discours de Gustavo Petro à l'Assemblée des Nations unies 20 septembre 2022

source www.pressenza.com/fr/2022/09/gustavo-petro-aux-nations-unies/

Assemblée des Nations Unies : Petro propose un nouveau modèle économique, social et environnemental : Moins de cocaïne et de déforestation. Plus de paix, de biodiversité et de prospérité

24.09.22 - New York, Nations Unies - Redacción Colombia

Cet article est aussi disponible en: Espagnol

(Crédit image: ONU)

Le président colombien a prononcé son discours devant les autres représentants de l’ONU, auxquels il a demandé de faire partie de la solution aux problèmes qui touchent la plupart des pays.

Gustavo Petro, Président de la Colombie, a assisté à l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) le mardi 20 septembre 2022. Il y a souligné la mission qui incombe aux pays de prendre soin de l’environnement et de protéger l’Amazonie pour que l’humanité puisse survivre. Dans le même temps, le président a appelé ses homologues à faire partie de la solution à la consommation de drogues, à l’exploitation des ressources naturelles, à la violation des droits humains et à la cessation des guerres, qui menacent la subsistance de

vidéo : youtu.be/F_HJHZd1w2o

Pour voir la vidéo ( 20′ 46′′ ) avec les sous-titres en français sur un ordinateur : 1. Cliquez sur l’icône Sous-titres (rectangle blanc en bas à droite de la fenêtre du lecteur vidéo). 2. Cliquez sur l’icône Paramètres (roue dentée en bas à droite), puis cliquez successivement sur Sous-titres, puis sur Traduire automatiquement. 3. Dans la fenêtre qui s’ouvre, faites défiler la liste des langues et cliquez sur Français.

TRANSCRIPTION

Vous trouverez ci-dessous le discours complet de Gustavo Petro :

Je viens de l’un des trois plus beaux pays de la planète.

On y assiste là-bas à une explosion de vie. Des milliers d’espèces multicolores dans les mers, dans les cieux, dans les terres… Je viens du pays des papillons jaunes et de la magie. Là-bas, dans les montagnes et les vallées de tous les verts, non seulement les eaux abondantes coulent, mais aussi les torrents de sang. Je viens d’un pays d’une beauté sanglante.

Mon pays n’est pas seulement beau, il est aussi violent.

Comment la beauté peut-elle se combiner avec la mort, comment la biodiversité de la vie peut-elle éclater avec les danses de la mort et de l’horreur ? Qui est coupable de rompre le charme avec la terreur ?

Qui ou quoi est responsable de noyer la vie dans les décisions routinières de la richesse et de l’intérêt ? Qui nous conduit à la destruction en tant que nation et en tant que peuple ?

Mon pays est beau parce qu’il possède la forêt amazonienne, la jungle du Chocó, les eaux, la chaîne de montagnes des Andes et les océans.

Là-bas, dans ces forêts, l’oxygène planétaire est émis et le CO2 atmosphérique est absorbé. L’une de ces plantes absorbant le CO2, parmi des millions d’espèces, est l’une des plus persécutées sur cette planète. On cherche à tout prix à la détruire : il s’agit d’une plante amazonienne, la coca, la plante sacrée des Incas.

On dirait qu’on est à un carrefour paradoxal : La forêt qu’ils essaient de sauver est, en même temps, détruite.

Pour détruire la plante de coca, ils jettent des poisons et du glyphosate dans l’eau, ils arrêtent les cultivateurs et les emprisonnent. Pour avoir détruit ou possédé la feuille de coca, un million de Latino-Américains sont tués et deux millions d’Afro-Américains sont emprisonnés en Amérique du Nord. Détruisez la plante qui tue, crient-ils depuis le Nord, mais la plante n’est qu’une plante de plus parmi les millions qui périssent lorsqu’ils déchaînent le feu sur la jungle.

Détruire la forêt, l’Amazonie, est devenu le mot d’ordre suivi par les États et les hommes d’affaires. Peu importe le cri des scientifiques baptisant la forêt tropicale comme l’un des grands piliers climatiques. Pour les rapports de force du monde, la forêt tropicale et ses habitants sont à blâmer pour le fléau qui les ronge. Les relations de pouvoir sont rongées par l’addiction à l’argent, au pétrole, à la cocaïne et aux drogues les plus dures afin de s’anesthésier davantage.

Rien n’est plus hypocrite que le discours pour sauver la forêt tropicale.

La forêt tropicale brûle, messieurs, pendant que vous faites la guerre et jouez avec elle.

La forêt tropicale, pilier climatique du monde, disparaît avec toute sa vie. La grande éponge qui absorbe le CO2 planétaire s’évapore. La forêt salvatrice est considérée dans mon pays comme l’ennemi à vaincre, comme la mauvaise herbe à éteindre. L’espace de la coca et des agriculteurs qui la cultivent, parce qu’ils n’ont rien d’autre à cultiver, est diabolisée. Vous ne vous intéressez à mon pays que pour jeter des poisons dans les jungles, mettre les hommes en prison et jeter les femmes dans l’exclusion.

Ils ne s’intéressent pas à l’éducation de l’enfant, mais au fait de tuer sa forêt et d’extraire le charbon et le pétrole de ses entrailles. L’éponge qui absorbe les poisons est inutile, ils préfèrent jeter davantage de poisons dans l’atmosphère.

Nous les servons pour excuser le vide et la solitude de leur propre société qui les conduit à vivre dans les bulles de la drogue. Nous leur cachons leurs problèmes qu’ils refusent de réparer. Il est préférable de déclarer la guerre à la forêt, à ses plantes, à ses habitants.

Pendant qu’ils laissent brûler les forêts, pendant que les hypocrites chassent les plantes avec des poisons pour cacher les désastres de leur propre société, ils nous demandent toujours plus de charbon, toujours plus de pétrole, pour calmer l’autre addiction : celle de la consommation, du pouvoir, de l’argent.

Qu’est-ce qui est le plus toxique pour l’humanité, la cocaïne, le charbon ou le pétrole ?

Les dictats du pouvoir ont ordonné que la cocaïne est le poison et doit être poursuivie, même si elle ne provoque que des morts minimes par overdose, et plus par les mélanges provoqués par sa clandestinité imposée. Ce sont les choses du pouvoir mondial, les choses de l’injustice, les choses de l’irrationalité, parce que le pouvoir mondial est devenu irrationnel.

Ils voient dans l’exubérance de la jungle, dans sa vitalité, ce qui est luxuriant, ce qui est peccamineux ; la source coupable de la tristesse de leurs sociétés, imprégnées de la compulsion illimitée d’avoir et de consommer. Comment cacher la solitude du cœur, sa sécheresse au milieu de sociétés sans affection, compétitives au point d’emprisonner l’âme dans la solitude, sinon en accusant la plante, l’homme qui la cultive, les secrets libertaires de la jungle. Selon le pouvoir irrationnel du monde, ce n’est pas la faute du marché qui réduit l’existence, c’est la faute de la jungle et de ceux qui l’habitent.

Les comptes bancaires sont devenus illimités, l’argent stocké des personnes les plus puissantes de la planète ne peut même plus être dépensé pendant des siècles et des siècles.

La tristesse de l’existence produite par cet appel artificiel à la compétition est remplie de bruit et de drogues. La dépendance à l’argent et à l’avoir a un autre visage : la dépendance à la drogue chez les personnes qui perdent la compétition, chez les perdants de la course artificielle en laquelle l’humanité a été transformée. La maladie de la solitude ne sera pas guérie par du glyphosate sur les jungles. Ce n’est pas la jungle qui est à blâmer. Le coupable est leur société éduquée dans la consommation sans fin, dans la confusion stupide entre consommation et bonheur qui permet, oui, aux poches du pouvoir de se remplir d’argent.

Ce n’est pas la jungle qui est à blâmer pour la toxicomanie, c’est l’irrationalité de son pouvoir mondial.

Frappez un coup de raison à votre pouvoir. Allumez à nouveau les lumières du siècle.

La guerre contre la drogue dure depuis 40 ans, si nous ne corrigeons pas le tir et qu’elle se poursuit pendant encore 40 ans, les États-Unis verront 2 800 000 jeunes mourir d’overdose de fentanyl, qui n’est pas produit dans notre Amérique latine, et des millions d’Afro-Américains seront emprisonnés dans leurs prisons privées. Le prisonnier afro deviendra le fonds de commerce des entreprises carcérales, un million de Latino-américains de plus mourront assassinés, ils rempliront de sang nos eaux et nos champs verts, ils verront le rêve de la démocratie mourir dans mon Amérique ainsi que dans l’Amérique anglo-saxonne. La démocratie mourra là où elle est née, dans la grande Athènes d’Europe occidentale.

Pour avoir caché la vérité, vous verrez la jungle et les démocraties mourir.

La guerre contre la drogue a échoué. La lutte contre la crise climatique a échoué.

Ils ont augmenté la consommation mortelle, des drogues douces, ils sont passés à des drogues plus dures, il y a eu un génocide sur mon continent et dans mon pays, ils ont condamné des millions de personnes à la prison, et pour cacher leur propre culpabilité sociale, ils ont blâmé la jungle et ses plantes. Ils ont rempli les discours et les politiques d’absurdités.

Je demande d’ici, de mon Amérique latine blessée, la fin de la guerre irrationnelle contre la drogue.

La réduction de la consommation de drogues ne nécessite pas de guerres, elle nécessite que nous construisions tous une société meilleure : une société plus solidaire, plus affectueuse, où l’intensité de la vie sauve des dépendances et des nouvelles formes d’esclavage. Voulez-vous moins de drogues ? Pensez à moins de profit et à plus d’amour. Pensez à un exercice rationnel du pouvoir.

Ne touchez pas avec vos poisons la beauté de ma patrie. Aidez-nous sans hypocrisie à sauver la forêt amazonienne afin de sauver la vie de l’humanité sur la planète. Vous avez réuni les scientifiques, et ils ont parlé avec la raison. Avec les mathématiques et les modèles climatologiques, ils ont dit que la fin de l’espèce humaine était proche, que son temps n’est plus des millénaires, ni même des siècles. La science a déclenché les sonnettes d’alarme et nous avons cessé de l’écouter. La guerre a servi d’excuse pour ne pas prendre les mesures nécessaires.

Lorsque l’action était la plus nécessaire, lorsque les discours n’étaient plus utiles, lorsqu’il était essentiel de mettre de l’argent dans des fonds pour sauver l’humanité, lorsqu’il fallait s’éloigner du charbon et du pétrole au plus vite, ils ont inventé guerre après guerre après guerre. Ils ont envahi l’Ukraine, mais aussi l’Irak, la Libye et la Syrie. Ils ont envahi au nom du pétrole et du gaz.

Ils ont découvert au XXIe siècle la pire de leurs dépendances : la dépendance à l’argent et au pétrole.

Les guerres leur ont servi d’excuse pour ne pas agir contre la crise climatique.

Les guerres vous ont montré à quel point vous êtes dépendants de ce qui va tuer la espèce humaine.

Si vous voyez que les populations sont affamées et assoiffées et qu’elles migrent par millions vers le nord, là où se trouve l’eau, alors vous les enfermez, vous construisez des murs, vous déployez des mitrailleuses, vous les abattez. Vous les expulsez comme s’ils n’étaient pas des êtres humains, vous reproduisez cinq fois la mentalité de ceux qui ont créé politiquement les chambres à gaz et les camps de concentration, vous reproduisez à l’échelle planétaire l’année 1933. Le grand triomphe de l’assaut sur la raison.

Ne voient-ils pas que la solution au grand exode déclenché sur leurs pays est de revenir à l’eau qui remplit les rivières et aux champs pleins de nutriments ?

La catastrophe climatique nous remplit de virus qui nous envahissent, mais vous faites des affaires avec les médicaments et transformez les vaccins en marchandises. Vous proposez que le marché nous sauve de ce que le marché lui-même a créé.

Le Frankenstein de l’humanité consiste à laisser le marché et la cupidité agir sans planification, en abandonnant le cerveau et la raison. Agenouiller la rationalité humaine devant la cupidité.

À quoi sert la guerre, si ce dont nous avons besoin est de sauver l’espèce humaine ? À quoi servent l’OTAN et les empires, si ce qui se profile est la fin de l’intelligence ?

La catastrophe climatique tuera des centaines de millions de personnes et écoutez bien, elle n’est pas produite par la planète, elle est produite par le capital. La cause de la catastrophe climatique est le capital. La logique du rapport à l’autre pour consommer toujours plus, produire toujours plus, et pour certains gagner toujours plus, produit la catastrophe climatique. Ils ont articulé à la logique de l’accumulation étendue, les moteurs énergétiques du charbon et du pétrole et ont déclenché l’ouragan : le changement chimique profond et mortel de l’atmosphère. Maintenant, dans un monde parallèle, l’accumulation élargie du capital est une accumulation élargie de la mort.

Depuis les terres de la jungle et de la beauté. Là où ils ont décidé de faire d’une plante de la forêt amazonienne un ennemi, d’extrader et d’emprisonner ses cultivateurs, je vous invite à arrêter la guerre, et à mettre fin à la catastrophe climatique.

Ici, dans cette forêt amazonienne, il y a un échec de l’humanité. Derrière les feux de camp qui la brûlent, derrière son empoisonnement, il y a un échec intégral et civilisationnel de l’humanité.

Derrière la dépendance à la cocaïne et aux drogues, derrière la dépendance au pétrole et au charbon, se cache la véritable dépendance de cette phase de l’histoire humaine : la dépendance au pouvoir irrationnel, au profit et à l’argent. Voilà l’énorme machinerie mortelle qui peut éteindre l’humanité.

Je vous propose, en tant que président de l’un des plus beaux pays du monde, et l’un des plus ensanglantés et violentés, de mettre fin à la guerre contre la drogue et de permettre à notre peuple de vivre en paix.

Je fais appel à l’ensemble de l’Amérique latine à cette fin. J’appelle la voix de l’Amérique latine à s’unir pour vaincre l’irrationnel qui martyrise nos corps.

Je vous invite à sauver la forêt amazonienne intégralement avec les ressources qui peuvent être allouées mondialement à la vie. Si vous n’avez pas la capacité de financer le fonds pour la revitalisation des forêts, si l’argent est plus important pour les armes que pour la vie, alors réduisez la dette extérieure pour libérer nos propres espaces budgétaires et avec eux, accomplissez la tâche de sauver l’humanité et la vie sur la planète. Nous pouvons le faire si vous ne voulez pas. Échangez simplement la dette contre la vie, contre la nature.

Je vous propose, et j’appelle l’Amérique latine à faire de même, d’engager le dialogue pour mettre fin à la guerre. Ne nous poussez pas à nous aligner sur les champs de bataille. L’heure est à la PAIX. Laissez les peuples slaves se parler entre eux, laissez les peuples du monde se parler entre eux. La guerre n’est qu’un piège qui rapproche la fin des temps dans la grande orgie de l’irrationalité.

Depuis l’Amérique latine, nous appelons l’Ukraine et la Russie à faire la paix.

Ce n’est que dans la paix que nous pourrons sauver la vie dans notre Terre. Il n’y a pas de paix totale sans justice sociale, économique et environnementale.

Nous sommes en guerre, également, avec la planète. Sans paix avec la planète, il n’y aura pas de paix entre les nations.

Sans justice sociale, il n’y a pas de paix sociale.