9 octobre 2022. Les titres des articles sont en tête de l'envoi

Pour retrouver les envois oxi antérieurs : discuter.rezo.net/c/oxi/42

Pour lire l’intégralité des articles , vous pouvez cliquer sur télécharger/voir plus ou " …"

__________________________________________________________________________________________________________

Erdogan menace la Grèce - Exarchia : Nouveau passage à tabac par le gang EL.AS. - « Ne nous habituons pas à la mort ».

STOP au Mémorandum Italie-Libye ! : SAMEDI 15 OCTOBRE : MANIFESTATIONS DEVANT LES AMBASSADES ITALIENNES À BERLIN, BRUXELLES, MADRID…ET DANS VOTRE VILLE !

Roger Waters (Pink Floyd) répond à Mme Olena Zelenska d’Ukraine (l’épouse de Zelensky) : Kiev doit mener la charge pour la paix

Michael Hudson : Une feuille de route pour échapper à l’étranglement de l’Occident

Elections municipales et régionales au Pérou

Burkina Faso : Que s’y passe-t-il – Le monde vu d’en bas – N°66

LE POINT DE LA GRANDE MARCHE PANAFRICAINE DE CE SAMEDI 08 octobre 2022

Actions en soutien à Vincenzo Vecchi.

// Pas une bassine de plus !!! - 29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79) Grande Manifestation – Rdv samedi 29 - 10h !

________________________________________________________________________________________________________________

source : www.gatestoneinstitute.org/18944/erdogan-threatens-greece

Erdogan menace la Grèce

par Uzay Bulut
29 septembre 2022

extraits

Le président turc Recep Tayyip Erdogan multiplie les menaces d’invasion de la Grèce. Faisant référence à l’attaque génocidaire de la Turquie contre les Grecs et les Arméniens de la ville de Smyrne en septembre 1922, il a averti exactement 100 ans plus tard ce mois-ci :
"Nous n’avons qu’une seule phrase pour la Grèce : N’oubliez pas Izmir [la ville de Smyrne]. Votre occupation des îles [égéennes] ne nous arrêtera pas ; nous ferons ce qui est nécessaire le moment venu. Vous savez ce que nous disons : « Une nuit, à l’improviste, nous viendrons vous [conquérir] ». - Le président turc Recep Tayyip Erdogan, sondakika.com, 4 septembre 2022.
« Les dernières années de l’Empire ottoman ont été catastrophiques pour ses minorités non turques et non musulmanes. De 1913 à 1923, ses dirigeants ont déporté, tué ou persécuté d’une manière ou d’une autre un nombre stupéfiant d’hommes, de femmes et d’enfants dans une tentative de préserver la ‹ Turquie pour les Turcs ›, établissant un précédent moderne sur la manière dont un régime peut commettre un génocide contre ses propres citoyens dans la poursuite de buts politiques, tout en échappant largement à toute responsabilité. » - George N. Shirinian, Genocide in the Ottoman Empire : Arméniens, Assyriens et Grecs, 1913-1923.
Les attaques turques contre les Grecs et les Arméniens de Smyrne ont commencé [en 1922] par des pillages, des viols et des massacres, et se sont terminées par un incendie qui a détruit les quartiers chrétiens de la ville.
« En septembre 1922, la ville la plus riche de la Méditerranée a été brûlée, et un nombre incalculable de réfugiés chrétiens tués. La ville était Smyrne, et l’événement a été le dernier épisode du premier génocide du 20e siècle - le massacre de trois millions d’Arméniens, de Grecs et d’Assyriens par l’Empire ottoman. Le massacre de Smyrne s’est produit alors que les navires de guerre des grandes puissances se tenaient prêts à intervenir - les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France et l’Italie. » - Lou Ureneck, Smyrne, septembre 1922.
La République de Turquie se vante en fait de son génocide.
Depuis la fondation de la République de Turquie en 1923, aucune information factuelle n’a été enseignée aux écoliers turcs sur l’extrême brutalité, les massacres, les viols, les pillages et autres atrocités dont ont été victimes les Grecs et les Arméniens de Smyrne aux mains des Turcs. La vérité sur l’identité des incendiaires est catégoriquement niée. Au cours des 100 dernières années, la Turquie a rendu les victimes du génocide responsables de leur propre extermination.
Septembre 2022 marque le 100e anniversaire du génocide de Smyrne. Bien que le gouvernement turc soit toujours fier de son massacre, tout le monde ferait bien de se souvenir et d’honorer la mémoire des victimes et de prévenir toute nouvelle agression turque. Une façon pour les gouvernements occidentaux de le faire est de reconnaître officiellement le génocide de 1913-23, mais surtout de mettre fin aux menaces continues d’Erdogan contre la Grèce.

  • Uzay Bulut, journaliste turc, est Distinguished Senior Fellow au Gatestone Institute.

_________________________________________________________________________________________________________________
INFOWAR
Exarchia : Nouveau passage à tabac par le gang EL.AS.

05/10/2022 Info-war.gr

Un autre incident de violence pour servir des intérêts privés s’est produit hier soir dans la région d’Exarchia, avec des hommes du MAT qui ont battu et arrêté un habitant de la région parce qu’il protestait contre le fait que la police n’autorisait pas les jeunes à entrer sur le terrain de basket.

Les forces de l’EL.AS. ont mené une « occupation » particulière de la zone d’Exarchia, non pas pour une quelconque « répression du crime », mais dans le seul but de réprimer les habitants protestataires et de protéger les intérêts privés qui sont derrière, d’une part, le désir de construire un station de métro sur la place du quartier, et d’autre part du « réaménagement » de la colline de Strefi.

L’incident, enregistré sur vidéo, a commencé lorsque les forces de police stationnées sur la colline de Strefi ont tenté d’empêcher les jeunes d’accéder au terrain de basket situé au pied de la colline. A noter qu’il n’y a pas d’interdiction « officielle » d’accès à ce stade, car il ne fait pas partie du plan de « réaménagement ».

Un voisin, qui se trouvait avec ses enfants sur les lieux, a réagi au comportement des policiers. Les hommes du MAT l’ont battu et arrêté avec les accusations bien connues portées par EL.AS. à ses victimes pour justifier ses violences : résistance à l’autorité, violence contre un employé et tentative dangereuse de lésions corporelles. Le ridicule tragi-comique des accusations est renforcé quand on considère à quel point un homme non armé avec ses enfants présents pourrait faire du mal à un peloton blindé de MAT

Les pratiques des gangs appliquées par EL.AS. à Exarchia (et pas seulement là-bas), sont appliquées pour protéger les intérêts d’entreprises privées, comme PRODEA Investments qui a entrepris le « redéveloppement » de Strefi Hill. Le « réaménagement » prévoit, entre autres, l’installation de caméras et l’entrée contrôlée sur la colline, la cimentation, l’abattage d’arbres et l’amincissement de la végétation, les résidents locaux réagissant à la destruction et la privatisation effective d’un autre des rares poumons verts publics de la ville. .

PRODEA est une société d’investissement immobilier, qui opère parmi de nombreuses autres propriétés dans le centre d’Athènes, et est chargée, avec d’autres sociétés « d’investissement », d’augmenter les valeurs objectives des propriétés de la région, d’augmenter les loyers et d’expulser les habitants qui n’ont plus les moyens d’y vivre.

C’est le successeur de l’infâme PANGAIA, qui compte 22 chefs d’inculpation contre ses dirigeants au degré d’un crime, avec les circonstances aggravantes de la loi sur les abuseurs de l’Etat. PANGAIA, qui appartenait à la Banque Nationale, a été rachetée par les intérêts israéliens Invel en 2013, qui ont financé une grande partie de l’acquisition avec un prêt à faible taux d’intérêt de 419 millions d’euros qu’elle avait reçu de… la Banque Nationale. En cours de route, PANGAIA a été rebaptisée PRODEA et est actuellement dirigée par d’anciens cadres de banque.

Dans un moment d’ironie tragi-comique, peu avant le passage à tabac du résident par EL.AS. sur la colline de Strefi, le maire K. Bakoyiannis a exprimé au conseil municipal son souhait que l’opposition condamne les « violences ». Où par le terme « violences » il entendait les réactions des habitants contre les « projets » d’intérêts privés promus par la Municipalité sans leur consentement. Mais certainement pas la violence d’EL.AS., qui a récemment attaqué à Exarchia des femmes, des hommes et des enfants, des citoyens ordinaires, des journalistes, des avocats et des magasins. Un gang payé par l’argent public, mais servant des intérêts privé

_____________________________________________________________________________________________________________________

source : stonisi.gr/post/46721/na-mhn-synhthisoyme-ton-thanato-pics

"Ne nous habituons pas à la mort"

Un rassemblement de protestation a été organisé ce jeudi après-midi sur la place Sappho à Mytilène, chef-lieu de Lesbos, suivi d’une marche silencieuse du Comité pour la paix de Lesbos et de l’Association des femmes progressistes de Mytilène

Écrit par THRASSOS ABRAAM Publié le 10/06/2022

« Ne nous habituons pas à la mort »

Panagiotis Balaskas

Le jeudi 6 octobre à 19h30, un rassemblement de protestation a eu lieu sur la place Sappho à Mytilène contre la noyade de réfugiés et de migrants à l’occasion du naufrage d’aujourd’hui. [Il y aurait non seulement 18 morts mais aussi au moins 10 disparus]. Le rassemblement a été organisé par le Comité pour la paix de Lesbos (branche EDYE) et l’Association des femmes progressistes de Mytilène.

Après la fin de la courte allocution, dans un geste symbolique, des couronnes ont été jetées à la mer à la mémoire des réfugiés morts aujourd’hui, et une marche silencieuse a suivi sur le marché et sur le front de mer de Mytilène.

Dans l’annonce-appel adressée par l’Association des femmes progressistes de Mytilène, il a noté que « nous condamnons ceux qui ont transformé la mer Égée en une » tombe "humide pour ceux qui ont été ravagés par les guerres, la pauvreté et la misère, au lieu d’ en faire une mer de paix .

C’est un incident qui vient s’ajouter à la longue liste des desseins meurtriers des USA, de l’OTAN, de l’UE que leurs guerres et interventions impérialistes ont forcé et obligent des milliers de femmes à chercher un avenir meilleur pour leur famille et leurs enfants et se retrouvent finalement bloqués et impuissants loin de leur patrie. Ils sont les victimes de la violence et de l’exploitation les plus brutales qui le paient souvent de leur propre vie ! Les responsabilités des gouvernements grecs dans le temps sont énormes !

Nous ne tolérons pas que les décès de réfugiés et de migrants deviennent une sorte de « normalité »! Nous protestons contre la politique inhumaine d’incarcération, d’expulsion, qui porte le sceau de l’UE et est mise en œuvre par le gouvernement actuel ainsi que les précédents" De la part du Comité de paix de Lesbos (branche EEDYE) a souligné que " La mort a de nouveau visité nos côtes. Des dizaines de noyés (surtout des jeunes femmes) ont été retirés morts de la mer sur notre île. LEUR MORT A UNE CAUSE, A DES CAUSES MORALES ET PHYSIQUES. Tous victimes des guerres impérialistes et de l’occupation de leur pays.

________________________________________________________________________________________________________________

SAMEDI 15 OCTOBRE : MANIFESTATIONS DEVANT LES AMBASSADES ITALIENNES À BERLIN, BRUXELLES, MADRID…ET DANS VOTRE VILLE !
source : abolishfrontex.org/blog/2022/09/07/call-out-organise-to-stop-the-italy-libya-memorandum/

Les réfugiés en Libye ont commencé leurs protestations en octobre 2021 - pourtant les conditions des réfugiés en Libye restent les mêmes. Ils sont exposés à la violence structurelle, à la détention arbitraire dans des conditions inhumaines, à la torture, à l’esclavage et au meurtre. Chaque jour, des personnes continuent de se noyer dans la Méditerranée ou d’être repoussées par les soi-disant garde-côtes libyens (LYCG) et le nouvel appareil de soutien à la stabilité (SSA). L’Union européenne (UE) contribue quotidiennement à ces atrocités en finançant et en formant le LYCG et les structures de soutien, qui maintiennent le système actuel en place.

Pourtant, l’écho de la manifestation des réfugiés en Libye est ignoré dans le discours public européen.

Depuis 2017, date de la signature du protocole d’accord Italie-Libye, suffisamment de preuves, de rapports, de déclarations ont révélé les liens étroits entre le soi-disant LYCG, les autorités migratoires libyennes (DCIM), les milices et les passeurs. Suffisamment de rapports ont dénoncé les crimes commis contre les réfugiés et les migrants en Libye. Les Nations Unies (ONU) et la Cour pénale internationale (CPI) dénoncent même les crimes contre l’humanité commis dans les centres de détention, qui sont soutenus par le Mémorandum.

Le 2 novembre 2022, le Mémorandum Italie-Libye doit être renouvelé - c’est la porte dérobée de la coopération de l’UE avec les garde-côtes libyens dirigés par des milices, le système de détention infernal et les tragédies silencieuses de milliers de morts invisibles dans le Sahara à la frontière sud.

:x: STOP au Mémorandum Italie-Libye !

En solidarité avec les réfugiés en Libye, nous voulons descendre dans les rues de toute l’Europe pour arrêter ce mémorandum, le samedi 15 octobre, devant les ambassades italiennes de nos villes.

Tous les acteurs impliqués dans ce Mémorandum doivent mettre fin à cet accord criminel :

L’Italie doit annuler le renouvellement du Mémorandum.
L’UE doit cesser de financer les activités en accord avec le Mémorandum à hauteur de centaines de millions d’euros.
Frontex, qui coopère avec le LYCG en accord avec le Mémorandum, doit être supprimé.
Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) doivent immédiatement commencer à remplir leur devoir de protection des réfugiés en Libye et cesser de fournir une façade à l’UE et à l’Italie pour prétendre que leurs actions sont motivées par des objectifs humanitaires.

En soutenant le Mémorandum Italie-Libye, l’Italie, l’UE, le LYCG, Frontex, le HCR et l’OIM se rendent complices d’esclavage, de trafic d’êtres humains et de crimes contre l’humanité.

Arrêtez le Mémorandum Italie-Libye !
Arrêtez le renvoi des réfugiés et des migrants en Libye, arrêtez la coopération avec le LYCG !
Libérez tous les réfugiés et les migrants, fermez les centres de détention !
Évacuation vers des pays sûrs pour tous les réfugiés et migrants en Libye !

#EvacuateRefugeesFromLibya

REJOIGNEZ NOS ACTIONS LE 15 OCTOBRE DEVANT LES AMBASSADES ITALIENNES À BERLIN, BRUXELLES, MADRID OU ORGANISEZ UNE ACTION DANS VOTRE VILLE :fist:.

:point_right: Pour rejoindre/organiser des actions, veuillez contacter : solidaritywithrefugeesinlibya@riseup.net

______________________________________________________________________________________________

Yehrim Hwang, Massachusetts Peace Action info@masspeaceaction.org

Kiev doit mener la charge pour la paix
19 septembre 2022 Roger Waters : pas de nouvelle guerre froide,

Roger Waters répond à Mme Olena Zelenska d’Ukraine.

par Roger Waters

Le tweet de Mme Zelenska du 5 septembre :

C’est la Russie qui a envahi l’Ukraine, détruit les villes et tue les civils.
Les Ukrainiens défendent leur terre et l’avenir de leurs enfants.
Si nous abandonnons, nous n’existerons plus demain.
Si la Russie abandonne - la guerre sera terminée.

Chère Madame Zelenska,

Veuillez excuser ma réponse tardive à votre réponse sur Twitter à ma lettre ouverte. Je suis au milieu d’une tournée nord-américaine. J’avoue que je n’aurais jamais imaginé que vous me répondriez personnellement, je suis époustouflé, alors merci. Je prends note de ce que vous dites, mais je suis presque sûr qu’abandonner comme ça n’est pas une option qu’aucun camp n’envisage. Je sens que je commence à vous connaître un peu, je vois que vous, comme moi, avez une formation d’architecte, donc peut-être avons-nous un intérêt commun pour la construction de choses. C’est une bonne chose car nous devons tous nous concentrer sur la construction de quelque chose maintenant, et manifestement, cette chose est la paix dans votre pays. Mes recherches m’amènent à penser que la paix en Ukraine est ce pour quoi la grande majorité du peuple ukrainien a voté lorsqu’il a élu votre mari à la présidence. Et que cette majorité attendait de lui qu’il utilise son immense mandat pour négocier un accord entre l’Ukraine et la Fédération de Russie qui répondrait aux besoins de sécurité des deux nations et offrirait une alternative crédible à cette guerre désastreuse.

Je crois que même après le début des hostilités, en avril dernier, deux mois après le début de la guerre, un tel accord était sur la table, c’était à Istanbul, n’est-ce pas ? Que s’est-il passé ?

Vous étiez si proche d’un cessez-le-feu. Je sens une interférence de Washington, je suis prêt à me tromper bien sûr, mais d’après mon expérience, si ça sent le poisson et que ça a l’air louche, c’est probablement ce qui passe pour de la politique étrangère à Washington DC. Quoi qu’il en soit, de l’eau a coulé sous les ponts depuis. Ce que je suggère, c’est que la seule voie sensée est que toutes les parties, et je dis bien toutes les parties, pas les deux, car il s’agit clairement d’une guerre par procuration qui implique les États-Unis, et toutes les parties doivent donc accepter un cessez-le-feu inconditionnel et le début des pourparlers. Pour ma part, Olena jecontinuerai à battre le tambour de la paix, aussi impopulaire que cela puisse être en ces temps belliqueux. Les grands médias occidentaux semblent vouloir encourager le soutien du public à l’escalade de la guerre par procuration entre les États-Unis et la Fédération de Russie qui fait rage en Ukraine, au point d’envisager de jouer au

nucléaire. Wow ! Quelle irresponsabilité de la part de ces messieurs de la presse.

En 1962, nous avons été confrontés à une situation tout aussi mortelle dans les Caraïbes. On l’appelait la crise des missiles cubains. L’ensemble de la race humaine était dangereusement proche de l’extinction dans une guerre nucléaire, et nous le savions tous. Cette crise est survenue parce que les États-Unis ont perçu, à juste titre, une menace existentielle du fait que l’URSS installait des missiles nucléaires à Cuba, à un jet de pierre du continent américain. Aujourd’hui, les rôles sont inversés, ce sont les États-Unis qui cherchent, par le biais de l’OTAN, à installer des armes nucléaires en Ukraine, juste à la frontière russe, à deux pas de Moscou, et la Fédération de Russie perçoit cela comme une menace existentielle. L’Ukraine est donc devenue le Cuba d’aujourd’hui.

Le fait que nous ayons tous survécu à la crise des missiles de Cuba en 1962, ne serait-ce que de justesse, peut s’expliquer en partie par deux événements. La première, et probablement la plus importante, est que, contrairement à la crise actuelle, en 1962, les présidents de l’URSS et des États-Unis, Nikita Khrouchtchev et John Fitzpatrick Kennedy, se sont parlés au téléphone, à plusieurs reprises, sobrement, poliment et respectueusement.

La deuxième chose a été tout aussi cruciale et est fascinante, et aussi, du moins en Occident, très peu connue.

C’est l’histoire d’un héros russe, Vasily Aleksandrovich Arkhipov. Selon Wikipédia, Arkhipov (1926 - 1998) est un officier de la marine soviétique qui a empêché un lancement nucléaire soviétique pendant la crise des missiles de Cuba. Une telle attaque aurait probablement provoqué une réponse thermonucléaire mondiale majeure[1].

En tant que chef d’état-major de la flottille et commandant en second du sous-marin à propulsion diesel B-59, Arkhipov a refusé d’autoriser le capitaine et l’officier politique à utiliser des torpilles nucléaires contre la marine américaine, une décision qui nécessitait l’accord des trois officiers supérieurs. Après sa mort, Arkhipov a été largement reconnu comme quelqu’un qui avait « sauvé le monde » par ses actions.

Wow ! Vasily, au nom de toute la race humaine, merci d’avoir fait ce qu’il fallait.

Je viens juste de recevoir, ce matin, un courriel de MAPA (Massachusetts Peace Action) me rappelant qu’en 1962, les deux présidents ont résolu la crise en faisant un compromis. Khrouchtchev a accepté de retirer les missiles russes de Cuba et, en guise de « contrepartie », Kennedy a accepté de retirer les missiles américains de Turquie ! Ils ont parlé, ils ont fait un compromis, le travail a été fait ? Cela s’appelle la diplomatie. Qu’est-il arrivé à la diplomatie ? Pourquoi le président Biden ne fait-il pas ce qu’il faut et ne parle-t-il pas au président Poutine ? Pourquoi les pouvoirs en place aux États-Unis ont-ils obstinément refusé de répondre aux préoccupations de la Russie concernant la menace existentielle potentielle d’une Ukraine à part entière, armée de l’arme nucléaire, qui rejoindrait l’OTAN aux portes de la Russie ?

Bien que vous et moi, Mme Zelenska, essayions toujours de communiquer pour promouvoir la paix, bien qu’à travers le brouillard désespérément inutile de la propagande partisane, chaque jour de nouvelles vies ukrainiennes et russes sont tragiquement perdues. De façon insondable, le président des États-Unis d’Amérique parle publiquement, sur un ton tapageur et belliqueux, de chasser du pouvoir son homologue russe. Quoi ! M. le Président, le monde n’est pas une bande dessinée unipolaire de Marvel. A quoi pensez-vous ? Les puissances qui tirent vos ficelles et vous disent vraisemblablement ce que vous devez dire, disposent d’une puissante chambre d’écho dans l’ensemble des médias grand public, mais « nous, le peuple », avons aussi une voix, et nous continuerons à l’utiliser, malgré vos efforts pour contourner la loi, ignorer la constitution des États-Unis et supprimer les droits de l’homme fondamentaux, jusqu’à emprisonner des journalistes qui croient réellement en la liberté et la démocratie. Oui, Monsieur le Président, je parle de Julian Assange.

De plus en plus, nous remarquons que la politique étrangère américaine, telle qu’elle a été planifiée il y a trente ans par le Projet pour le nouveau siècle américain, par Wolfowitz et Kagan, Kristol, Cheney, Rumsfeld et le reste des néo-cons, est devenue de plus en plus la voix de la brute de la cour d’école, « Fais ce que nous disons ou nous te casserons les dents ». Vraiment ? Vous pensez vraiment que l’empire américain devrait essayer de déclencher une guerre avec la Russie ? Et ensuite la Chine ? Vous êtes fou ? « Nous, le peuple » ne veut pas ça, parce que « Nous, le peuple » n’est pas fou. Et les peuples russe et chinois n’en veulent pas non plus, parce qu’ils ne sont pas fous non plus, mais par Dieu, si vous en déclenchez une, nous ferions mieux de nous préparer à un bain de sang, car si je me souviens bien, le peuple russe ne voulait pas non plus de guerre avec les Allemands, mais vingt-six millions d’entre eux sont morts en donnant un sacré coup de sang aux nazis.

Alors, où en étais-je, Mme Zelenska, je suis désolé, j’ai été un peu distrait, oh oui, pourquoi ne pas convaincre votre mari de « faire ce qu’il faut », et « nous, le peuple » aux États-Unis, essayerons de convaincre ce pauvre vieil oncle Joe Biden de faire ce qu’il faut, et le peuple russe fera pression sur le " torse nu " Vladimir Poutine pour qu’il fasse ce qu’il faut, et peut-être qu’ensemble, " nous, le peuple ", pourrons faire pression sur tous nos dirigeants pour qu’ils fassent ce qu’il faut, et peut-être pourrons-nous sauver le monde de la destruction imminente à laquelle ils semblent voués. Peut-être pourrons-nous empêcher les puissances en place de sacrifier notre belle planète sur l’autel de leur bellicisme unipolaire meurtrier.

  • Roger Waters est le co-fondateur du groupe rock Pink Floyd

Il a été ajouté à la liste des personnes à abattre parrainée par le gouvernement ukrainien.

Cette liste : Mirotvorets est une base de données qui répertorie des milliers de journalistes, de militants et de toute autre personne déclarée « Ennemie de l’Ukraine ». Leurs informations personnelles sont publiées, telles que l’adresse de leur domicile, leur numéro de téléphone et leur numéro de compte bancaire ; tout ce qui peut permettre de les localiser facilement. Lorsque les personnes figurant sur cette liste sont assassinées, comme le journaliste italien Andrea Rocchelli, le mot ЛИКВИДИРОВАН, « LIQUIDATED », écrit en ukrainien, est apposé sur leur photo en grosses lettres rouges.

___________________________________________________________________________________________________

source : thecradle.co/Article/Interviews/16536

Michael Hudson : Une feuille de route pour échapper à l’étranglement de l’Occident

par Pepe Escobar. 6 octobre 2022

La voie géoéconomique pour s’éloigner de l’ordre néolibéral est semée d’embûches, mais les bénéfices de l’établissement d’un système alternatif sont aussi prometteurs qu’urgents.

Il est impossible de suivre les turbulences géoéconomiques inhérentes aux « douleurs de la naissance » du monde multipolaire sans le point de vue du professeur Michael Hudson, de l’université du Missouri, et auteur de l’ouvrage déjà fondamental The Destiny of Civilization.

Dans son dernier essai, le professeur Hudson approfondit les politiques économiques/financières suicidaires de l’Allemagne, leur effet sur l’euro déjà en chute libre, et évoque quelques possibilités d’intégration rapide de l’Eurasie et du Sud dans son ensemble pour tenter de briser l’emprise de l’hégémon.

Cela a donné lieu à une série d’échanges d’e-mails, notamment sur le rôle futur du yuan, où Hudson a fait remarquer :

« Les Chinois avec qui je parle depuis des années ne s’attendaient pas à ce que le dollar s’affaiblisse. Ils ne se plaignent pas de sa hausse, mais ils s’inquiètent de la fuite des capitaux hors de Chine, car je pense qu’après le Congrès du Parti [qui débutera le 16 octobre], il y aura une répression contre les défenseurs du marché libre de Shanghai. La pression pour les changements à venir s’est accumulée depuis longtemps. L’esprit de réforme visant à freiner les « marchés libres » s’est répandu parmi les étudiants il y a plus de dix ans, et ils se sont élevés dans la hiérarchie du Parti ».

Sur la question clé de l’acceptation par la Russie du paiement de l’énergie en roubles, M. Hudson a abordé un point rarement examiné en dehors de la Russie : « Ils ne veulent pas vraiment être payés uniquement en roubles. C’est la seule chose dont la Russie n’a pas besoin, car elle peut simplement les imprimer. Elle n’a besoin de roubles que pour équilibrer ses paiements internationaux et stabiliser le taux de change – pas pour le faire monter ».

Ce qui nous amène aux règlements en yuan : « Prendre un paiement en yuan, c’est comme prendre un paiement en or – un actif international que tous les pays désirent en tant que monnaie non fiduciaire qui a une valeur si on la vend (contrairement au dollar actuel, qui peut simplement être confisqué, ou finalement laissé à l’abandon). Ce dont la Russie a réellement besoin, ce sont des intrants industriels essentiels comme les puces informatiques. Elle pourrait demander à la Chine de les importer avec les yuans que la Russie lui fournit ».

Keynes est de retour

Suite à nos échanges de courriels, le professeur Hudson a gracieusement accepté de répondre en détail à quelques questions sur les processus géoéconomiques extrêmement complexes en jeu à travers l’Eurasie. C’est parti.

The Cradle : Les BRICS étudient l’adoption d’une monnaie commune – incluant tous les BRICS et, nous l’espérons, les BRICS+ élargis également. Comment cela pourrait-il être mis en pratique ? On voit mal la banque centrale brésilienne s’harmoniser avec les Russes et la Banque populaire de Chine. Cela impliquerait-il uniquement des investissements – via la Banque de Développement des BRICS ? Serait-il basé sur les matières premières et l’or ? Quelle est la place du yuan ? L’approche des BRICS est-elle basée sur les discussions actuelles de l’Union économique eurasienne (UEEA) avec les Chinois, menées par Sergey Glazyev ? Le sommet de Samarcande a-t-il fait progresser, dans la pratique, l’interconnexion des BRICS et de l’OCS ?

Hudson : « Toute idée de monnaie commune doit commencer par un accord d’échange de devises entre les pays membres actuels. La plupart des échanges se feront dans leurs propres monnaies. Mais pour régler les inévitables déséquilibres (excédents et déficits de la balance des paiements), une monnaie artificielle sera créée par une nouvelle banque centrale.

Cela peut ressembler superficiellement aux Droits de Tirage spéciaux (DTS) créés par le Fonds monétaire international (FMI), en grande partie pour financer le déficit US sur le compte militaire et le service de la dette croissant que les débiteurs du Sud doivent aux prêteurs américains. Mais l’arrangement ressemblera beaucoup plus au bancor1 proposé par John Maynard Keynes en 1944. Les pays déficitaires pourraient tirer un quota déterminé de bancors, dont l’évaluation serait fixée par une sélection commune de prix et de taux de change. Les bancors (et leur propre monnaie) seraient utilisés pour payer les pays en excédent.

Mais contrairement au système de DTS du FMI, l’objectif de cette nouvelle banque centrale alternative ne sera pas simplement de subventionner la polarisation économique et l’endettement. Keynes a proposé un principe selon lequel si un pays (il pensait alors aux États-Unis) enregistrait des excédents chroniques, cela serait le signe de son protectionnisme ou de son refus de soutenir une économie mutuellement résiliente, et ses créances commenceraient à s’éteindre, de même que les dettes en bancor des pays dont l’économie les empêchait d’équilibrer leurs paiements internationaux et de soutenir leur monnaie.

Les accords proposés aujourd’hui soutiendraient effectivement les prêts entre les banques membres, mais pas dans le but de soutenir la fuite des capitaux (la principale utilisation des prêts du FMI, lorsque des gouvernements de « gauche » semblent susceptibles d’être élus), et le FMI et son alternative associée à la Banque mondiale n’imposeraient pas de plans d’austérité et de politiques anti-ouvrières aux débiteurs. La doctrine économique favoriserait l’autosuffisance alimentaire et les produits de première nécessité, et encouragerait la formation de capital agricole et industriel tangible, et non la financiarisation.

Il est probable que l’or soit également un élément des réserves monétaires internationales de ces pays, simplement parce que l’or est une marchandise que des centaines d’années de pratique mondiale ont déjà reconnue comme acceptable et politiquement neutre. Mais l’or serait un moyen de régler les balances de paiement, et non de définir la monnaie nationale. Ces soldes s’étendraient bien sûr au commerce et aux investissements avec les pays occidentaux qui ne font pas partie de cette banque. L’or serait un moyen acceptable de régler les soldes de la dette occidentale envers la nouvelle banque centrée sur l’Eurasie. Il s’agirait d’un moyen de paiement que les pays occidentaux ne pourraient pas simplement répudier – pour autant que l’or soit conservé entre les mains des membres de la nouvelle banque, et non plus à New York ou à Londres comme c’est la dangereuse pratique depuis 1945.

Dans une réunion visant à créer une telle banque, la Chine se trouverait dans une position dominante similaire à celle dont jouissaient les États-Unis en 1944 à Bretton Woods. Mais sa philosophie de fonctionnement serait tout à fait différente. L’objectif serait de développer les économies des membres de la banque, avec une planification à long terme ou des modèles commerciaux qui semblent les plus appropriés pour leurs économies afin d’éviter le type de relations de dépendance et de prises de contrôle par privatisation qui ont caractérisé la politique du FMI et de la Banque mondiale.

Ces objectifs de développement impliqueraient une réforme foncière, une restructuration industrielle et financière, une réforme fiscale, ainsi que des réformes bancaires et de crédit au niveau national. Les discussions lors des réunions de l’OCS semblent avoir préparé le terrain pour établir une harmonie générale des intérêts dans la création de réformes dans ce « sens ».

L’Eurasie ou la faillite

The Cradle : À moyen terme, peut-on s’attendre à ce que les industriels allemands, contemplant le désert à venir et leur propre disparition, se révoltent en masse contre les sanctions commerciales/financières imposées par l’OTAN à la Russie, et forcent Berlin à ouvrir Nord Stream 2 ? Gazprom garantit que le pipeline est récupérable. Pas besoin d’adhérer à l’OCS pour que cela se produise…

Hudson : « Il est peu probable que les industriels allemands agissent pour empêcher la désindustrialisation de leur pays, étant donné la mainmise des États-Unis et de l’OTAN sur la politique de la zone euro et les 75 dernières années d’ingérence politique des responsables étasuniens. Il est plus probable que les chefs d’entreprise allemands essaient de survivre en préservant autant que possible leurs richesses personnelles et celles de leur entreprise dans le sillage de la transformation de l’Allemagne en une épave économique de type État balte.

Il a déjà été question de transférer la production – et la gestion – aux États-Unis, ce qui empêchera l’Allemagne de s’approvisionner en énergie, en métaux et autres matériaux essentiels auprès de tout fournisseur qui ne serait pas contrôlé par les intérêts US et leurs alliés.

La grande question est de savoir si les entreprises allemandes émigreront vers les nouvelles économies eurasiennes dont la croissance industrielle et la prospérité semblent devoir éclipser de loin celles des États-Unis.

Bien sûr, les pipelines Nord Stream sont récupérables. C’est précisément la raison pour laquelle la pression politique étasunienne exercée par le secrétaire d’État Blinken a été si insistante pour que l’Allemagne, l’Italie et d’autres pays européens redoublent d’efforts pour isoler leurs économies du commerce et des investissements avec la Russie, l’Iran, la Chine et d’autres pays dont les États-Unis tentent de perturber la croissance ».

Comment échapper à « There Is No Alternative »

The Cradle : Sommes-nous en train d’atteindre le moment où les acteurs clés du Sud – plus de 100 nations – vont enfin se ressaisir et décider d’aller jusqu’au bout et d’empêcher les États-Unis de maintenir l’économie mondiale néolibérale artificielle dans un état de coma perpétuel ? Cela signifie que la seule option possible, comme vous l’avez souligné, est de mettre en place une monnaie mondiale parallèle contournant le dollar US – tandis que les suspects habituels font flotter la notion d’un Bretton Woods III au mieux. Le casino financier FIRE (finance, assurance, immobilier) est-il suffisamment omnipotent pour écraser toute concurrence éventuelle ? Envisagez-vous d’autres mécanismes pratiques en dehors de ce qui est discuté par les BRICS, l’EAEU et l’OCS ?

Hudson : « Il y a un an ou deux, il semblait que la conception d’une monnaie mondiale alternative à part entière, d’un système monétaire, de crédit et d’échange était si complexe qu’il était difficile d’en imaginer les détails. Mais les sanctions US se sont avérées être le catalyseur nécessaire pour rendre ces discussions pragmatiquement urgentes.

La confiscation des réserves d’or du Venezuela à Londres et de ses investissements aux États-Unis, la confiscation de 300 milliards de dollars de réserves de change de la Russie détenues aux États-Unis et en Europe, et la menace de faire de même pour la Chine et d’autres pays qui résistent à la politique étrangère des États-Unis ont rendu la dédollarisation urgente. J’ai expliqué cette logique en de nombreux points, depuis mon article du Valdai Club (avec Radhika Desai) jusqu’à mon récent livre sur « Le destin de la civilisation », en passant par la série de conférences que j’ai préparée pour Hong Kong et l’Université Mondiale pour la Durabilité.

Détenir des titres libellés en dollars, et même détenir de l’or ou des investissements aux États-Unis et en Europe, n’est plus une option sûre. Il est clair que le monde est en train de se scinder en deux types d’économies très différentes, et que les diplomates US et leurs satellites européens sont prêts à déchirer l’ordre économique existant dans l’espoir que la création d’une crise perturbatrice leur permettra de sortir vainqueurs.

Il est également clair que la soumission au FMI et à ses plans d’austérité est un suicide économique, et que suivre la Banque mondiale et sa doctrine néolibérale de dépendance internationale est autodestructeur. Le résultat a été de créer un plafond impayable de dettes libellées en dollars US. Ces dettes ne peuvent être payées sans emprunter du crédit au FMI et sans accepter les conditions de la reddition économique aux privatiseurs et aux spéculateurs des États-Unis.

La seule alternative à l’austérité économique qu’ils s’imposent est de se retirer du piège du dollar dans lequel se trouve l’économie de « libre marché » parrainée par les États-Unis (des marchés libres de toute protection gouvernementale et de toute capacité gouvernementale à réparer les dommages environnementaux causés par les compagnies pétrolières et minières US et la dépendance industrielle et alimentaire qui y est associée).

La rupture sera difficile, et la diplomatie US fera tout ce qu’elle peut pour perturber la création d’un ordre économique plus résilient. Mais la politique US a créé un état mondial de dépendance dans lequel il n’y a littéralement aucune autre alternative que de rompre ».

Germanexit ?

The Cradle : Quelle est votre analyse sur la confirmation par Gazprom que la ligne B du Nord Stream 2 n’a pas été touchée par la terreur des pipelines ? Cela signifie que le Nord Stream 2 est pratiquement prêt à fonctionner – avec une capacité de pompage de 27,5 milliards de mètres cubes de gaz par an, ce qui se trouve être la moitié de la capacité totale du Nord Stream – endommagé. L’Allemagne n’est donc pas condamnée. Cela ouvre un tout nouveau chapitre ; une solution dépendra d’une décision politique sérieuse du gouvernement allemand.

Hudson : « Voilà le problème : La Russie ne va certainement pas supporter le coût d’une nouvelle explosion de l’oléoduc. Ce sera à l’Allemagne de le faire. Je parie que le régime actuel dira « non ». Cela devrait donner lieu à une montée intéressante des partis politique alternatifs.

Le problème ultime est que la seule façon pour l’Allemagne de rétablir le commerce avec la Russie est de se retirer de l’OTAN, en réalisant qu’elle est la principale victime de la guerre de l’OTAN. Cela ne pourrait réussir qu’en s’étendant avec l’Italie, et aussi avec la Grèce (pour ne pas l’avoir protégée contre la Turquie, depuis Chypre). Cela risque d’être un long combat.

Il est peut-être plus facile pour l’industrie allemande de faire ses valises et de déménager en Russie pour aider à moderniser sa production industrielle, notamment BASF pour la chimie, Siemens pour l’ingénierie, etc. Si les entreprises allemandes se délocalisent aux États-Unis pour obtenir du gaz, cela sera perçu comme un raid US sur l’industrie allemande, capturant son avance pour les États-Unis. Même ainsi, cela ne réussira pas, étant donné l’économie post-industrialisée des États-Unis d’Amérique.

L’industrie allemande ne peut donc se déplacer vers l’est que si elle crée son propre parti politique, un parti nationaliste anti-OTAN. La constitution de l’UE exigerait que l’Allemagne se retire de l’UE, ce qui fait passer les intérêts de l’OTAN en premier au niveau fédéral. Le scénario suivant consiste à discuter de l’entrée de l’Allemagne dans l’OCS. Prenons les paris pour savoir combien de temps cela prendra ».

_______________________________________________________________________________________________________________________

Élections municipales et régionales au Pérou

vidéo : youtu.be/zDwJj58LM_Q

Romain Migus Les 2 rives

Dans un contexte de grande instabilité politique, les péruviens ont été appelés aux urnes afin de choisir leur représentants locaux. Une élection qui ne passionne pas les foules et qui a renforcé le sentiment général de défiance envers la politique en renforçant des candidats issus de mouvement régionaux au détriment des partis nationaux. A noter la victoire de l’ultra droite à Lima où Rafael Lopez Aliaga, membre de l’Opus Dei, fait son entrée à la mairie. Pour connaitre qui est Lopez Aliaga: https://www.les2rives.info/lopez_alia… Pour continuer à voir des reportages depuis l’Amérique latine, SOUTENEZ NOUS: https://www.les2rives.info/soutenez_n…

____________________________________________________________

source : www.investigaction.net/fr/burkina-faso-que-sy-passe-t-il-le-monde-vu-den-bas-n66/

Burkina Faso : Que s’y passe-t-il – Le monde vu d’en bas – N°66

vidéo : youtu.be/N6QBfzTA7-8

Dans cette nouvelle vidéo, Saïd Bouamama revient sur le coup d’état intervenu il y a quelques jours au Burkina Faso. Il analyse le traitement médiatique et complète les manquements des grands médias en expliquant le contexte politique pour comprendre la situation au Burkina Faso.

______________________________________________________________________________________________________________________

envoyé par une abonnée

LE POINT DE LA GRANDE MARCHE PAN AFRICAINE DE CE SAMEDI 08 octobre 2022!

5 oct. 2022

source : youtu.be/Tm5dCEyV8XI

Les africains de nombreuses diasporas s’unissent et manifestent samedi un peu partout dans plusieurs capitales …

______________________________________________________________________________________________________________________

source : www.facebook.com/1055939687921140/posts/pfbid02rNBsV8JKXwcdfrvwMS28RM6RtXynkuTtXzyaUbZxzxTLW7RoLmoocgAGEjJ4YqzBl/?sfnsn=scwspmo

Les panafricains

6 octobre

#Benin: Patrice TALON entend renforcer son partenariat sécuritaire avec la junte française.

Le général Bruno Baratz , commandant de la force Barkhane, accompagné du commandant des forces françaises au Sénégal, est au Bénin depuis deux jours pour préparer le déploiement prochain des unités de l’armée française dans le nord du pays frontalier au Burkina Faso et au Niger.

Au moment où les peuples réclament de plus en plus la diversification des partenaires militaires certains gouvernements africains semblent souffrir de cécité corticale en matière sécuritaire.

Ils ne comprennent toujours pas que le Terrorisme est le prétexte des gouvernements occidentaux pour occuper nos espaces, surveiller nos pays, exploiter nos ressources naturelles et prolonger leur domination sur des générations.

______________________________________________________________________________________________________

Comité de Soutien à Vincenzo Vecchi.

voici les rassemblements/actions à venir :

#08/10 #Vannes 11h esplanade du port rassemblement déplacement vers la,porte St Vincent rebaptisée Porte Vincenzo puis cortège vers Palais de justice et rue Thiers.

#08/10 #Milano 15h Rassemblement [1] et [2]

#09/10 #rochefortenterre vente solidaire de pain par Ludovic

#10/10 #Rennes 18h rassemblement devant le parlement, appel du Parti de Gauche d’Ille-et-Vilaine

#11/10 #Paris 10h Cour de cassation audience rdv devant le palais de justice, 5 quai de l’horloge

#11/10 #Marseille 12h rassemblement devant le consulat italien

#11/10 #partout appel à action

1 -Bus pour Paris à la cour de cassation le 11 octobre: départ de Rochefort (place st Michel) à 0h30. Etape à Rennes (métro la poterie) vers 1h45 ; arrivée prévue à Paris au plus près de la cour de Cassation vers 8h30. Le bus devra attendre 9 heures avant de repartir pour le repos du chauffeur. L’heure de retour sera annoncée en tenant compte de cette contrainte, aux alentours de 17h30 pour une arrivée à Rochefort vers 0h30. Chacun est libre de participer au financement de ce transport.

il est encore possible de s’inscrire : Framacalc - tableur collaboratif en ligne

actions vers les consulats et les ambassades dans toutes les villes de France et d’Europe:

2- Dépôt de lettres aux ambassades et consulats en France et en Europe ; chacun peut s’approprier l’action là où il est, il s’agit de remettre une lettre en main propre dans un consulat ou une ambassade de France et d’Italie et de demander un récépissé de cette lettre (copie à adresser au comité) et si possible de prendre une photo de l’action.

Pour ce faire vous trouverez une lettre d’appel traduite en plusieurs langues expliquant le contexte et l’objet de cette action et les lettres à imprimer et à remettre.

Action européenne - Comité de soutien à Vincenzo Vecchi

_______________________________________________________________________________________________________

C’est parti ! Ils tentent de passer en force. Les travaux de la méga-bassine de Sainte-soline (79) ont commencé. Le compte à rebours a démarré jusqu’à la méga-manif du 28/29 octobre pour les arrêter ! Nous vous invitons à relayer cet appel dès aujourd’hui partout et dans vos divers réseaux, à le co-signer avec avec vos orgas et collectifs, à organiser des soirées de mobilisation chez vous, à nous demander des tracts et affiches ! Tous/toutes à Sainte-Soline. No Bassaran !

// Pas une bassine de plus !!!

29/30 octobre 2022 - stoppons le chantier de Sainte-Soline (79

**** Grande Manifestation – Rdv samedi 29 - 10h ****

Face au mouvement populaire de défense et de partage de l’eau, le gouvernement et le lobby agro-industriel n’ont pour l’instant qu’une seule réponse : le passage en force. Ils viennent de donner le coup d’envoi du chantier de la méga-bassine de Sainte-Soline , la plus grosse en projet actuellement, en entourant de grillages les 16ha des « terres rouges », dans les Deux-Sèvres. Nous appelons donc à converger massivement les 29 et 30 octobre, de partout en France et au-delà, pour une mobilisation plurielle qui se donne comme objectif de mettre fin à ce chantier.

Symbole national de l’accaparement de l’eau au profit d’une minorité et du maintien d’un modèle agricole aussi toxique qu’anachronique, les méga-bassines se sont vues projetées cet été au coeur de l’actualité . La sécheresse historique et systémique que nous venons de vivre, ne fait que révéler encore plus brutalement l’inadaptation intrinsèque d’une certaine agriculture aveuglée par le productivisme. Celle-ci vise aujourd’hui à démultiplier les bassines pour se maintenir coûte que coûte, malgré la crise climatique que ce modèle agro-industriel participe amplement à aggraver. Naturalistes, riverain.es, paysan.nes et scientifiques n’ont pourtant eu de cesse de démontrer l’impact délétère de ces bassines et du pompage accru dans les nappes - y compris en hiver - sur des réseaux hydrologiques extrêmement fragilisés et sur les milieux naturels qui en dépendent.

# Un mouvement de résistance en pleine expansion et des manifs qui font mouche

Au vu de la contestation, le chantier test de Mauzé-sur-le-Mignon - 1ère d’une nouvelle série de bassines - a été durant l’année passée un calvaire pour ses promoteurs, que ce soit pour l’État ou pour les irrigants organisés en société anonyme. Face aux diverses actions menées - rendez-vous hebdomadaires, envahissement du chantier, désarmement de plusieurs engins, mobilisations répétées de milliers de personnes - les difficultés de réalisation et les coûts de surveillance se sont démultipliés. Les irrigant.es et la préfecture sont-ils vraiment prêts à voir ces coûts se reproduire à chaque nouveau chantier ? On peut en douter, d’autant que la présence et la pression policière qu’ils engendrent pèsent lourdement sur les riverain.es, qui constatent jour après jour, l’assèchement de leurs cours d’eau.

Pour le mouvement de contestation contre les mégabassines, ce premier chantier a plutôt été un catalyseur qui n’a fait qu’amplifier et fortifier sa détermination. Ce mouvement assume aujourd’hui la nécessité de la désobéissance civile quand les crimes contre l’eau et les terres sont appuyés par le gouvernement. Il a pris une dimension nationale avec la défense et le partage du commun emblématique qu’est l’eau. Il travaille localement à d’autres projets de territoire alternatifs compatibles avec les enjeux climatiques.

C’est l’antagonisme entre deux visions de l’agriculture et in fine du vivant qui s’est clarifié. L’une, agro-industrielle, dopée aux intrants chimiques, qui achève la privatisation des ressources communes dans une logique de court terme. L’autre, paysanne, guidée par l’urgence absolue de prendre soin du vivant, de le mettre en partage et d’en maintenir la diversité et la fertilité.

# Un risque de méga-bassines sur l’ensemble du pays et un moment charnière

Dans les Deux-sèvres, les lobbys pro-bassines se sont vu récemment infliger un désaveu réaffirmé. La cour d’appel a décidé après plus de 10 ans de procédures de ratifier l’illégalité - du fait de leur impact environnemental - des 5 bassines mises en œuvre par l’ASA des Roches. Des opposant.es avaient pris les devants ces derniers mois. Deux de ces bassines avaient été préventivement démantelées, dont une le 6 novembre dernier par plusieurs milliers de personnes, tandis que la confédération paysanne revendiquait le démontage de sa pompe.

Mais le clan des pro-bassines, en plein déni de réalité, s’entête encore. Des mégabassines continuent, à être planifiées partout dans le pays. Nous sommes à un moment charnière où nous devons unir nos forces à l’échelle nationale et internationale pour leur faire comprendre que chaque nouveau chantier aura un coût politique et économique ingérable. Puisque le gouvernement – cul et chemise avec l’agro-industrie et la FNSEA - malgré tous les effets d’annonce sur une éventuelle « planification écologique », reste incapable de prendre la décision - a minima - d’un moratoire, nous le mettrons en œuvre nous-mêmes.

# La bataille de Sainte-Soline est engagée ! Il est décisif de la gagner !

Le premier chantier à succéder à celui de Mauzé-sur-le-Mignon est celui de la méga-bassine de Sainte-Soline. Avec ses 720 000 m3, elle est la plus grosse des méga-bassines en projet, au beau milieu d’un site classé en zone natura 2000 pour les oiseaux de plaine - Busard cendré, Oedicnème criard - et constitue un enjeu vital pour la sauvegarde de l’Outarde canepetière. Depuis le 28 septembre, le site est encerclé par des grilles. Il risque d’ être progressivement excavé par une cohorte de tractopelles et verra ses environs quadrillés de réseaux de pompage et tuyauteries (+18 km de canalisations et 615m3/heure pompé pendant 45 jours 24h/24). Mais nous pouvons encore leur faire faire machine arrière !

Nous nous rassemblerons pour mettre fin au chantier le week-end des 29/30 octobre, et plus si nécessaire. Nous y parviendrons avec une pluralité de formes d’interventions et de présences créatives, à l’image de la diversité du mouvement , avec la présence conjuguée de ses forces écologistes, syndicales et paysannes, de personnes de tous âges et de toutes conditions physiques.

# Infos pratiques

Au cours du week-end, des espaces d’accueil permettront de camper, se restaurer et débattre d’autres modèles de partage de l’eau. Des balades naturalistes seront proposées. Comme à chaque mobilisation du mouvement, la fête sera aussi au rendez-vous avec de nombreuses interventions de groupes et artistes venus en soutien.

Des soirées de mobilisation, bus et covoiturages s’organisent au 4 coins du pays et au-delà. Vous pouvez y contribuer ! Pour les co-voiturages : Covoiturage gratuit pour l'événement Pas une bassine de plus !

Entrons en résistance pour l’eau et son partage ! No bassaran !

Pour plus d’infos pratiques et s’organiser. Pour recevoir des tracts, affiches, autocollants : https://lessoulevementsdelaterre.org/

fb – https://www.facebook.com/bassine.nonmerci.5 –twitter/instafb -#lesSoulevementsdelaTerre

Pour tous contacts et propositions : bassinesnonmerci.contact@framalistes.org

Premiers signataires de l’appel (orgas, collectifs et syndicats sont grandements invités à le co-signer en écrivant à : bassinesnonmerci.contact@framalistes.org )

• Action Antifasciste 79

• Action Antifasciste La Rochelle

• Action Antifasciste Nantes

• Action Antifasciste Paris-Banlieue

• Alerte Pesticides Haute

Gironde

• ARDAN

• Attac 17

• Attac 44

• Attac 85

• Attac 86

• Beaumont en Commun

• Cerveaux Non Disponibles

• Collectif Bassines Non Merci 16

• Collectif Bassines Non Merci 79

• Collectif Bassines Non Merci 86

• Collectif Bassines Non Merci Berry

• CGT Nationale

• Colère Citoyenne 79

• Collectif Bordeaux En Lutte

• Collectif Bretagne contre les fermes-usines

• Collectif Eau 88

• Eco Avenir

• EELV 86

. EELV 17

. EELV 79

• Extinction Rebellion Bordeaux

• Extinction Rebellion

La Rochelle

• Extinction Rebellion Nantes

• Extinction Rebellion Poitiers

• Fondation Pas Cap

• Génération.s 86

• GIGNV (ANV-Cop21 Nantes)

• GPIE 85

• Greenpeace Poitiers

• Groupe d’Action France Insoumise Marennes Bourcefranc

• Des Habitant.es et paysan.nes de la ZAD de Notre Dame des Landes

• Il est Encore Temps Bordeaux (IEET)

• La clef des champs

• La France Insoumise 85

• La France Insoumise 79

• L’Antivol

• L’Eau qui mord

• Le Collectif Alsace des luttes paysannes et citoyennes

• Le Jardin l’Ephémère

• Les Amis de la Confédération Paysanne d’Alsace

• Les amis de la Terre – Poitou

• Les braises (Saint Emilion)

• Les désobéissants

• Les Soulèvements de la Terre

• NatürliF Prod

. NDDL Poursuivre Ensemble

• NPA 79

: NUPES 17-01

• NUPES 17- 02

• NUPES 79 - 01 et 02

• NUPES 86 - 02

• NUPES 85-05 et 03

• Parti de Gauche 79

• Parti de Gauche 37

• Parti Communiste Français 79

• PEPS (Pour l’Ecologie Populaire et Sociale)

• POI 79

• Rendez-nous la mer / Ar mor·Bro An Oriant

• Scientifiques en rébellion

Bordeaux

• Syndicat de la Montagne Limousine

• Terres et rivières 85

• Union Populaire Charente Nord/Est

• Union départementale Solidaires 79

. Union Solidaires Vendée

• Union Solidaires Nationale

• Vienne Insoumise 86

• Youth for Climate

Angers

• Youth for Climate Nantes

______________________________________________________________________________________________________________________