de détention dans les prisons américaines. Washington a gagné parce qu’il a convaincu les juges de la crédibilité de ses assurances conditionnelles de traiter Assange avec humanité.

Depuis la décision de Baraitser du 4 janvier 2021, d’autres faits sont apparus qui pourraient faire partie de l’appel incident. Le complot de la CIA contre Assange a été corroboré par des représentants américains dans un rapport de Yahoo ! News. Un témoin américain clé des accusations informatiques contre Assange s’est rétracté. Et la santé d’Assange s’est encore détériorée lorsqu’il a subi un mini-accident vasculaire cérébral en octobre dernier.

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant aux Nations Unies pour le Wall Street Journal, le Boston Globe et de nombreux autres journaux, dont The Montreal Gazette et The Star de Johannesburg. Il a été journaliste d’investigation pour le Sunday Times de Londres, journaliste financier pour Bloomberg News et a commencé son travail professionnel à 19 ans en tant que pigiste pour le New York Times. Il peut être joint à l’adresse joelauria@consortiumnews.com et suivi sur Twitter @unjoe.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________

source : www.fightbacknews.org/2022/6/15/final-declaration-workers-summit-americas

Déclaration finale du Sommet des Travailleurs des Amérique s

Par Fight Back News.

16 juin 2022

Nous, représentants d’organisations syndicales, paysannes, politiques et sociales, réunis à Tijuana - Mexique, du 10 au 12 juin 2022, à l’occasion de la réalisation du Sommet des Amériques des travailleurs et travailleuses, en réponse immédiate à l’exclusion du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua imposée par le gouvernement des États-Unis.

Il y a une crise systémique et structurelle du capitalisme dans sa phase impérialiste. Il s’agit en soi d’une crise civilisationnelle. Le modèle économique capitaliste et son bras politique, le néolibéralisme, ainsi que son fondement culturel moderne, ont mis en crise la vie de la planète. Si elle n’est pas éliminée, la nécropolitique de l’impérialisme nous conduit au suicide collectif planétaire, qui est plus lacérant dans les secteurs moins favorisés par le système mondial actuel. Notre position est un pari pour la vie, et l’empire nous offre la mort : c’est la vie ou la mort !

Nous assistons à un processus de recolonisation sur les peuples. Cela s’exprime par la croissance excessive du racisme, de la pauvreté, du chômage, de la précarité de l’emploi, de la détérioration environnementale des territoires, de la criminalisation de la migration, de la violence de genre et culturelle. Pour cette raison, nous appelons à l’unité programmatique des travailleurs, des paysans et des forces progressistes et populaires du continent américain pour réfléchir, débattre et prendre des mesures concrètes pour combattre la violence sociale et du travail appliquée à nos peuples par les gouvernements américain et canadien.

Nous considérons que la classe ouvrière du XXIe siècle ne pourra jouer un rôle indépendant et central que si - en plus de lutter pour les revendications les plus sincères du mouvement ouvrier - elle assume la lutte contre le patriarcat avec le mouvement féministe, la lutte des peuples autochtones contre le changement climatique et la défense de la biosphère avec la jeunesse et le large éventail de professionnels et de scientifiques.

Nous devons construire des articulations et des alliances dans lesquelles nous structurons nos forces communes pour une lutte unique et globale. Mondialiser les luttes. Construire de nouvelles formes organiques de la classe ouvrière, du politique-culturel au socio-productif, pour vaincre le capitalisme et construire le socialisme.

Un internationalisme robuste est nécessaire pour accorder une attention adéquate et immédiate aux dangers d’extinction : extinction par la guerre nucléaire, catastrophe climatique et effondrement social. À cet égard, nous sommes d’accord :

De promouvoir une solidarité active avec les peuples et les nations souveraines (Cuba, Nicaragua et Venezuela) et les autres peuples du monde " sanctionnés " et attaqués par les blocus économiques et les mesures coercitives unilatérales imposées par les États-Unis et leurs alliés.

Tenir une réunion annuelle à Tijuana, au Mexique, avec les travailleurs et les mouvements sociaux des Amériques pour exprimer la solidarité avec les peuples du Venezuela, de Cuba et du Nicaragua et leurs révolutions pour rejeter les mesures coercitives unilatérales contre les gouvernements souverains.

Constituer un Comité pour l’organisation des Rencontres qui se tiendront annuellement au Nord et au Sud du Mexique, intégré par : Unión del Barrio des États-Unis, Movimiento Social Por la Tierra de México (MST), Sindicato Mexicano Electricista (SME), Alianza por la Justicia Global des États-Unis, Central Bolivariana Socialista de Trabajadores de Venezuela, Central de Trabajadores de Cuba, Asociación de Trabajadores del Campo de Nicaragua (ATC), Movimiento Magisterial Popular de Veracruz Mexico, Fire This Time du Canada, Freedom Road Socialist Organization (FRSO) des États-Unis, International Action Center (IAC) des États-Unis, Task Force on the Americas des États-Unis et Plataforma de la Clase Obrera Antimperialista (PCOA).

Exiger la libération immédiate d’Alex Saab. Il s’agit d’un diplomate vénézuélien enlevé par les États-Unis et détenu illégalement sur leur territoire depuis le 16 octobre 2021. L’arrestation de Saab est une action qui attaque l’immunité diplomatique, un droit garanti par le droit international à tout agent diplomatique dans l’exercice de ses fonctions.

Réaffirmer les résolutions convenues lors de la Réunion des peuples des Amériques, qui s’est tenue les 7 et 8 juin 2022 au Chiapas, au Mexique.

Ratifier notre solidarité indéfectible avec les peuples palestinien et sahraoui.

Exiger que le Congrès américain coupe immédiatement les fonds d’aide militaire au Salvador, au Guatemala, au Honduras, à la Colombie et à Haïti.

Promouvoir une campagne pour l’organisation d’une journée internationale d’action en solidarité avec Cuba qui se tiendra lorsque l’Assemblée générale des Nations Unies se réunira pour condamner le blocus contre l’île des Caraïbes.

Étendre le programme « Bridges of Love » à d’autres pays et coordonner des journées internationales le dernier dimanche de chaque mois sous forme de caravanes ou d’autres activités.

Exiger la libération immédiate des camarades Mumia Abu Jamal, Leonard Peltier, Iman Jamil Abdullah al-Amin et Julian Assange.

Exiger la libération immédiate du combattant social Simón Trinidad de Colombie, qui est privé de liberté en prison aux États-Unis.

Promouvoir l’intégration régionale de la classe ouvrière anti-impérialiste de Notre Amérique et la participation au renforcement du PCT ALBA, de la CELAC et de l’UNASUR. Dans ce sens, la Centrale ouvrière socialiste bolivarienne du Venezuela convoquera une réunion pour le 3e trimestre de 2022.

Promouvoir une campagne contre les politiques d’ingérence et d’expansionnisme des États-Unis, de l’OTAN et de la Colombie et ratifier la déclaration de l’Amérique latine et des Caraïbes comme zone de paix promue par la CELAC.

Nous réaffirmons les demandes des travailleurs du Syndicat des électriciens mexicains pour leur réintégration dans la Commission fédérale de l’électricité.

Nous sommes solidaires du peuple portoricain et de sa lutte digne pour l’indépendance et la souveraineté.

SEULE LA LUTTE DES TRAVAILLEURS SAUVERA L’HUMANITÉ, LA NATURE ET LA PLANÈTE !!!

Les co-sponsors sont :

Alliance pour une justice globale (AFGJ)
Coordinadora Nacional de Trabajadores de la Educación de Baja California (CNTE - BC)
International Action Center
Plataforma de la Clase Obrera Antiimperialista (PCOA)
Organisation socialiste Freedom Road
Union del Barrio
Central de Trabajadores de Cuba (CTC)
Centro Community Service Organization (CSO)
CODEPINK
Central Bolivariana Socialista de Trabajadores (CBST) Venezuela
Boston School Bus Drivers Union - Local 8751 (en anglais)
Fire This Time
Université de Tijuana
Movimiento Magisterial Popular Veracruzano (en anglais)
Federación Bolivariana de Trabajadores del Transporte - Sectores Afines y Conexos (FBTTT)
Le Conseil des affaires hémisphériques (COHA)
1199 SEIU United Healthcare Workers Est
FUNDALATIN
Le groupe de travail sur les Amériques

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

réfugiés italiens menacés d’extradition

memoires-et-presences] dernière audience avant les délibérés

Bonjour, La prochaine audience, qui concernera Luigi Bergamin, aura lieu le mercredi 15 juin à partir de 16h à la chambre de l’instruction de la Cour d’appel de Paris. Ci-dessous, deux articles pour informer sur la procédure effarante miseen œuvre contre sa prescription. https://memoires-et-presences.fr/Luigi-Bergamin-prive-de-prescription-par-une-qualification-de-delinquant-par https://memoires-et-presences.fr/Luigi-Bergamin-delinquant-par-habitude-Qu-est-ce-qui-ne-va-pas-avec-la Viendra ensuite l’audience pour les délibérés, qui est prévue pour le mercredi 29 juin. Par ailleurs, nous avons également reproduit la tribune d’Éric Vuillard publiée dans le Monde du 4 juin 2022. https://memoires-et-presences.fr/Eric-Vuillard-L-extradition-qu-on-souhaite-appliquer-aux-refugies-politiques Jean-Noël

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Appel - Pas une bassine de plus !
Manifestation de fin de chantier
En cas de démarrage d’un nouveau chantier de mégabassine,
on l’arrête en masse le 3e week-end d’après



La sécheresse qui sévit une nouvelle fois sur le pays, sur le marais poitevin entre autre, confirme dramatiquement l’ensemble des critiques développées par les opposant.es aux mégabassines : inadaptation intrinsèque du modèle agricole dominant qui vise à démultiplier les bassines face à la crise climatique, impact sur les réseaux hydrologiques extrêmement fragilisés, pompage hivernal malgré des nappes qui peinent à se recharger !

Au vu de la contestation, le chantier test de Mauzé-sur-le-Mignon - 1ère d’une nouvelle série de bassines - a été un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisés en société anonyme. Face aux diverses actions menées - rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, désarmement de plusieurs engins, mobilisations répétées de milliers de personnes - les difficultés de réalisation et les coûts de surveillance se sont démultipliés. Les irrigant.es et la préfecture sont-ils vraiment prêts à voir ces coûts se reproduire à chaque nouveau chantier ? On peut en douter, d’autant que la présence et la pression policière qu’ils engendrent pèsent lourdement sur les riverain.es, qui constatent jour après jour, l’assèchement de leurs cours d’eau.

Pour le mouvement citoyen de contestation contre les mégabassines, ce premier chantier a plutôt été un catalyseur qui n’a fait qu’amplifier et fortifier sa détermination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyés par le gouvernement. Il a pris une dimension nationale avec la défense et le partage du commun emblématique qu’est l’eau. Il travaille localement à d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques. Dans le même temps, le protocole institutionnel de légitimation des mégabassines n’a fait que se désagréger avec la sortie progressive des associations environnementales et de la fédération de pêche.

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifié. L’une, agro-industrielle, dopée aux intrants chimiques et à la course aux volumes qui achève la privatisation les ressources communes dans une logique de court terme. L’autre, paysanne, guidée par l’urgence absolue de prendre soin du vivant, de le mettre en partage et d’en maintenir la diversité et la fertilité. Le dernier rempart du lobby agro-industriel tient à son mensonge structurel et à son chantage renouvelé sur sa prétendue nécessité pour « nourrir le monde ». Mais qui croit encore que l’on répondra aux besoins nourriciers des populations en continuant d’empoisonner les sols et d’assécher les nappes avec une agriculture auto-destructrice historiquement responsable de la disparition des paysan.nes à une échelle mondiale ?

Localement, les lobbys pro-bassines viennent de se voir infliger un désaveu réaffirmé. La cour d’appel a décidé mi-mai après plus de 10 ans de procédures de ratifier l’illégalité - du fait de leur impact environnemental - des 5 bassines mises en œuvre par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois. Deux de ces bassines avaient été préventivement démantelées, dont une le 6 novembre dernier par plusieurs milliers de personnes, tandis que la confédération paysanne revendiquait le démontage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein déni de réalité, s’entête encore. Des mégabassines continuent, à être planifiées en divers endroits du pays. Au moins trois démarrages de chantiers sont annoncés, possiblement à partir d’août, à Prière, Epannes et Sainte-Soline, peut-être d’autres dans la Vienne (86). La bassine en projet d’Epannes, dont un tronçon du futur réseau de canalisation a été démonté lors du printemps maraîchin fin mars, amplifierait les pompages sur le territoire voisin de la commune. Elle réduirait ses ressources en eau potable et mettrait en péril la tourbière du Bourdet. Nous ne pouvons envisager de les laisser faire !

Nous sommes à un moment charnière où nous devons unir nos forces à l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coût politique et économique ingérable. Puisque le gouvernement – cul et chemise avec l’agro-industrie et la FNSEA - malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique », reste incapable de prendre la décision - a minima - d’un moratoire, nous le mettrons en œuvre nous-mêmes.

En cas de démarrage de tout nouveau chantier de mégabassines, nous appelons à nous retrouver 3 semaines plus tard, plus massivement que jamais, pour manifester jusqu’au chantier et se donner les moyens de le mettre à l’arrêt. Nous resterons aussi longtemps qu’il le faudra et reviendrons aussi souvent que nécessaire.

Nous vous invitons d’ici là à faire connaître cet appel partout en France et au-delà, à en diffuser l’affiche sur les murs, dans les cafés, commerces et espaces associatifs, et à organiser des réunions publiques chez vous pour que chacun.e se tienne prêt.es à converger.

Pas un seul chantier de mégabassine de plus. Agissons pour un juste partage de de l’eau. No Bassaran !

Pour plus d’infos et savoir comment s’organiser une fois la date de manif annoncée : https://lessoulevementsdelaterre.org/
fb – https://www.facebook.com/bassine.nonmerci.5 –twitter/instafb -#lesSoulevementsdelaTerre

Premiers signataires : L’Action Antifasciste Deux-Sèvres 79 - Alerte Pesticides Haute Gironde - Attac 17, 44 - Beaumont en Commun - Collectifs Bassines Non Merci (Berry, 16, 79, 86) - CGT Nationale - Colère Citoyenne 79 – des habitant.es de la ZAD NDDL - Eco Avenir - EELV 86 - Génération.s 86 - Groupe d’Action France Insoumise Marennes Bourcefranc - La France Insoumise 85, 79 - Le Jardin l’Ephémère - Les braises (Saint Emilion) - Les désobéissants - Les Soulèvements de la Terre - NatürliF Prod - NPA 79 - NUPES 17-01, 17-02, 79-01, 79-03, 86-02, 85-05, 85-03, - Parti de Gauche 79 - Parti Communiste Français 79 - Rendez-nous la mer - Ar mor·Bro An Oriant - Union Populaire Charente Nord/Est - Union départementale Solidaires 79 - Union Solidaires Nationale - Vienne Insoumise 86 – Extinction Rebellion Nantes – Extinction Rebellion Poitiers - Youth For Climate Nantes

Si vous êtes une association/collectif/orga, il est possible de rejoindre les signataires de cet appel en remplissant ce frama : https://framaforms.org/appel-pas-une-bassine-de-plus-manifestation-de-fin-de-chantier-1654622992

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________ ______________________