Michael Hudson donne une interview à un magazine allemand

source : thesaker.is/michael-hudson-gives-an-interview-to-a-german-magazine/

Michael Hudson donne une interview à un magazine allemand

posté avec la permission de l’auteur

15 déc 2022

Cher Professeur Hudson,

Encore une fois : Meilleures salutations de Berlin !

La dernière fois, nous nous sommes entretenus pour le magazine imprimé allemand « Four » en juin. En ce moment, je travaille également pour MEGA Radio, une station de radio d’information pour l’Allemagne, l’Autriche et la Suisse. Nous émettons depuis Vienne et sommes présents à Berlin, en Bavière et en Autriche.

Par la présente, je voudrais vous inviter à une autre interview via ZOOM afin de l’enregistrer pour notre programme radio. Il s’agirait d’une mise à jour de notre dernière interview. Peut-être d’une durée de 20 à 30 minutes.

Voir aussi notre dernier entretien : Ukraine a Trojan for Germany’s US dependence

Je ne sais pas si c’est un délai trop court, mais auriez-vous le temps pour une telle conversation la semaine prochaine ou la semaine suivante ?

Sinon, également au début du mois de janvier.

Voici mes questions :

1. Dans notre dernière interview pour le magazine Four, vous avez fait quelques prédictions qui se sont réalisées.

Vous avez parlé de crise pour les entreprises allemandes dans la production d’engrais. Cela a fait la une des journaux quelques semaines après notre entretien.

Vous avez également dit : « Ce que vous qualifiez de « blocage de Nord Stream 2 » est en réalité une politique « Achetez Américain ». Cela est devenu plus que clair après la destruction des pipelines Nord Stream.

Pouvez-vous commenter cela ?

Michael Hudson : La politique étrangère américaine s’est longtemps concentrée sur le contrôle du commerce international du pétrole. Ce commerce est l’un des principaux contributeurs à la balance des paiements des États-Unis, et son contrôle donne aux diplomates américains la capacité d’imposer un étranglement aux autres pays.

Le pétrole est le principal fournisseur d’énergie, et l’augmentation de la productivité du travail et du PIB des principales économies tend à refléter l’augmentation de la consommation d’énergie par travailleur. Le pétrole et le gaz ne servent pas seulement à brûler de l’énergie, ils constituent également un intrant chimique de base pour les engrais, et donc pour la productivité agricole, ainsi que pour une grande partie de la production de plastique et d’autres produits chimiques.

Les stratèges américains reconnaissent donc que couper les pays du pétrole et de ses dérivés étouffera leur industrie et leur agriculture. La capacité d’imposer de telles sanctions permet aux États-Unis de rendre les pays dépendants du respect de la politique américaine afin de ne pas être « excommuniés » du commerce du pétrole.

Les diplomates américains répètent depuis de nombreuses années à l’Europe de ne pas dépendre du pétrole et du gaz russes. L’objectif est double : priver la Russie de son important excédent commercial, et capter le vaste marché européen pour les producteurs de pétrole américains. Les diplomates américains ont convaincu les dirigeants allemands de ne pas approuver le gazoduc Nord Stream 2, et ont finalement utilisé l’excuse de la guerre de l’OTAN contre la Russie en Ukraine pour agir unilatéralement et organiser la destruction des deux gazoducs Nord Stream 1 et 2.

2. Pour notre public, nos auditeurs : Dans votre nouveau livre « Le destin de la civilisation : Capitalisme financier, capitalisme industriel, ou socialisme »

Vous affirmez que l’économie mondiale se fracture désormais entre deux parties, les États-Unis et l’Europe est la partie dollarisée.

Et cette unité néolibérale occidentale entraîne l’Eurasie et la plupart des pays du Sud dans un groupe distinct. C’est ce que vous venez de déclarer dans une interview de novembre : michael-hudson.com/2022/11/the-rentier-economy-is-a-free-lunch/

Pourriez-vous l’expliquer à notre public ?

Michael Hudson : La scission n’est pas seulement géographique mais reflète surtout le conflit entre le néolibéralisme occidental et la logique traditionnelle du capitalisme industriel. L’Occident a désindustrialisé ses économies en remplaçant le capitalisme industriel par le capitalisme financier, d’abord pour tenter de maintenir ses salaires à un bas niveau en s’expatriant pour employer de la main-d’œuvre étrangère, puis pour tenter d’établir des privilèges de monopole et des marchés captifs ou des armes (et maintenant du pétrole) et des produits essentiels de haute technologie, devenant ainsi des économies rentières.

Il y a un siècle, le capitalisme industriel était censé évoluer vers le socialisme industriel, les gouvernements fournissant des services d’infrastructure de base subventionnés (tels que les soins de santé, l’éducation, la communication, la recherche et le développement) afin de minimiser le coût de la vie et des affaires. C’est ainsi que les États-Unis, l’Allemagne et d’autres pays ont construit leur puissance industrielle, et c’est aussi ainsi que la Chine et d’autres pays d’Eurasie l’ont fait plus récemment.

Mais le choix de l’Occident de privatiser et de financiariser son infrastructure de base, en démantelant le rôle du gouvernement et en transférant la planification à Wall Street, Londres et d’autres centres financiers, l’a laissé avec peu de choses à offrir aux autres pays – si ce n’est la promesse de ne pas les bombarder ou de ne pas les traiter en ennemis s’ils cherchent à garder leurs richesses entre leurs mains au lieu de les transférer aux investisseurs et aux sociétés américaines.

Le résultat est que lorsque la Chine et d’autres pays construisent leurs économies de la même manière que les États-Unis l’ont fait de la fin de leur guerre civile à la Seconde Guerre mondiale, ils sont traités comme des ennemis. C’est comme si les diplomates américains voyaient que la partie est perdue, et que leur économie est devenue tellement endettée, privatisée et coûteuse qu’elle ne peut plus être compétitive, qu’ils espèrent simplement continuer à faire des autres pays des tributaires dépendants aussi longtemps qu’ils le peuvent jusqu’à ce que la partie soit enfin terminée.

Si les États-Unis réussissent à imposer le néolibéralisme financier au monde, alors les autres pays se retrouveront avec les mêmes problèmes que les États-Unis.

3. Aujourd’hui, les premiers terminaux pour le GNL en provenance des États-Unis sont ouverts en Allemagne. Comment cela affectera-t-il le commerce et l’interdépendance/dépendance entre l’Allemagne et les États-Unis ?

Michael Hudson : Les sanctions américaines et la destruction de Nord Stream 1 et 2 ont rendu l’Europe dépendante des approvisionnements américains, à un coût si élevé du gaz GNL (environ six fois ce que les Américains et les Asiatiques doivent payer) que l’Allemagne et d’autres pays ont perdu leur capacité à être compétitifs dans la fabrication de l’acier, du verre, de l’aluminium et de nombreux autres secteurs. Cela crée un vide que les sociétés affiliées américaines rentrent chez elles pour le combler par leurs investissements dans d’autres pays ou même par les États-Unis eux-mêmes.

On s’attend à ce que les industries lourdes, chimiques et autres de l’Allemagne et d’autres pays européens soient obligés de se déplacer aux États-Unis pour obtenir du pétrole et d’autres produits essentiels qu’on leur dit de ne pas acheter en Russie, en Iran ou dans d’autres pays. L’hypothèse est que l’on peut les empêcher de se relocaliser en Russie ou en Asie en imposant des sanctions, des amendes et une ingérence politique dans la politique européenne par les ONG américaines et les satellites du National Endowment for Democracy, comme c’est le cas depuis 1945. Nous pouvons nous attendre à une nouvelle opération Gladio pour promouvoir les politiciens prêts à soutenir cette fracture mondiale et le déplacement de l’industrie européenne vers les États-Unis.

La question est de savoir si la main-d’œuvre qualifiée de l’Allemagne suivra. C’est généralement ce qui se produit dans de telles situations. Les États baltes ont connu ce genre de rétrécissement démographique. C’est un sous-produit des politiques néolibérales.

4. Quel est votre avis sur la situation militaire actuelle dans la guerre russo-ukrainienne ?

Michael Hudson : Il semble que la Russie va facilement gagner en février ou mars. Elle créera probablement une zone démilitarisée pour protéger les zones russophones (probablement incorporées à la Russie) de l’Occident pro-OTAN afin de prévenir le sabotage et le terrorisme.

On dira à l’Europe de continuer à boycotter la Russie et ses alliés au lieu de rechercher des gains mutuels par des échanges et des investissements réciproques. Les États-Unis pourraient exhorter la Pologne et d’autres pays à « se battre jusqu’au dernier Polonais » ou Lituanien, imitant ainsi l’Ukraine. Ils feront pression sur la Hongrie. Mais surtout, ils insisteront pour que l’Europe dépense une somme immense pour se réarmer, principalement avec des armes américaines. Ces dépenses évinceront les dépenses sociales destinées à aider l’Europe à faire face à sa dépression industrielle qui s’étend ou les subventions destinées à relancer son industrie. Ainsi, une économie militarisée se transformera en frais généraux croissants – tandis que la dette des consommateurs et des industriels augmentera, de même que la dette publique.

Dans ce contexte, la Russie pourrait exiger que l’OTAN ramène ses frontières à celles d’avant 1991.

5. Quel est votre avis sur la situation financière actuelle de cette guerre. Les gouvernements du G7 et de l’UE parlent déjà de la reconstruction de l’Ukraine après la guerre. Qu’est-ce que cela signifie pour les entreprises occidentales et le capitalisme financier ?

Michael Hudson : L’Ukraine peut difficilement être reconstruite. Tout d’abord, une grande partie de sa population est partie, et il est peu probable qu’elle revienne, étant donné la destruction des logements et des infrastructures – et des maris.

Deuxièmement, l’Ukraine appartient principalement à un groupe étroit de kleptocrates – qui essaient de vendre aux investisseurs agricoles occidentaux et autres vautours. (Je pense que vous savez qui ils sont).

L’Ukraine est déjà criblée de dettes, et est devenue un fief du FMI (ce qui signifie en pratique, de l’OTAN). On demandera à l’Europe de « contribuer », et les réserves étrangères saisies à la Russie pourront être dépensées pour embaucher des entreprises américaines qui feront un malheur financier en reconstruisant un semblant d’économie en Ukraine – laissant le pays encore plus endetté.

Un nouveau secrétaire d’État du parti démocrate fera écho à Madeline Albright et dira que le massacre de l’économie, des enfants et des soldats ukrainiens « en valait la peine » comme coût de la diffusion de la démocratie à la sauce américaine.

6. J’ai lu beaucoup de rapports de fond sur les sanctions contre la Russie. Il semble que les sanctions frappent de plus en plus durement la Russie, car elle ne peut pas produire elle-même tous les produits, en particulier la technologie. D’un autre côté, la Russie a maintenant des affaires et des acheteurs plus stables avec et en Chine et en Inde.

Selon votre analyse, quel est l’effet réel des sanctions ?

Michael Hudson : Les sanctions américaines se sont avérées être une aubaine inattendue pour la Russie. Dans le domaine de l’agriculture, par exemple, les sanctions contre les exportations de produits laitiers de la Lituanie et d’autres pays baltes ont conduit à la floraison d’un secteur national russe du fromage et des produits laitiers. La Russie est aujourd’hui le premier exportateur mondial de céréales, grâce aux sanctions occidentales qui ont eu à peu près le même effet que les tarifs protecteurs et les quotas d’importation du type de ceux que les États-Unis ont utilisés dans les années 1930 pour moderniser leur secteur agricole.

Si le président Biden était un agent secret russe, il n’aurait guère pu aider davantage la Russie. La Russie avait besoin de l’isolement économique du protectionnisme, mais elle était encore trop sous l’emprise de la politique néolibérale de libre-échange pour y parvenir par elle-même. Les États-Unis l’ont donc fait pour elle.

Les sanctions obligent les pays à devenir plus autonomes, au moins en ce qui concerne les besoins fondamentaux tels que la nourriture et l’énergie. Cette autosuffisance est la meilleure défense contre la déstabilisation économique des États-Unis visant à forcer un changement de régime et une conformité similaire.

L’un des effets est que la Russie aura besoin d’acheter beaucoup moins à l’Europe, même après la fin des combats en Ukraine. La Russie aura donc moins besoin d’exporter des matières premières vers l’Europe. Elle pourra les produire elle-même. Le noyau industriel qu’était l’Europe pourrait se retrouver davantage en Russie et chez ses alliés asiatiques qu’aux États-Unis.

C’est le résultat ironique du nouveau rideau de fer de l’OTAN.

7. Comment décririez-vous la Chine, la Russie et l’Inde ? Y voyez-vous du capitalisme industriel ou du socialisme ?

Michael Hudson : Les RIC était le noyau initial des BRICS, aujourd’hui largement étendu pour inclure l’Iran et une grande partie de l’Asie centrale et les routes concernées par l’Initiative Ceinture et ROute chinoise. L’objectif est que l’Eurasie n’ait plus à dépendre de l’Europe ou de l’Amérique du Nord.

Le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a souvent qualifié la « vieille Europe » de zone morte en voie de disparition. Elle n’a pas suivi les plans qu’elle avait établis il y a un siècle pour évoluer vers une économie de plus en plus socialisée, subventionnée par l’État pour améliorer le niveau de vie et la productivité du travail, de la science et de l’industrie. L’Europe a rejeté non seulement le marxisme mais aussi la base de l’analyse marxiste dans l’économie classique d’Adam Smith, de John Stuart Mill et de leurs contemporains. Cette voie a été suivie en Eurasie, tandis que le libéralisme anti-gouvernemental de droite des écoles autrichienne et de Chicago a détruit les économies de l’OTAN de l’intérieur.

À mesure que le centre du leadership industriel et technologique se déplace vers l’Est, les investissements et la main-d’œuvre européens suivront probablement.

Les pays d’Eurasie continueront à visiter l’Europe en tant que touristes, comme les Américains aiment visiter l’Angleterre, sorte de parc à thème de la gentry post-féodale, de l’affectation des gardes du palais et autres souvenirs pittoresques de l’époque des chevaliers et des dragons. Les pays européens ressembleront davantage à la Jamaïque et aux Caraïbes, les hôtels et l’hôtellerie devenant les principaux secteurs de croissance, avec des serveurs français et allemands vêtus de leurs costumes pittoresques quasi hollywoodiens. Les musées connaîtront une activité florissante, l’Europe elle-même se transformant en une sorte de musée du post-industrialisme.

8. Actuellement, nous avons assisté à l’effondrement et à la faillite de la plateforme d’échange de cryptomonnaies FXT. La gestion de cette société semble être hautement criminelle. Comment jugez-vous cela ?

Michael Hudson : Le crime est ce qui a fait de la crypto un secteur de croissance au cours des dernières années. Les investisseurs ont acheté des cryptos parce que c’est un véhicule pour les fortunes qui se font dans le trafic international de drogue, le commerce des armes, d’autres crimes et l’évasion fiscale. Ce sont les grands secteurs de croissance post-industriels des économies occidentales.

Les systèmes de Ponzi sont souvent de bons véhicules d’investissement dans leur phase de décollage – la phase de pompage et de vidage. Il était inévitable que les criminels ne se contentent pas d’utiliser la crypto pour transférer des fonds, mais qu’ils créent en fait leurs propres monnaies « libres de toute réglementation gouvernementale oppressive ». Les criminels sont les ultimes libertariens du marché libre de l’école de Chicago.

N’importe qui peut créer sa propre monnaie, un peu comme les banques du Far West américain l’ont fait au milieu du XIXe siècle, en imprimant de la monnaie à volonté. Lorsque l’on faisait ses courses au début du XXe siècle, les magasins avaient encore des listes des valeurs changeantes des différents billets de banque. Les billets les mieux conçus avaient tendance à avoir le plus de succès.

9. Avez-vous connaissance de relations commerciales entre FTX et l’Ukraine, le gouvernement de Kiev ? Il y a eu quelques rumeurs et articles de presse dans les médias alternatifs à ce sujet ?

Michael Hudson : Le FMI et le Congrès ont versé de grosses sommes d’argent au gouvernement ukrainien et à ses kleptocrates en charge. Les journaux rapportent qu’une grande partie de cet argent a été remis à FTX – qui est devenu le deuxième plus grand bailleur de fonds du Parti démocrate (derrière George Soros, qui tenterait également de racheter des actifs ukrainiens). Il semble donc qu’un flux circulaire soit à l’œuvre : Le Congrès américain vote un financement pour l’Ukraine, qui place une partie de cet argent dans la crypto FTX pour payer la campagne politique des politiciens pro-ukrainiens.

10. Il y a quelques mois, la presse américaine a publié des articles sur les plans de la FED : Ils prévoient d’établir un dollar numérique, une monnaie numérique de la banque centrale (CBDC). En Europe également, la présidente de la BCE, Mme Lagarde, et le ministre allemand des Finances, M. Lindner, parlent de l’introduction de l’euro numérique.

En Allemagne, certains experts critiques avertissent que cela ne fera qu’accroître la surveillance totale de la population et des clients.

Quel est votre point de vue sur les monnaies numériques ?

Michael Hudson : Ce n’est pas mon département. Toutes les opérations bancaires sont électroniques, alors que signifie « numérique » ? Pour les libertaires, cela signifie qu’il n’y a pas de surveillance de la part du gouvernement, mais entre les mains du gouvernement, ce dernier aura une trace de tout ce que chacun dépense.

11. Quel est votre avis sur la faiblesse ou la force actuelle du dollar américain, de l’euro, de la livre sterling, de l’or et de l’argent ?

Michael Hudson : Le dollar restera demandé, grâce à son succès à rendre la zone euro dépendante de lui. La livre sterling a peu de moyens de soutien, et peu de raisons pour les étrangers d’y investir. L’euro est une monnaie satellite junior du dollar.

En l’absence de dollar ou d’une autre devise dans laquelle ils pourraient détenir leurs réserves monétaires, les gouvernements continueront d’augmenter la proportion d’or, car celui-ci n’est pas assorti d’obligations gouvernementales et les autorités américaines ne peuvent donc pas simplement s’en emparer, comme elles l’ont fait avec les réserves étrangères de la Russie. On ne peut pas faire confiance aux pays de la zone euro pour ne pas suivre les ordres des États-Unis de s’emparer des réserves des pays étrangers, et l’or sera donc évité.

Au fur et à mesure que le taux de change de l’euro baissera par rapport au dollar, les investissements étrangers diminueront, car les investisseurs ne voudront pas investir dans (1) un marché qui se rétrécit, et (2) des entreprises qui gagnent des euros nationaux qui valent de moins en moins de dollars ou d’autres devises fortes pour les sièges sociaux.

Bien sûr, l’or devra être conservé chez soi, afin qu’il ne puisse pas simplement être saisi, comme la Banque d’Angleterre a saisi l’or du Venezuela et l’a donné au mandataire américain de droite. L’Allemagne serait avisée d’accélérer le transport aérien de ses propres réserves d’or depuis les coffres de la Réserve fédérale américaine à New York.

12. Quelle est votre analyse actuelle des crises énergétique et financière dans le monde ?

Michael Hudson : Il n’y a pas de véritable crise mais plutôt un lent crash. L’augmentation des prix payés pour ce que les États-Unis exportent : le pétrole, la nourriture et les produits monopolistiques de l’informatique, le coût de la vie pour les consommateurs augmentant plus vite que les salaires. Il y aura donc un resserrement de la pression sur la plupart des familles. La classe moyenne découvrira qu’elle est vraiment la classe salariée après tout, et s’endettera davantage – surtout si elle tente de se protéger en contractant un prêt hypothécaire pour acheter une maison.

J’ai étudié les XIe et XIIe siècles pour mon histoire de la dette, et je suis tombé sur une histoire qui pourrait avoir un rapport avec les questions que vous avez posées. L’OTAN continue de prétendre qu’elle est une alliance défensive. Mais la Russie n’a aucune envie d’envahir l’Europe. La raison en est évidente : aucune armée ne peut envahir un grand pays. Plus important encore, la Russie n’a même pas de motif pour détruire l’Europe en tant qu’adversaire fantoche des États-Unis. L’Europe est déjà en train de s’autodétruire.

Je me souviens de la bataille de Manzikert en 1071, lorsque l’Empire byzantin a perdu face aux Turcs seldjoukides (en grande partie parce que son général sur lequel l’empereur comptait, Andronikos Doukas, a fait défection, puis a renversé l’empereur. Crusade of Kings, un jeu complémentaire, couvre largement la bataille, et affirme que la conversation suivante a eu lieu entre Alp Arslan et Romanos :

Alp Arslan : « Que feriez-vous si j’étais amené devant vous comme prisonnier ? »

Romanos : « Je te tuerais peut-être, ou je t’exposerais dans les rues de Constantinople ».

Alp Arslan : « Ma punition est bien plus lourde. Je te pardonne et te libère ».

C’est la punition que l’Europe recevra de l’Eurasie. Ses dirigeants ont fait leur choix : être un satellite des États-Unis.